Rendez-vous au crépuscule > Tetsuya Sano

PARU LE 19 MARS AUX EDITIONS AKATA

LIEN D’ACHAT – ICI

« Rendez-vous au Crépuscule » marque le début de carrière d’un jeune romancier à suivre de près ! Avec 600 000 exemplaires vendus en moins de 2 ans (soit 27 réimpressions), ce roman met en scène la rencontre entre un lycéen en deuil et une adolescente atteinte d’une maladie rare. Une oeuvre qui questionne et bouleverse, en nous invitant à profiter de la vie.

Takuya ne s’y était jamais intéressé plus que ça… Mais quand un jour, il se retrouve à devoir rendre visite à Mamizu Watarase, une de ses camarades de classe hospitalisée, son quotidien en sera changé à jamais. Lui-même endeuillé par la perte d’un proche, Takuya va se prendre d’affection pour la jeune fille, et décider de l’aider à réaliser ses rêves… Pourtant, les jours lui sont comptés, car d’après les médecins, son espérance de vie est déjà dépassée. Combien de temps encore pourra vivre la lycéenne ?

⭐⭐⭐⭐

C’est le second young novel des éditions Akata que je lis. Je me suis laissé séduire par cette sublime couverture de Loundraw et par le synopsis qui promettait une histoire touchante et émouvante. Et ce fut le cas, j’ai trouvé cette lecture vraiment belle et intemporelle.

Il faut savoir que cette histoire aborde des thématiques assez sensibles, telles que le deuil, la maladie et la mort. Pour contrebalancer ces sujets lourds de sens, l’auteur nous offre de belles amitiés et de l’amour sincère ainsi qu’une perspective d’avenir apaisante. L’ensemble est vraiment très équilibré, il n’y a pas trop de drama malgré le contenu du récit.

Tayuka et Mamizu m’ont vraiment touché, leur histoire est vraiment belle malgré la fin inéluctable de celle-ci. L’approche de Tatsuya Sano m’a plu, il y a cette pudeur qui nous permet de vivre cette histoire avec beaucoup de réalisme. Tel un film, nous suivons nos héros page après page jusqu’à la toute fin de l’histoire qui bouleverse le lecteur.

Si je suis restée assez hermétique à toutes les émotions véhiculées par ce roman, j’ai davantage été bouleversée par les situations et les prises de conscience de nos héros. Je pensais être plus « dévastée » que ça en terminant le roman, et pourtant j’ai refermé le livre vraiment apaisée. L’auteur a su me transmettre le message derrière son récit.

Tayuka va apprendre énormément aux côtés de Mamizu, cette jeune fille atteinte d’une maladie incurable que l’on nomme la « luminite ». Elle est condamnée, c’est inéluctable. L’issue est déjà toute tracée, et pourtant nos héros vont vivre une belle histoire. Les personnages sont attachants, ils sont humains, avec leurs forces et leurs faiblesses. J’ai particulièrement aimé que nos héros aient autant de liens avec leur entourage ce qui rend l’histoire plus profonde.

Il y a une véritable réflexion dans ce roman. On se sent forcément concerné par tel ou tel sujet. J’ai trouvé le cheminement agréable à lire, on se laisse porter sans trop savoir à quelle sauce on va être mangé. Je pense que ce roman sera perçu différemment par chaque lecteur, en fonction du vécu de chacun. Le côté fictif est très bien orchestré et je ne retiens que la belle leçon de vie que nous offre ce livre.

En bref, Tetsuya Sano nous offre un récit singulier qui aborde des thématiques sensibles avec beaucoup de pudeur et de bienveillance. L’auteur a su m’émouvoir, je me suis laissée aller à ressentir certaines émotions inattendues, c’était une sorte de mélancolie positive. Je ne regrette pas de m’être plongé dans cette histoire qui saura sûrement vous émouvoir à votre tour.

On m’a fait naître, goûter aux choses de la vie, et puis on m’a tout repris pour finalement me reprendre la vie elle-même. J’ai pensé que si Dieu existait, c’était un psychopathe sans âme. Ma vie entière est devenue la cible de mes regrets. J’en suis venue à haïr les moments heureux de mon existence. Ces seules pensées suffisaient à me torturer. J’aurais préféré le néant dès le début. Que du commencement à la fin il n’y ait que le néant. Je n’aurais jamais eu à savoir ce que c’était de vivre, ni de goûter à la souffrance de la mort. J’ai prié tout ce temps pour le néant. Je voulais m’en approcher absolument. Que ma vie s’anéantisse entièrement. D’enfin perdre l’intérêt pour ce monde. Mais quelqu’un a changé ça en moi. Toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *