Le vase rose » Eric Oliva

Editeur : Taurnada

Livre : ICI

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ?
Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever.
Frédéric Caussois a choisi.
Pour lui, aucun compromis, il doit savoir,
connaître la vérité.

 

L’avis d’Alouqua

⭐⭐⭐⭐⭐

[accordion title= »Attention, si vous avez de chastes oreilles, ne cliquez surtout pas sur le + ici sur la gauche ! »]Ma réaction face à la chute de ce livre : Putain de merde ! Mais merde ! Je n’ai rien vu venir et, merde merde, c’est géant ![/accordion]

Dire que ce thriller est addictif est un euphémisme ! Dès que je l’ai débuter, il m’a été impossible de vouloir poser ma liseuse, et pourtant parfois il n’y a pas le choix.

Que feriez-vous si votre enfant d’à peine dix ans mourrait devant vous dans des conditions étranges ? Je peux vous certifier que mon coeur de maman a eu pas mal de palpitations, et je sais que je ferais tout ce qu’il m’est possible de faire pour avoir des réponses, que ce soit par la voie légale ou un autre chemin, je finirai pas avoir le fin mot de l’histoire. Il me fut donc assez facile de pouvoir comprendre le raisonnement et le chemin parcouru par Frédéric, le papa du pauvre petit Tao (coïncidence, mon compagnon se prénomme Frédéric …).

Eric Oliva, dont je découvre la plume avec ce livre, est doué pour jouer avec les émotions, pour maintenanir ses lecteurs dans un état d’attente de la suite, pour maintenir le suspens jusqu’au bout, mais surtout de nous étonner avec une fin qu’il est juste impossible de voir venir, et je suis plus que certaine, qu’aucune personne qui lira ce livre, ne pourra deviner cette fin que donne Eric Oliva à ce thriller. Le vase rose, la première chose qui m’a donné envie de le lire, c’est la couverture, ensuite le fait qu’il soit édité aux éditions Taurnada (je n’ai jamais jamais jamais été déçue d’une parution de cet éditeur), pour finir, c’est le résumé qui m’a intrigué, on sait que ce ne sera pas de tout repos, mais on ne s’attend certainement pas à cela. Cette fois encore, impossible d’être déçue par les éditions Taurnada.

Frédéric est le papa du petit Tao, garçon d’une dizaine d’année, depuis la veille il a des démangeaisons, alors sa femme, Luan, lui demande de passer à la pharmacie prendre le traitement que lui a prescrit le médecin en revenant d’avoir été chercher leur fils à l’école. Après le repas du soir, Frédéric lira une histoire à son fils, comme tout les soirs, et c’est à ce moment-là que tout va basculer, que l’impensable va se produire. Perdre un enfant est la pire chose qui peut arriver à un parent, mais le perdre de cette manière, je n’ai même pas de mot pour le qualifier. Par la suite on va apprendre, que ce qui a malheureusement tué l’enfant, c’est le fameux médicament … que Frédéric lui a donné sur ordre du médecin. Comment ne pas se sentir coupable après cela ? Je pense que j’aurais viré complètement folle !

L’enquête qui va suivre va piétiner, Frédéric ne peut rester les bras croiser, et je pense que tout le monde peut le comprendre, il va alors prendre les choses en mains, il veut des réponses, il veut savoir pourquoi son fils est décédé. On va donc le suivre dans tout son cheminement, dans sa quête de vérité, dans ses questionnements. Cela va se dérouler sur plusieurs mois, nous assistons ce papa en détresse totale, en un rien de temps il perd tout et sa quête de réponses va le mener à se poser encore plus de questions. C’est infernal !

Comme je le dis plus haut, je n’ai jamais été déçue des éditions Taurnada, ce n’est pas cette fois que cela commencera. Je découvre un auteur et je suis subjuguée par ce livre, que ce osit l’histoire, ou encore le final qui m’a laissé sur le cul (oups désolée pour l’expression), c’est une véritable merveille.

Merci à Joël et aux éditions Taurnada pour leur confiance.

A propos de Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog. J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

3 commentaires sur “Le vase rose » Eric Oliva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *