Néo-Monde #2 – Marvard » Teddy Roch

Editeur : Editions de la Caravelle

Kindle : ICI

Cette guerre n’était que le début…
Après les terribles affrontements contre les Félons, Forgost tente de se relever. Les vivres manquent cruellement, et la peur de représailles de la part de l’amiral pèse sur les épaules du Conseil.
Alors que des tensions apparaissent, et que le traître court toujours, Karl doit à nouveau quitter le Nord pour sauver l’un de ses amis. Loin de son refuge, il va s’enfoncer au cœur même de ce monde déchiré, aux frontières du rêve et du réel.

 

⭐⭐⭐⭐

Cela faisait un long moment que j’avais lu le premier tome, ma chronique datant du mois de mai 2018, et j’avais un peu peur de ne plus trop savoir qui/quoi/que/comment, mais j’ai eu tort d’avoir ressenti cette peur, je m’y suis rapidement retrouvée et j’ai pris énormément de plaisir à retrouver ce monde toujours aussi riche que précédemment.

Je pense d’ailleurs que ce sont les détails fournis par l’auteur qui ont réussi à ce que je ne me sente pas perdue, à ce que je retrouve vite mes marques. Mais je tiens à souligner que si l’auteur ne lésine pas sur les détails, il n’y en a pas trop pour autant, il a réussi à trouver le juste milieu, plus et cela aurait été de trop, tandis que moins aurait simplement fait fonctionner un peu plus mon imagination.

Si j’ai eu pas mal de réponses aux questions que je me posais précédemment, il y en a qui persistent et d’autres qui se sont ajoutées, principalement avec ce final que nous donne l’auteur qui ne présage rien de bon pour la suite. Dans ses remerciements, il précise d’ailleurs que Néo-Monde est un grand puzzle, et je le confirme sans hésiter.

Le pire était à venir et ils en payeraient le prix fort.

Cette courte phrase que j’ai piochée à la fin de ce second tome, et qui ne spoile pas ce que j’ai dit plus haut, ne fait que confirmer que cela risque d’être plus que mouvementé, que le troisième tome va nous en faire voir de toutes les couleurs et que nous ne somme certainement pas au bout de nos peines.

Pour vous situer un peu l’ambiance globale, je dirais que c’est dans le même genre que lorsque nous sommes pris dans une intrigue à la Stephen King, c’est prenant et étouffant par moments, c’est oppressant et pourtant on a envie de voir la lumière alors on ne peut s’empêcher de poursuivre.

Bon, il me reste à attendre le troisième tome, mais j’ai hâte de pouvoir y retourner et voir si j’ai quelques questions qui trouvent leurs réponses 🙂

Cette journée aurait pu être comme toutes les autres. Les gens n’auraient jamais levé les yeux vers le ciel pour contempler sa splendeur, la chance qu’ils avaient de pouvoir le regarder à nouveau. Au lieu de cela, ils vivaient tous sous ce dôme, profitant du microclimat artificiel qu’il leur offrait. Ils ne ressentaient ni la chaleur ni la sécheresse, oubliant ce qu’il se passait de l’autre côté de leur bulle de protection.

Merci à Teddy Roch pour sa confiance.

Retrouvez mon avis sur le premier tome :
#1 Les Voyageurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *