L’extrait du jeudi – Classé confidentiel #1 – Une si sublime créature > Alexi Lawless

Aujourd’hui je vous propose un extrait du roman [Classé confidentiel #1 – Une si sublime créature] d’Alexi Lawless paru aux éditions J’ai lu pour elle.

Samantha

« Remontant lentement à la surface pour regagner la réalité, Sam étira les bras au-dessus de sa tête avec un grognement. Elle se sentait reposée, et sa douleur au bras n’était plus qu’une irritation lancinante. En se redressant en position assise, couverte par plusieurs couches de duvet et de draps de lin, elle se rendit compte qu’elle se trouvait dans une chambre inconnue. Qui ressemblait à l’une de ses chambres d’amis, mais exposée dans le mauvais sens. Alors qu’elle jetait un coup d’œil circonspect autour d’elle, on frappa discrètement à sa porte.

-Entrez, lança-t-elle.

Jack pénétra dans la pièce, une tasse de café à la main. Il portait un pantalon d’intérieur fluide sombre et une chemise en partie ouverte, marchait pieds nus et semblait plus éveillé et énergique qu’il n’aurait dû. Et quand il sourit, une lueur alluma ses prunelles.

-J’avais envisagé de vous accorder encore un peu de sommeil, mais j’ignore à quelle heure vous aimez vous lever pour aller au bureau, expliqua-t-il en lui tendant le café.

Il s’assit à ses côtés sur le lit. Sam dégusta le breuvage avec plaisir, puis jeta un coup d’œil à sa montre.

-Je me lève plus ou moins à cette heure-ci. Merci, fit-elle en désignant sa tasse, un peu honteuse. Désolée de m’être endormie, mais merci de m’avoir portée jusqu’ici. Ce lit est une merveille.

-Pas de problème. C’était le moins que je puisse faire après que vous m’ayez empêché de m’effondrer face contre terre le week-end dernier, quand je me suis retrouvé chez vous.

-Vous avez réussi à dormir ?

Il lâcha un soupir ravi.

-Pas très longtemps après vous. Comme un bébé. Apparemment, vous êtes ma cure de sommeil de quatre heures.

-Ca ne fait pas beaucoup, tout de même, le gronda-t-elle.

Il se pencha vers l’avant, l’embrassa sur la joue et la lui caressa du bout du nez.

-Pour moi, c’est énorme, lui murmura-t-il au creux de l’oreille.

Son souffle était doux. Elle frissonna et manqua de renverser son café. Il referma la main sur la tasse tout en lui déposant un autre baiser sur la tempe, avant de s’écarter. Elle se sentait un peu enivrée par sa présence si proche et son odeur délicieusement fraîche, au sortir de la douche.

-Vous êtes ravissante au réveil, lui dit-il. (Ses yeux argent avaient un éclat très doux.) Tout ensommeillée et échevelée. J’adorerais vous renverser sur ce matelas et vous garder enfermée toute la journée dans mon penthouse, mais il se trouve que j’ai un petit déjeuner d’affaire avec le maire, et il est particulièrement irritable, le matin.

Il lui offrit un large sourire. »


Si cet extrait vous a plu et que vous avez envie de découvrir le roman, commandez-le par ICI. Mon avis rapidement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *