Numéro 1 » Amanda Bayle

Editeur : Cyplog

Livre : ICI

Le rugby, sa bouffée d’oxygène, son instant de répit. Toute la vie de Claire tourne autour du rugby. Chaque dimanche, elle retrouve ses amis au bord du terrain et sur le pré. Beaucoup de supporters ne l’apprécient pas, mais elle s’en moque ! Elle vient assister au match pour oublier un peu son quotidien, sa vie sans saveur et son secret. Un secret toujours plus lourd à porter. Cependant, il en est un dont l’antipathie la touche : Benoît. Le numéro 1 de l’ESRU ne l’aime pas et ne s’en cache pas. S’il est surnommé Nounours par tous les membres de l’équipe, avec elle, il se comporte plutôt comme un grizzli : regards méprisants, visage fermé, réflexions acerbes… Mais pourquoi ? Pourquoi la déteste-t-il à ce point ? Et pourquoi son attitude la tracasse-t-elle ? Peut-être parce qu’elle n’a jamais rien fait pour mériter son mépris. Peut-être parce qu’elle garde en mémoire le souvenir d’un instant beaucoup plus… intime entre eux. Non, Claire, ne pense surtout pas à ça, c’est du passé, c’est enterré ! Peut-être pas si enterré que cela… Et s’il était le seul capable de la voir telle qu’elle est réellement ?

 

⭐⭐⭐⭐

Je ne le répéterai plus après cette fois, vous savez que j’ai pour habitude de faire les choses à l’envers… Eh bien oui, j’ai lu Numéro 1 avant les autres tomes (Numéro 10 & Numéro 2). Bien que cela ne m’ai absolument pas posé de réel problème pour ma lecture, simplement que maintenant, ma liste de livres à acheter vient de s’allonger de deux titres !

Je ne suis pas fan du sport, mais avouez que les rugbymen se laissent savourer sans complexes ! Je suis plus bikers, mais je me laisse bien tenter aussi par les sportifs… Que voulez-vous, je suis tellement faible ! Cependant, j’ai adoré me laisser tenter par Amanda Bayle, et je veux absolument que cette gourmandise qu’elle a attisée ici avec Numéro 1, soit rassasiée avec Numéro 10 et Numéro 2.

J’en reviens un peu à Numéro 1, après tout, c’est pour lui que vous êtes-là en ce moment je pense.

Ce que j’ai adoré, ce n’est même pas le fait de me retrouver en compagnie d’hommes à la carrure impressionnante, ni au milieu de tant de testostérone. Non, c’est le fait qu’à de nombreuses reprises, l’auteure aie réussi à me faire douter, chose plutôt rare lorsque je lis une romance, il me fallait donc le souligner. Mais ce n’est pas ici qu’un petit soulignement, oh non, c’est pour moi, le point fort de cette romance, ne pas pouvoir être certaine que finalement je pourrais terminer avec des étoiles au fond des yeux. C’est assez frustrant comme sensation de ce dire que le chemin va être tellement semé d’embûches, que cela aura le dessus sur tout.

Comme souvent dans le milieu sportif, nous avons droit à une grande famille formée des membres de l’équipe, mais également des supporters. Lorsqu’un des membre de cette famille va mal, cela se fait ressentir également chez les autres, et cela peut, bien évidemment, nuire à cet esprit d’équipe qu’ils sont censés avoir en permanence. Mais les sportifs sont humains, ce ne sont pas des machines après tout, alors après une rupture difficile, il est normal que le moral soit en baisse, que le caractère en soit modifié.

Si au début j’ai eu un peu de mal avec Claire, j’ai assez vite changé d’avis la concernant. En apprenant à la connaître, elle fini par se faire une place en nous, à nous faire ressentir ses propres blessures. Par contre, ne me demandez surtout pas ce que je pense de la mère de Claire… elle n’a su que me faire grincer des dents…

C’est donc une très belle découverte que j’ai faite ici, je serais bien restée encore un peu au sein de cette équipe, mais je les retrouverai bientôt avec les deux autres tomes 🙂

— On est coincés ici, grogna-t-il sans la regarder.
— Quoi ? Comment ça, coincés ?
Claire sentit la panique monter en elle et le sang courir plus vite dans ses veines.
— Un arbre est tombé et il bloque la sortie.
Un arbre ? Elle s’avança jusqu’à la porte et passa devant lui pour tenter d’ouvrir. Il ricana dans son dos.
— Tu penses que tu y arriveras mieux que moi, p’t’être ?

Merci aux éditions Cyplog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *