Les Héritiers #1 – La princesse de papier > Erin Watt

Ella Harper est une battante, une éternelle optimiste. Elle a passé sa vie à déménager de ville en ville pour suivre sa mère, à avoir des fins de mois difficiles et à penser qu’un jour elles allaient s’en sortir. Mais quand sa mère meurt, elle se retrouve seule au monde…

Jusqu’au jour où Callum Royal apparaît dans sa vie. Finis la galère et le club de strip-tease pour payer ses études. La voilà dans le grandiose manoir des Royal. De l’argent, du luxe du confort… Et… les cinq fils de Callum.

Tous la détestent, tous sont désespérément attirants. Le plus charismatique d’entre eux, Reed Royal, est celui qui est le plus déterminé à la renvoyer là où il pense qu’est sa place, dans un monde de dénuement qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Il ne veut pas d’elle dans sa vie. Il ne veut pas lui faire une place dans le petit monde huppé des Royal.

Et s’il avait raison ?

Argent, excès, tromperies, faux-semblants. Tout un univers qu’Ella découvre avec stupeur. Si elle veut survivre dans le royaume des Royal, il va falloir qu’elle apprenne à édicter ses propres règles royales.

Paru le 4 janvier 2018 aux éditions Hugo New Romance.


L’avis de Marlène – Note 5/5

On peut dire que l’année 2018 commence fort chez Hugo New Romance ! Mais OMG ce roman est vraiment une tuerie. J’ai lu ce livre d’une seule traite, impossible de le lâcher. Dans le genre addictif il a la palme… En choisissant cette lecture, j’étais super confiante, je suis une grande fan d’Elle Kennedy et j’étais impatiente de découvrir son duo avec Jen Frederik… Le constat en sans appel, elles m’ont offert un excellent moment de lecture.

Par où commencer ? J’ai tellement de choses à dire sur ce premier opus… Et le pire c’est que j’ai du mal à canaliser mes émotions lors de l’écriture de cette chronique. On plonge très vite dans l’univers des deux auteures. Il n’y a pas à dire le récit commence sur les chapeaux de roue… On fait connaissance avec notre héroïne, Ella Harper est une jeune femme extraordinaire, une vraie battante, elle a vécu tellement de galères que l’on ne peut qu’applaudir sa façon de rebondir dans la vie, elle la gérait d’une main de maître avant que Callum Royal ne débarque dans sa vie en déclarant être son tuteur légal… Tout cela est bien mystérieux et Ella se retrouve propulser dans un univers qu’elle ne connaît pas… Le luxe, l’opulence et l’argent coule à flot chez les Royal… Mais attention, les apparences sont trompeuses… Callum Royal a cinq fils, ils sont tous très attirants, mais Ella comprendra très vite qu’ils n’ont pas l’intention de l’accueillir à bras ouverts… Et encore moins le plus charismatique d’entre eux… Reed Royal entend bien faire de la vie d’Ella un enfer… Notre héroïne va devoir édicter ses propres règles si elle veut survivre dans ce monde inconnu et malveillant.

Ce premier opus m’a laissé sans voix, je suis encore en train de me triturer le cerveau pour me remettre de mes émotions et essayer de digérer le cliffhanger de fin qui est tout juste insoutenable… WTF ! Je n’en reviens pas, et depuis que j’ai terminé le roman je n’arrive pas à m’enlever le dernier chapitre de la tête, j’y repense, j’essaye de comprendre et je fais même des hypothèses pour la suite, oui cette fois-ci je suis sacrément atteinte ^^

J’ai trouvé l’histoire vraiment excellente à tous les points de vue. On est totalement plongé dans un univers des plus perturbants, honnêtement je n’aurais jamais survécu à la place d’Ella. J’ai trouvé notre héroïne exceptionnelle dans ce premier opus, elle nous démontre sa force de caractère, on la découvre au fil des pages, on apprend ce qu’elle a vécu et on ne peut que s’attacher à elle. J’ai adoré son apparente confiance en elle, son audace et sa façon de se fondre dans le décor. Ella en a sous le pied et gare à celui qui va la provoquer… Mais Ella c’est aussi une jeune femme fragile qui a dû affronter des épreuves toute sa vie, et elle se retrouve lâcher dans un univers inconnu où les faux semblants, les trahisons et les secrets sont omniprésents. Comment s’en sortir sans y laisser des plumes ? Sans y laisser son cœur ou son âme ? J’ai aimé la narration du point de vue d’Ella, même si cela rend le lecteur dingue ^^

Occupons-nous du cas des Royal, et c’est du lourd je vous assure. Je vais vous parler de notre « héros », si tant est qu’il puisse être appelé ainsi^^ Reed Royal, c’est un sacré numéro. Je dois dire qu’il est intimidant, impossible de lire en lui. Impossible de s’attacher à lui dans la première partie du roman, et pourtant j’ai aimé son personnage dès le début, je dois avoir un petit côté masochiste à mes heures perdues, mais vous voyez Reed a du charisme, du pouvoir, une belle gueule et son histoire est déchirante, même si ce n’est pas une raison pour cautionner son attitude de connard. Néanmoins, sa personnalité complexe a éveillé ma curiosité, et ce premier tome ne m’a pas rassasiée en ce qui le concerne. Reed se bonifie avec le temps même s’il reste perturbant, on ne sais pas où on va avec lui mais on y va car il a quelque chose de magnétique qui nous pousse à le vouloir… Est-ce que j’ai aimé Reed ? Indéniablement, oui ! Mais attention… danger ! Et le dénouement a eu raison de mes nerfs ! Callum Royal, le « tuteur » et père de cette grande famille ^^ Un homme bien sous tout rapport ? Et bien, disons que si l’on se fie aux apparences, il a effectivement l’air d’un bon samaritain qui vient sortir Ella du caniveau, maintenant son personnage est emplie de mystère, on sent bien qu’il cache quelque chose, mais quoi ? Callum est un personnage très intéressant et j’ai l’impression qu’il n’a pas fini de me surprendre. Ensuite vous avez Gideon Royal, le « grand » frère. C’est le plus âgé et il est à l’université… Mais Gideon est aussi un pilier même s’il est moins présent et je veux savoir aussi ce qu’il dissimule ! Il reste pour le moment un grand point d’interrogation. Mon avis est assez positif sur lui, et pourtant je ne peux m’empêcher de ressentir une espèce de gêne vis à vis de lui… L’avenir m’apportera sûrement les réponses… Attardons-nous sur Easton, ah Easton. Un de mes préférés je l’avoue. Et pourtant, Easton est un peu connard sur les bords mais je ne sais pas j’ai adoré son personnage. Il est vraiment canon, arrogant, sûr de lui et trèèès attirant. Mais Easton cache aussi quelque chose. Sa personnalité est imposante, il arrive à se faire passer pour un mec bien dans ses baskets. Mais comme tous les frères Royal, Easton a des blessures qu’il tente de cacher tant bien que mal. On termine avec les jumeaux qui ont un rôle bien moins important mais bon ils sont tout de même présent, Sawyer et Sébastian se ressemblent comme deux gouttes d’eau ^^ Ils sont intrigants mais vraiment au second plan. Vous voyez, vous n’allez pas vous ennuyer avec les Royal…

Nos autres personnages secondaires peuplent l’école préparatoire d’Astor Park. Ella va s’y faire une amie, Valérie Carrington, issue d’une famille tout aussi puissante que les Royal. Elle va surtout y rencontrer des détracteurs, comme Jordan Carrington qui va se faire un plaisir de l’humilier dès qu’elle en aura l’occasion. Et les autres protagonistes s’incrusteront dans ce décor ! J’ai adoré tous les personnages, même si certains m’ont clairement fait grincer des dents.

L’intrigue principale, à savoir l’arrivée de Ella dans la famille Royal et le déroulement de son quotidien, est assez simple… Heureusement car tout ce qui se greffe autour est terriblement complexe. Que ce soit l’histoire des Royal, la personnalité des Royal, l’histoire du père d’Ella qui était le meilleur ami de Callum Royal, la disparition de Maria, la mère des frères Royal… Je dois dire que j’ai trouvé cette histoire brillante, tout est cohérent et plutôt crédible dans ce premier opus. Il y a beaucoup de zones d’ombres qui m’ont rendu folle mais j’ai bon espoir d’avoir l’éclaircissement dans les tomes à venir. L’histoire est très rythmée et j’ai bien failli faire des crises de tachycardie ! Franchement en terme d’addictivité on peut difficilement faire mieux, en terme d’émotions et de réactions c’est la même chose. Ce roman m’a vraiment fait ressentir beaucoup de sentiments. De la compassion et de l’attachement envers Ella. De l’incompréhension et de la colère envers les Royal. J’ai aussi été perturbée par certains aspects de l’histoire qui m’ont troublée.

En ce qui concerne la romance, Elle Kennedy et Jen Frederik ont joué la carte de la dynamique haine/amour et cela fonctionne très bien. J’ai adoré la relation d’Ella avec tous les frères Royal. Bien sûr la romance concerne Ella et Reed. L’évolution de leur relation est passionnante, elle n’est pas dénuée d’émotions et la tension sexuelle est à son comble. J’avoue que l’électricité entre eux est palpable, impossible de la nier. Les auteures ont vraiment un talent fou, impossible de distinguer leur écriture, qui a écrit quoi, quand et comment ! J’ai aimé les notions abordées dans l’histoire ainsi que les thèmes qui mettent en lumière le jugement, la cruauté, l’amitié, l’amour et la famille… Nos personnages sont en constante évolution, la tension est omniprésente, l’affrontement entre les personnages tellement vivifiant et en même temps épuisant.

En bref, ce premier opus est une véritable bombe à mes yeux. J’ai dévoré ce roman comme si ma vie en dépendait, ne pouvant le poser avant de l’avoir terminé. J’ai été agréablement surprise de l’addictivité et de l’intelligence du récit. On se retrouve aux prises avec nos émotions, quelles qu’elles soient et ce du début à la fin… Et puis, il y a ce Cliffhanger de fin qui m’a totalement brisée… Je pense que la frustration est à son maximum… On ne pouvait pas mieux débuter 2018 qu’avec cette saga qui s’annonce magistrale.


Extrait

-Vous… (ma voix se brise) vous vivez ici ?

-Nous vivons ici, corrige-t-il. C’est aussi ta maison à présent, Ella.

Ce ne sera jamais ma maison. Je n’appartiens pas à ce monde de splendeur, j’appartiens à la misère la plus noire. C’est ce que je connais. C’est là que je suis à l’aise, parce que la misère ne ment pas. Elle n’est pas emballé dans un joli papier cadeau. Elle est ce qu’elle.

Cette maison est une illusion. Elle est lisse et belle, mais le rêve que Callum est en train d’essayer de me vendre est aussi fragile que du papier. Rien ne brille pour toujours dans ce monde.

Je remercie Magali et Yoann des éditions Hugo New Romance pour leur confiance. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

14 commentaires sur “Les Héritiers #1 – La princesse de papier > Erin Watt

  1. J’ai trouvé Ella absolument génial ! C’est rare que j’aime un personnage féminin à ce point.
    Reed, il a du potentiel, on l’a entrevu mais quand même, j’ai du mal… Et cette fin, mais pourquoi ? En plus, je ne m’y attendais pas du tout, j’étais persuadée qu’on allait finir en happy end et que le tome 2 serait centré sur un autre frère (en même temps, 5 frères, 5 tomes, c’était plutôt logique mon truc ^^)

  2. Première lecture de 2018 pour moi & gros coup de coeur ! J’ai tout aimé dans ce livre, tout ! Des personnages géniaux, une intrigue bien menée, un cliffhanger de folie, pas de triangle amoureux bref… Tousu les ingrédients d’une bonne new romance ! ?
    Bises,
    Amélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *