Hurler sans bruit » Valérie Van Oost

Editeur : Librinova

Livre : ICI

Alex, Isabelle, Marine.
Trois femmes, trois amies.
Ensemble, elles ont connu des drames, affronté des obstacles.
Mais tout ne se partage pas, même avec ses meilleures amies. Certains secrets sont gardés, enfouis. Jusqu’au jour où l’on vient les déterrer.
Ainsi, quand Jeanne, la fille d’Alex, se trouve confrontée à un choix difficile, les trois amies tombent le masque. Leur amitié sera-t-elle assez forte pour surmonter les révélations ?
Au travers de ses trois héroïnes, l’auteur nous dresse le portrait des femmes d’aujourd’hui, des enjeux que sont pour elles la carrière, la maternité et la vie de couple.
Une histoire poignante sur la résilience au féminin.

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐

Cela ne m’arrive pas souvent, mais j’ai du mal à exprimer mon ressenti en fin de lecture. J’ai eu pas mal de fois l’impression que Valérie Van Oost me connaissait et qu’elle parlait de moi, c’est franchement perturbant d’avoir autant de points commun avec les personnages que nous rencontrons dans nos lectures.

Au-delà de l’histoire en elle-même, c’est principalement tout le côté psychologique qui m’a énormément plu, c’est d’après moi, le point le plus travaillé par l’auteure, et le résultat est phénoménal ! Je vous avouerai que j’ai parfois eu la sensation qu’une telle sincérité ressortait des phrases, des mots, des situations que nous rencontrons, que cela allait au-delà d’une simple histoire sortant de l’imagination de l’auteure, mais que c’était plus personnel. Peut-être pas réellement personnel, mais peut-être qu’elle a pu connaître des personnes qui se rapprochent énormément des trois femmes avec lesquelles nous faisons connaissance. Je peux bien évidemment être loin de la vérité, et que c’est juste l’imagination de l’auteure que nous découvrons.

Je ne vais pas vous mentir, certains passages sont assez difficiles émotionnellement, mais ils rendent ce récit très prenant à lire, ils rendent le tout encore plus profond et sincère. Valérie Van Oost aborde beaucoup de sujet, pourtant, aucun n’est laissé en plan à un moment ou à un autre, ils sont chacun présent et bien développés.

Je ne peux que vous conseiller de découvrir à votre tour cette petite merveille ainsi qu’une plume enchanteresse et empreinte de justesse.

Comment a-t-elle pu travailler comme reporter, couvrir le Moyen-Orient, faire face à des horreurs sans ciller et paniquer dès qu’un problème s’esquisse pour sa fille ? Comment cette sportive d’endurance qui chausse presque tous les jours ses baskets pour faire ses dix kilomètres, qui a été capable de retaper presque seule une maison; qui est un roc sur lequel personne, pas même Stéphane, ne peut avoir de prise, semble n’être plus qu’une matière liquide, déformée face à Jeanne.

Merci à Valérie pour sa proposition de service presse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *