Les tulipes du Japon » Isabelle Bielecki

by

Editeur : M.E.O. Edition

Livre : ICI

Une histoire d amour (qui finit mal, mais…) Une histoire de guerre des nerfs dans une entreprise japonaise (qui finit bien, mais…) Et des souvenirs qui balisent six journées d une vie de combat. Car rien ne se donne à une jeune immigrée, même quand elle est décidée à pleinement s intégrer. Il faut se battre pour trouver une forme de bonheur, se démener pour garder sa place dans le monde professionnel, particulièrement s il est transplanté d une autre culture et ne se greffe pas facilement.

 

L’avis d’Alouqua

🌟🌟🌟🌟

Pour commencer, je dois dire que je suis fan de la couverture, c’est le genre de photos que j’adore, j’en ai plusieurs de ce genre dans des cadres et je ne m’en lasse pas.

Ce roman est divisé en deux parties, la deuxième est un peu plus sombre que la première, mais tout autant prenante à lire.

L’auteure a des parents de deux nationalités différentes, et je trouve qu’elle a transmit de multiples valeurs à son récit, que ce soit émotionnellement, ou dans la manière de vivre. La narration est parfois un peu fouilli, comme si Elisabeth nous transmettait son mal-être directement par ce biais. Ce qui pour moi n’est pas du tout un point négatif, bien au contraire, je trouve que justement cela rend le récit et l’histoire plus profonde, on se prend d’affection pour elle tout en essayant de la comprendre pour l’aider au mieux à se trouver, à comprendre certaines situations dans lesquelles elle semble patauger. Elisabeth est une femme qui doit se faire une place dans un monde d’hommes, un parcours compliqué et pas de tout repos, comme vous vous doutez.

Mais pour ma part, ce n’est pas tant l’histoire qui m’a tenue du début à la fin, c’est plutôt le travail fait sur chacun des personnages, ils sont hyper profonds, le côté psychologique est relativement approfondi, rien n’est laissé au hasard. Le lecteur n’a aucun mal à comprendre les motivations d’untel, ou encore pourquoi un autre ressent d’une manière et non autrement. Tout comme les descriptions de ce qui nous entoure, un vrai régal que l’on a pas envie de quitter.

Eh puis quel plaisir pour moi que de retrouver des villes de chez moi, en général je voyage avec mes lectures, ici j’étais chez moi en Belgique, ça change et cela fait du bien de temps en temps.

Merci à Gérard et aux éditions M.E.O. pour leur confiance.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *