Premières lignes #64

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[IS IT LOVE ?] de ANGEL AREKIN à paraître aux éditions HUGO NEW ROMANCE.

*[L’ENVOL] de ALIA CARDYN paru aux éditions CHARLESTON.

 

Is it love ? L’histoire d’amour dont vous êtes l’héroïne.
Alors qu’Ashley est en retard pour son premier jour de travail à la Carter Corporation, une grande
entreprise new-yorkaise dans laquelle elle a toujours rêvé d’être embauchée, elle croise le chemin d’un insupportable personnage qui lui fait perdre un temps précieux ainsi que son calme.
En arrivant au bureau avec plus d’une heure de retard, on lui présente son manager… qui n’est
autre que celui qui est responsable de son arrivée tardive !
Il va alors prendre un malin plaisir à faire planer le doute sur son éventuel renvoi. Dès lors se met en place un jeu mêlant séduction et provocation.

Premières lignes

Ashley

Et voilà, ce qui devait arriver est en train de se produire… c’était si prévisible. Mais quelle idiote !
Je trépigne d’impatience derrière mon volant, tapant du pied sur la moquette. La radio balance une musique, qui en d’autres circonstances, me vrillerait les tympans, mais je suis trop distraite, mais pour la trouver détestable. Je regarde ma montre toutes les trois secondes. Je vais être en retard…
Premier jour de boulot et je vais être en retard, parce qu’un abruti a siphonné mon essence.
Je déteste cette ville.
New York est une pomme pourrie, dans laquelle ne grouillent que des parasites assoiffés de sang frais… ou en l’occurrence, d’essence.

Si avec le temps, votre être s’est figé, le 27 juillet vous offre une opportunité. Celle de naître à nouveau.

Chaque année, le 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse dans sa propriété dominant l’océan. Aujourd’hui, la ville côtière de Black est en émoi. Lors de la fête annuelle, la jeune Théa Vogue a sauté dans le vide.

Pour son troisième roman, Alia Cardyn nous plonge dans le quotidien d’une petite ville et, de 27 juillet en 27 juillet, nous délivre, aux côtés de Théa, un bouleversant message d’espoir.

Premières lignes

Ce soir, ils sont cent à la fête donnée par Barnabé Quills.
Alors que les plus audacieux, allongés sur l’herbe ou appuyés contre un arbre, embrassent leur prochain amant, la plupart sont sur la piste de danse. Par instants, les faisceaux lumineux éclairent leurs corps parfaits, chaque forme fine collée à un buste ferme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *