Honorables intentions > Fabiola Chenet

by

Londres, 1868

Comme chaque année, la nouvelle saison des bals va s’ouvrir ! À cette période, chaque famille ambitionne de sceller un noble et riche mariage…

Bien malgré elle, Kate Houtton doit être présentée dans le grand monde. Jusqu’ici, les honneurs et les invitations mondaines étaient réservés à Charlotte, sa soeur cadette, ce qui convenait parfaitement à Kate. Mais cette année, lady Martha, leur grand-mère et dépositaire de l’héritage familial, a posé ses conditions : la cadette ne pourra convoler qu’une fois l’aînée dûment mariée. Quelle déconvenue pour les filles Houtton… Qu’en sera-t-il des activités que Kate a jusque-là réussi à tenir secrètes ? Charlotte devra-t-elle renoncer à son amour pour Arthur ? La jeune femme est pourtant loin de se douter que, sur la liste de ses soupirants, figurera le séduisant John Barnes…

Paru le 9 janvier 2018 aux éditions DIVA ROMANCE


L’avis de Marlène – Note 4,5/5

[Honorables intentions] nous plonge dans l’aristocratie anglaise du XIXe siècle. Cette romance historique nous dresse le portrait d’une femme forte et indépendante qui souhaite garder sa liberté coûte que coûte.

Kate Houtton est ambitieuse, fille aînée qui a toujours vécue dans l’ombre de sa sœur cadette Charlotte, elle n’aspire qu’à s’émanciper de sa famille pour vivre enfin sa vie telle qu’elle la conçoit. Proche de sa grand-mère, Lady Martha, Kate va devoir ruser pour obtenir sa liberté, selon les volontés de sa grand-mère, Kate doit être mariée avant que sa sœur Charlotte puisse prétendre elle-même à un époux. C’est à cette condition qu’elle pourra avoir la vie dont elle rêve, et la solution est toute trouvée lorsque John Barnes commence à la courtiser. Abasourdie qu’un homme aussi séduisant veuille d’elle pour épouse, elle élabore un arrangement avec lui… Un mariage libre, une liberté totale, une entente qui conviendra aux deux époux. John Barnes est un homme loyal qui a une dette envers Arthur, son cousin. Arthur qui se trouve être éperdument amoureux de Charlotte Houtton, il a donc besoin que John épouse Kate pour pouvoir demander la main de sa bien aimée…

Entre Kate et John, l’arrangement est d’une simplicité absolue, mais ne risquent-ils pas de s’attacher ? Arriveront-ils à garder une entente cordiale ? Les intentions de John sont-elles si honorables ? 

[Honorables intentions] est une romance historique passionnante et passionnée. Le lecteur fait un véritable bond dans le temps pour découvrir une époque où les us et coutumes régissent la vie des femmes. Avec un style authentique, Fabiola Chenet m’a transportée du début à la fin de ce récit hors du commun. Il y a énormément de choses qui m’ont plus dans l’histoire de Kate Houtton, cette héroïne forte et indépendante. Tout d’abord, le contexte est plaisant, les détails et les descriptions contribuent à la facilité d’imagination du lecteur. Je me suis retrouvée spectatrice d’un destin de femme comme je les aime. Fabiola Chenet a mis en scène une héroïne qui sait ce qu’elle veut, et qui n’est pas encline à se laisser dicter sa conduite. Le scénario est très riche et l’intrigue passionnante, pleine de mystère et de rebondissements. Je me suis sentie très proche de Kate, tellement l’auteure l’a rendu réelle à mes yeux, j’ai perçu la moindre de ses émotions, j’ai trouvé sa vie rude et difficile au sein de sa famille, sa relation avec sa sœur est des plus compliquée, rejetée de tous, Kate a dû se forger une carapace pour éviter des souffrances inutiles. Mais sa rencontre avec John va quelque peu la fragiliser, elle va toucher du bout des doigts un bonheur factice… qui va néanmoins la troubler, lui donner des envies et des espoirs vains…

Les personnages sont très bien travaillés, ils ont tous une personnalité bien déterminée. Kate est vraiment la force de ce roman, elle porte cette histoire à bout de bras, elle est généreuse, altruiste et d’une profonde bienveillance. J’ai tout de suite aimé son personnage. John est lui aussi un personnage que j’ai apprécié, c’est un gentleman, élégant, séduisant et très gentil. Son éducation en a fait un homme très attirant de par son attitude et son attention après de la gent féminine, c’est un homme respectueux, attentif et son flegme britannique vous fera très certainement fondre. Arthur, le cousin de John, est un personnage intéressant, sa relation avec son cousin démontre bien que les liens familiaux sont importants à ses yeux, Arthur est un séducteur, un tantinet libertin mais tout de même très agréable. Charlotte Houtton se révèle être une véritable garce, une jeune femme malveillante, égoïste, hautaine et manipulatrice. J’ai adoré son personnage parce qu’elle m’a fait ressentir des émotions vives proches de la haine, j’en suis venue à la détester avec force et un soupçon de plaisir. Il y a beaucoup d’autres personnages secondaires qui trouvent leur place naturellement dans l’histoire, qui apportent beaucoup de profondeur au récit et qui mettent en lumière tous les thèmes abordés par l’auteure.

La plume de Fabiola Chenet est idéale pour ce genre de récit, un vocabulaire et un style adaptés pour transporter le lecteur dans une autre époque. Le scénario est vraiment très intéressant, captivant et addictif. Je vous avoue que j’ai dévoré le roman d’une traite car j’ai trouvé l’intrigue passionnante. La dynamique de la romance est elle aussi très agréable, le contexte est original et les sentiments abordés d’une façon cohérente et pleine d’émotions. Fabiola Chenet nous transmet un beau message dans ce roman avec son héroïne forte et indépendante, la part féministe de cette histoire est sous-jacente, elle n’est pas écrasante, on la découvre au fil des pages, en s’attachant à Kate. L’auteure aborde aussi le thème de la famille, elle met en lumière des relations familiales dysfonctionnelles qui ne pourront que vous interpeller. L’intrigue comporte un petit côté suspense qui n’est pas désagréable, au contraire, cela nous pousse à la réflexion, on se met à douter des personnages, de leur lien dans toute l’histoire.

En bref, [Honorables intentions] est une romance historique qui m’a énormément plu. Le destin de Kate Houtton m’a captivé, j’ai été sensible à sa vie de femme, à sa force de caractère et son envie d’indépendance. La romance est passionnée et magnifiquement mise en valeur par des personnages attachants. Le style et la plume de Fabiola Chenet contribuent à l’excellence de ce récit, avec [Honorables intentions], elle m’a fait vivre un moment de lecture authentique qui ravira les amatrices du genre.


Extrait 

Chapitre 4

Londres, mars 1869

La capitale était irrévocablement en train de changer. Cela avait commencé avec l’abolition de l’esclavage, trente-six ans plus tôt. Et cela prenait encore plus d’ampleur depuis que « le William du peuple », de son vrai nom William Ewart Gladstone, était devenu Premier Ministre en décembre.

Kate sourit. Si sa famille savait ce qu’elle pensait, elle la ferait enfermer dans un couvent. Ou elle serait envoyée quelque part dans les colonies pendant que ses parents feraient croire à leur entourage qu’elle était décédée.

Kate s’intéressait à la politique depuis de nombreuses années maintenant. Elle recevait et lisait religieusement tous les journaux, y compris Punch, la revue satirique, connue pour critiquer les différentes classes sociales. Elle y aimait particulièrement l’humour des rédacteurs et des dessinateurs, même si, parfois, certains articles la faisaient grincer des dents. Bien sûr, tous ces exemplaires étaient bien cachés dans sa chambre. Si jamais son père les découvrait, il serait capable de la renier, lui qui demeurait fermement conservateur.

La jeune femme s’était intéressée à Gladstone depuis qu’il avait évoqué ses idées sur une nouvelle réforme électorale. C’était un vrai défenseur du peuple, du moins, il l’était devenu au fil de ses années dans la politique. Et c’est ce que Kate estimait le plus chez lui : sa capacité d’observation et d’adaptation, ainsi que sa détermination à faire évoluer son pays.

Comme tous les jours de la semaine depuis qu’elle était arrivée à Londres avec sa famille, Kate profitait de la matinée avant de vaquer à ses occupations sociales obligatoires. C’était le moment de la journée qu’elle préférait. Aucun de ses pairs n’était présent. La plupart se délectait d’un long sommeil après avoir passé toute la soirée et une bonne partie de la nuit dans des bals ou autres divertissements proposés à la haute société. Kate aurait dû, elle aussi, être en train de se reposer. Depuis qu’elle était arrivée dans la capitale, elle était traînée de bal en bal, à la recherche d’un époux. Kate eut un rictus. Depuis un mois, elle avait été présentée à un nombre incalculable de gentlemen. Lorsque la question de l’âge se posait, ses parents mettaient sa dot en avant, et marmonnaient quelque chose à propos de sa santé fragile. Et cela fonctionnait, car Kate n’était pas reléguée parmi les chaperons, les vieilles filles ou les dames de compagnie. Comme elle regrettait l’époque où elle n’était pas autant mise en avant ! Malheureusement, il en serait ainsi jusqu’à ce qu’elle soit unie à un homme.

Kate soupira. Que n’aurait-elle donné pour ne pas se retrouver au centre de l’attention ! Pour cette raison, et uniquement pour cela, elle en voulait un peu à sa grand-mère, cause de tous ses malheurs actuels. Elle aurait pu insister pour rester à Dartford. Peut-être. Mais elle-même avait besoin de venir à Londres. Aussi, elle n’avait pas le choix et devait subir toutes ces festivités et la fréquentation d’une population qu’elle n’appréciait guère.

Toutefois, s’il y avait bien une chose qu’elle refusait absolument, c’était de rester oisive. Elle ne voulait pas passer sa matinée au lit, et l’après-midi à se promener dans Hyde Park pour être vue. Et malgré la pression de sa mère, elle n’avait pas dérogé à cette règle.

Aussi, pendant que sa famille « se reposait », Kate était réveillée depuis plusieurs heures, et elle avait déjà fait une longue promenade dans la ville.

Personne ne la remarquait lorsqu’elle s’y promenait seule. Tout le monde la prenait pour une jeune fille quelconque. Avec sa robe de couleur sombre, en coton, ses bottines épaisses et le bonnet qui cachait ses cheveux tressés et remontés en un chignon ferme, elle n’était pas différente de toutes ces femmes qui travaillaient pour gagner leur vie.

Merci aux éditions Diva Romance pour cette lecture lue dans le cadre des Lectrices Diva Romance 2018.

5 Comments on Honorables intentions > Fabiola Chenet

  1. Une souris et des livres
    10 janvier 2018 at 8 h 45 min (7 mois ago)

    J’ai exactement le même avis que toi. J’ai passé un super moment de lecture avec ce livre à un cheveux des 5 étoiles 😊

    Répondre
  2. Alice Neverland
    10 janvier 2018 at 16 h 12 min (7 mois ago)

    Je viens de le terminer, j’ai beaucoup aimé cette romance également !

    Répondre
  3. Camille
    11 janvier 2018 at 11 h 38 min (7 mois ago)

    Ta chronique donne envie !

    Répondre
  4. Isis
    11 janvier 2018 at 22 h 58 min (7 mois ago)

    impatiente de le lire

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *