Romance

Ezéchiel » Sophie Griselle

Editeur : Edelweiss Editions

Livre : ICI

Kindle : ICI

Avez-vous déjà fait un rêve qui semblait si réel qu’en vous réveillant, vous n’étiez pas sûr de l’avoir quitté ? Le genre de rêve qui s’accroche à vos pas, qui parasite vos émotions, remplit vos pensées d’événements qui ne se sont jamais produits ? Vous est-il déjà arrivé de douter ?
Le jeune Cal est prisonnier de ses rêves. Toutes les nuits, il devient Ézéchiel, assassin au sang-froid que la drogue prive de la moindre émotion. Cal vit hanté par ce reflet de lui, ce vide qui s’éveille en lui chaque nuit. Quelle est l’origine de ses tourments ?
Le meurtrier lui ressemble, ils ont le même visage, et ce prénom que Cal a toujours refusé de porter. Mais ils éprouvent aussi la même fascination pour une mystérieuse violoniste de rue…
Lorsque le rêve et la réalité se mélangent…
… comment faire la différence ?

 

Que vous dire d’autre que de foncer tout droit vous procurer cette nouvelle parution des éditions Edelweiss ?

Je suis encore toute retournée en vous écrivant cette chronique, si le résumé me laissait présager une lecture palpitante, j’étais franchement très loin de me douter que je serais à ce point sous le charme ! Nous avons depuis longtemps, des romans pour lesquels les fins sont déjà prévisibles après avoir lu à peine la moitié, ici, croyez-moi ou pas, mais vous ne verrez absolument rien venir ! Par contre, lorsque vous tournerez la dernière page, là, vous vous direz que c’était tellement évident d’avoir cette fin, que vous allez douter de votre propre esprit, de ces émotions que vous avez ressenties alors que vous découvriez la vie tumultueuse de Cal, sans oublier Ezéchiel bien entendu, car après tout, … Ah nooooon, je ne peux pas vous dire quoi que ce soit !!!

Certains livres me torture l’esprit, principalement celui de déduction, ici, il ne fut pas torturé, oh non, pas du tout, il a carrément été saccagé en beauté ! Le moindre doute de Cal, le moindre soupçon qu’il a pu avoir, la moindre émotion, la plus petite des sensations, la moindre goutte de sueur perlant sur son corps alors qu’il s’éveillait avec d’étranges idées, … tout, oh oui, absolument tout m’est parvenu avec la puissance d’un ouragan.

A l’image de la couverture, nous voguons entre les nuances de gris, nous plongeons parfois vers la lumière, mais les ténèbres ne sont jamais bien loin. C’est un récit bouleversant, mais nous ne pouvons pas nous empêcher de vouloir poursuivre, allant même jusqu’à la frontière si mince entre le noir et le blanc, nous en revenons aux nuances de gris que nous chérissons du début à la fin.

Sophie Griselle a su écrire de telle manière que le moindre mot est important, elle nous embarque dans un esprit torturé, je pourrais même aller jusqu’à dire que celui-ci est passé à la moulinette. Pourtant, nous prenons plaisir à en découvrir la moindre particule, la moindre miette, et nous tentons tant bien que mal, de reconstruire le puzzle. Malheureusement, il y a une difficulté de taille à cette reconstruction, les pièces changent de formes et ne s’emboîtent plus à l’endroit que nous pensions fait pour elles.

Si vous préférez vous faire une idée plus précise avant de découvrir la totalité d’Ezéchiel, pourquoi ne pas aller sur Amazon et prendre l’échantillon qui est disponible, vous aurez alors la possibilité de rencontrer Cal. Si vous le faites, soyez prêt à passer par la case achat à peine vous aurez terminer cet échantillon ! Effet garanti !

Merci aux éditions Edelweiss.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *