Miroirs et Ombres » Maya Agora

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

La vie n’est que des moments éphémères et dans leur mortalité existent les souvenirs, une raison de leur persévérance dans le temps.
Le passé, le présent, le futur… que veulent dire tous ces mots ? Le temps, que représente-t-il ? Les souvenirs que peuvent-ils changer s’ils deviennent ? Et s’ils disparaissent ? La peur, d’où vient-elle ? Et la liberté comment l’atteindre ?Mon nom est Maya Agora et voici mon premier roman.J’ai peint le temps en un miroir, les souvenirs en une ombre que nous transportons et la liberté en une lumière qui nous permet de bien distinguer l’ombre, de profiter du présent et voir clair le futur afin de ne pas tomber dans le tourbillon d’un temps obscur.
Les souvenirs ne font pas l’amour, l’amour crée les souvenirs.
Que feriez-vous si la personne que vous aviez chéri dans votre coeur, qui vous a accepté et aimé, avec qui vous aviez vécu tout un bonheur pendant cinq années de mariage et qui constitue tous vos souvenirs disparaît subitement dans un accident de voiture ?Que feriez-vous si cette personne revenait une année après, sans cet amour, sans ces souvenirs et ne vous acceptait plus ?Qu’allez-vous faire devant cet étranger qui vous dit aimer une autre et refuse votre présence ?Vivre dans le passé, accepter le présent ou espérer le futur : les trois sont pénibles et remplis d’amertume… les trois sont inévitables.Et si c’était vous le coupable et la victime… ?Les réponses à ces questions constituent tout un vécu, une histoire à découvrir dans ce nouveau roman.Miroirs et ombres un roman sur l’amour, les souvenirs et la passion.
Le passé est un vécu éteint, les réponses y sont et je ne pourrai le ramener, je ne veux pas…
Je m’appelle Emma Miller.Après une année passée sur la disparition de mon mari dans un accident de voiture sans aucune nouvelle, je me retrouve noyée dans les ténèbres d’une vie sans goût. Le seul moyen afin d’apaiser ma douleur d’attente et pour ne pas perdre espoir était : relater nos souvenirs sur du papier. Quelques jours après, je reçois un appel de la police : mon mari est de retour vivant comme je l’espérais, mais sans passé et avec une nouvelle femme. Je me retrouve soudainement devant un étranger, face à des énigmes, à des questions, à des réponses, à des ombres, à des miroirs,… à la mort.

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐

Au moment de vous écrire mon avis, j’ai relu le résumé, et là je me suis demandée quoi vous dire d’autres tellement celui-ci est complet. Du coup, je vais aller plus dans mon ressenti, dans les sensations que ce récit à mi en avant plutôt que de vous parler de l’histoire elle-même. Le résumé suffit amplement à donner envie d’en savoir plus, ce fut le cas pour moi en tout cas, mais il faut bien que je dise quelque chose, que je mette en avant pourquoi j’ai donné quatre étoiles. Alors, c’est parti ^_^

Déjà, il est paru un 7 décembre… excellente date non ?… ben oui quoi, c’est ma date anniversaire à moi également, donc ce livre ne pouvait que se trouver sur mon chemin après tout ^_^

Que feriez-vous par amour ? Voilà une excellente question à laquelle tout le monde répondra certainement différemment, bien que certaines réponses seront similaires. Déjà au départ, nous avons chacun notre propre notion de l’amour, celui-ci peut se montrer idyllique ou destructeur, il peut se montrer sur beaucoup de facettes. Mais il y a également différentes sortes d’amour, l’amour que nous ressentons pour notre famille, pour nos enfants, pour notre moitié, pour notre animal de compagnie, pour une personne avec laquelle le lien est beaucoup plus fort que de l’amitié. C’est assez psychologique au final, et chacun de nous trouvera ses propres réponses selon les situations dans lesquelles nous pourrions nous poser cette question, cela dépend également de notre propre vécu.

Mais nous ne sommes pas là pour donner de réponses à cette question, nous pourrions y passer énormément de temps. Alors, revenons-en à ce qui nous amène ici en ce moment.

Ce roman, fait pas loin de 400 pages, c’est un joli bébé, mais honnêtement, ce mélange de psychologie et de romance, j’y serais encore bien restée un peu, 100 ou 200 pages supplémentaires n’auraient pas été un problème, je m’y sentais assez bien durant ma lecture que pour vouloir que cela continue encore.

Ce n’est peut-être qu’une impression, mais parfois, j’ai eu la sensation que l’auteure se livrait sur sa propre vie, sur ses propres émotions, tout cela à travers Emma. Un peu comme si Emma était en fait Maya Agora. Bon je sais que cela peut paraître étrange dit de cette manière, je ne sais d’ailleurs pas si vous allez comprendre ce que je veux dire par là, mais c’est une sensation qui ne m’a pas quittée jusqu’à la fin.

Nous oscillons entre présent et passé, à travers les souvenirs nous apprenons à connaître Emma et Michael. Ces passages m’ont un peu perturbée au début, car ils sont écrits au présent, mais ce n’est là qu’un détail et le temps de m’y faire, c’est passé comme une lettre à la poste (lorsque celle-ci fait son boulot correctement). C’est le seul point que je pourrais considérer comme moins positif que le reste du récit.

Si je peux vous donner un conseil, c’est de ne pas hésiter à découvrir ce roman qui ne pourra que plaire aux amateurs de romance d’un côté, mais également aux personnes qui aiment les récits travaillés, qui ont de la profondeur.

Ma main se déplace sur mon front brûlant. J’ai la migraine. J’ai mal à la tête à cause de ces maudits comprimés que je prends pour dormir et qui m’hypnotisent pour seulement quelques heures. L’appartement est trempé dans un noir atroce, constaté-je à travers la baie vitrée. Je me suis endormie par terre sur mon chagrin après avoir usé mes souvenirs pour ressusciter une vie antérieure. Des images et du son sont les seules sources de vie qui subsistent dans ce cercueil qui jadis représentait ma maison. J’ai épuisé le restant de mon souffle en regardant ces vidéos sur le téléviseur, je l’ai étouffé arrêtant des vagues de larmes et me suis exilée dans le balcon.

Merci à Maya Agora pour sa proposition de service presse.


Découvrez l’avis de La pomme qui rougit : ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *