You kill me girl > Tina Ayme

Après avoir découvert le terrible secret d’Austin, Lexie décide de mettre un terme à leur relation fusionnelle et de quittter Mary Island. Elle laisse derrière elle sa grand-mère malade pour découvrir les joies de la vie étudiante à New York : colocation, premier travail et nouvelles rencontres.

C’est une nouvelle Lexie, plus sûre d’elle et désireuse de mettre fin aux non-dits dont elle a été victime, qui se met en quête du demi-frère dont elle a découvert l’existence avant de partir. Mais Lexie aura-t-elle le courage de lui révéler la vérité en découvrant qu’il est loin d’être le frére idéal qu’elle avait fantasmé ?

Quant à Austin, alors qu’elle fait tout pour l’oublier, il pourrait bien resurgir dans sa vie et mettre à mal sa décision de passer à autre chose. Alors que leur passion a été balayée par des révélations fracassantes, Lexie et Austin sauront ils se retrouver ?

PARU LE 3 MAI 2018 AUX EDITIONS HUGO NEW ROMANCE

LIEN D'ACHAT - ICI


L’avis de Marlène – Note 3/5

Après avoir été refroidie par la lecture du premier opus, j’appréhendais cette suite. Je vous avoue que mon état d’esprit n’était peut-être pas optimal pour lire ce roman, ou alors ce récit n’est tout simplement pas fait pour moi mais je ressors une fois de plus mitigée par la lecture de ce second tome. Et je vais vous expliquer pourquoi.

Le final du tome précédent m’avait convaincue de continuer l’aventure. Je me répète mais le récit garde un côté addictif indéniable et honnêtement ça se lit vite et bien mais voilà… je ne suis pas convaincue par l’évolution de l’histoire qui m’a laissé un goût amer en bouche. On retrouve nos héros après la grande révélation… J’avais fondé beaucoup d’espoir après ce cliffhanger et pourtant mon intérêt est très vite retombé à cause du côté cyclique de l’histoire. Je n’aime pas faire du sur-place quand je lis un livre et ici malgré les nombreux rebondissements j’ai trouvé le récit trop long et trop lourd à lire.

Lexie sombre après avoir découvert le secret d’Austin. Profondément perturbée elle va prendre des décisions impulsives en quittant Mary Island. Malgré son départ pour New York, Lexie a bien du mal à reprendre le dessus, elle essaye de combler certains vides par les cours et en partant à la recherche de son frère Léo avec qui elle aura une relation assez tendue. Lexie est bien décidée à faire de nouvelle rencontre, à vivre sans Austin malgré la douleur et le manque qu’elle ressent. Austin quant à lui, il essaye de l’oublier en prenant son nouveau rôle à cœur. On retrouve un héros métamorphosé mais qui garde énormément de défauts, trop pour que je puisse garder le bon qui émane de lui. Et pourtant, j’ai une fois de plus essayé d’aimer Austin… mais sans succès, il y a trop de choses qui m’ont mise hors de moi en particulier en lien avec son secret. Je veux éviter de l’évoquer clairement car cela constitue tout de même un spoiler de taille. J’ai trouvé son attitude choquante à plusieurs reprises, et si j’ai pu tolérer sa façon de traiter Lexie je n’ai pas pu être aussi laxiste en ce qui concerne un certain personnage. Je sais bien que parfois dans les romans les personnages font des choses à l’opposé de ce que l’on peut cautionner et cela passe plutôt bien, ici j’ai ressenti ce malaise permanent alors que j’espérais vraiment que le personnage d’Austin se tempère bien plus. Je ne peux pas nier qu’il reste un personnage intéressant à analyser mais je reste trop en retrait par rapport à lui et à son attitude. Lexie et Austin vont une fois de plus affronter l’adversité, avec une incessante succession de disputes, de réconciliations… Un brin fatiguant il faut l’avouer.

Ce que j’ai par contre apprécié c’est l’apparition de nouveaux personnages qui ont l’audace de relancer l’intrigue avec des rebondissements plutôt sympas. Je reste mitigée sur le personnage de Léo, si j’ai aimé certains aspects de sa personnalité je ne peux pas dire que je me suis attachée à lui pour autant. Il enrichit le scénario, Tina Ayme arrive tout de même à captiver le lecteur pour que les pages se tournent. Mais malgré cela j’ai encore vécu cette lecture comme dans un brouillard, pas totalement captivée par ce que nos héros vivaient car j’ai trouvé ça parfois trop gros pour être crédible. Alors oui c’est une fiction mais comme l’auteure arrive à faire passer de belles émotions et bien je reste sur la réserve quant au contenu de l’histoire.

Même si c’est moindre par rapport au premier opus, ce second tome souffre encore de beaucoup de similitude avec d’autres romans du genre et c’est vraiment dommage parce le fond a sa propre identité et que nos héros partent vraiment pour un dénouement unique à leur couple. J’ai lu ce roman en quelques heures en ressentant toujours cette sensation de lassitude mais en ayant un regain d’intérêt quant au dénouement de cette suite. Alors dommage qu’il faille attendre les cent dernières pages pour éprouver une véritable plaisir à la lecture. Et j’ai ressenti un petit manque dans la narration, nous avons très souvent les pensées de Lexie et Austin reste un peu en rade, j’aurai voulu être plus souvent dans sa tête pour appréhender sa nouvelle vie.

Sachez que ce ressenti est assez dur j’en conviens mais il est aussi très personnel. Je peux vous dire que l’histoire de Lexie et Austin à un côté très addictif, l’écriture de Tina Ayme est excellente, elle véhicule énormément d’émotions, les nuances de ses personnages sont sans cesse mises en avant pour le bien de l’intrigue et franchement je ne peux que vous inviter à découvrir cette saga pour que vous puissiez voir si ce récit vous plaît car il s’agit de cela à mon niveau, je ne suis pas plus emballée que ça par ce que nos héros vivent mais je peux vous dire que le style lui est vraiment intéressant. Je vais d’ailleurs prochainement démarrer la saga [Les Anges] de Tina Ayme car l’histoire me tente vraiment beaucoup 🙂

Je serais de nouveau de la partie pour la suite et fin de l’histoire de Lexie et Austin. Vous allez me demander pourquoi si je n’ai pas vraiment aimé les deux premiers tomes, et bien tout simplement parce qu’une fois de plus Tina Ayme nous laisse sur un dénouement plus que captivant et j’espère vraiment terminer cette série sur une note positive.


Extrait

Austin

Dans ma chambre, je m’allonge en travers du lit et tire un carnet de sous l’oreiller, à ma droite. Un carnet vert et noir en cuir. Celui qu’elle déchiré après que j’ai fait de même avec son carnet rose quand j’ai appris l’existence de Nate. Voilà ce qui me reste d’elle. C’est mon livre du soir, celui que je préfère largement aux bouquins imposés de certains de mes cours à la fac.

En triturant mon piercing à la lèvre, je l’ouvre et feuillette les pages scotchées et recollées tant bien que mal. En quatre mois, je le connais presque par cœur. A force de rechercher sur Internet les morceaux de citation manquants – parce que les fragments trop petits qu’elle a laissés dans ma chambre il y a plusieurs mois ont été perdus -, j’ai fini par les reconstruire, en les réécrivant moi-même. Mais son écriture tout en courbes et en boucles couvre encore chaque page.

« Il arrive que deux âmes se rencontrent pour n’en former plus qu’une. Elles dépendent alors à jamais l’une de l’autre. Elles sont indissociables et n’auront de cesse de se retrouver, de vie en vie. Si au cours d’une de ces existences terrestres, une moitié venait à se dissocier de l’autre, à rompre le serment qui les lie, les deux âmes s’éteindraient aussitôt. L’une ne peut continuer son voyage sans l’autre. »

Je lis et relis cette citation. Je dois être un putain de masochiste, au fond. Je ne peux pas continuer mon voyage sans elle. Je ne veux pas.

Je lis sa lettre encore et encore, même si elle n’est pas entière. Il n’y a que des bribes de phrases.

« … de tout mon être… » « … écouter ton souffle… » « … marcher en te tenant la main et surprendre ton regard derrière tes cahiers. Je veux boire dans ton verre et te voir… » « … plus que tu ne le sauras jamais ».

En fait, il n’y a quasiment rien de compréhensible. Mais elle l’a écrite pour moi. C’est pour cela que ce sont les mots les plus importants. Mais ceux-là, je ne peux pas les chercher sur Internet. Il n’y a qu’elle qui peut les réécrire.

Je m’endors la tête dans le carnet, l’odeur des pages me la rappelle. Et je rêve d’elle. Encore et encore.

Je remercie les éditions Hugo New Romance pour cette lecture. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *