Premières lignes #73

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[REVENIR POUR MOURIR] de JENNIFER L. ARMENTROUT paru aux éditions PYGMALION.

*[ALCHIMISTES] de JEAN-PIERRE FAVARD à paraître aux éditions SEMA.

 

Après dix ans d’absence, Sasha revient dans sa ville natale de Virginie. Elle y retrouve sa mère, ses amis d’enfance et ses repères. Mais dès ses premiers jours de travail dans l’auberge familiale, elle se sent observée, menacée. Ce retour aux sources tourne vie au cauchemar pour celle qui a fait la une des journaux locaux des années auparavant… car Sasha est la seule rescapée d’un tueur en série connu sous le nom du Marié.
Alors que son amour de jeunesse, devenu agent fédéral, réapparaît dans sa vie et jure de la protéger, des jeunes femmes commencent à disparaître, comme à l’époque de son enlèvement et, dans l’ombre, quelqu’un guette la première erreur de Sasha pour s’assurer qu’il s’agira de sa dernière…

Premières lignes

Prologue

Il y avait des règles.
Des règles qui ne devaient pas être enfreintes, mais qui l’avaient été cette fois-ci, et, bon Dieu, qui le serait encore. Qu’importe que tout soit resté sous contrôle jusqu’ici. Qu’importe que les règles aient été respectées parce que c’était nécessaire.
Tout avait changé aujourd’hui.
Elle était de retour.
Et elle allait de nouveau tout faire foirer.

1223, les évêques de Bethléem, en Palestine, fuient la Terre Sainte et trouvent refuge à Clamecy, dans la Nièvre.
1307, des centaines de Templiers sont arrêtés sur ordre de Philippe le Bel. Officiellement, l’Ordre du Temple n’existe plus.
1382, Nicolas Flamel parvient à changer le plomb en or.
1789, deux ouvriers du marquis de Chastenay mettent à jour un intrigant coffret en pierre à Essarois, en Côte-d’Or.
2003, d’étranges parchemins refont surface en même temps que le corps sans vie d’un notaire. S’engage alors une formidable course contre la montre mêlant Histoire occulte et officielle, sociétés secrètes et alchimie. Ou lorsque la légende rencontre la réalité.

Premières lignes

L’horizon était en feu. Où que le regard se portât, tout n’était que mort et désolation. Les cadavres jonchaient le champ de bataille. Des hommes, fauchés à la fleur de l’âge, le corps encore ceint d’imposantes armures qui s’étaient révélées incapables de les protéger. Succession de visages où se reflétaient l’effroi et la plus terrible des humiliations. Car ils avaient été vaincus. Malgré leur force, leur nombre et leur courage. Malgré les armes dont ils étaient pourvus, leurs chevaux lourdement caparaçonnés et l’aide de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *