Bande Dessinée

Le tour du monde en 80 jours » Younn Locard & Jean-Michel Coblence

Editeur : Casterman

Album : ICI

Publié en 1872, ce roman est dès sa parution le plus grand succès de Jules Verne. Lorsque Phileas Fogg, parfait gentleman anglais, annonce son incroyable pari, personne ne croit en ses chances. Accompagné de son domestique français, l’inénarrable Jean Passepartout, il va pourtant parvenir à ses fins, après avoir sillonné l’Inde, le Japon et les Etats-Unis en utilisant tous les moyens de transport de son temps. Exotisme, rebondissements multiples et personnages marquants… Retrouvez dans cette bande dessinée tous les ingrédients qui ont rendu le roman immortel. Sous le trait vif et moderne de Younn Locard, les personnages prennent vie, les lieux sont magnifiés tandis que le souffle de l’aventure traverse la moindre scène.

 

Si ce n’est que je ne sois pas spécialement fan du coup de crayon, ni des couleurs utilisées, franchement, j’ai bien retrouvé l’univers qu’avait créé Jules Verne. En version simplifiée, vu le nombre de pages, ainsi que le fait que nous sommes dans une bande dessinée, mais honnêtement, les grands moments du récit originel s’y retrouvent.

Nous retrouvons donc Phileas Fogg accompagné de Passepartout, ceux-ci vont devoir relevé le défi de faire le tour du monde en 80 jours exactement. Ce pari est lancé par Phileas lui-même, et Passepartout n’aura d’autres choix que de le suivre alors qu’il est entré à son service le jour-même ! Un peu corsé comme entrée en matière, vous ne trouvez pas ?

L’auteur nous donne ici ce fameux tour du monde dans ses grandes lignes, vous pensez bien que tout retranscrire en BD, cela aurait fait énormément de travail. Franchement, je suis satisfaite du rendu simplifié, même si en connaissant le récit de Jules Verne, j’aurais aimé pouvoir tout y retrouver dans les moindres détails. Cependant, il faudrait être très exigeant pour ne pas apprécier cette version. C’est vrai que le dessin en lui-même ne m’attire pas plus que cela, je pense que cela vient des couleurs utilisées qui sont assez sombres tout au long de la BD. Cela n’aurait pas été dérangeant si l’histoire en elle-même était elle aussi plutôt sombre, mais ce n’est pas le cas. Personnellement, j’aurais bien imaginé plus de couleurs vives, au moins lorsque nous croisons des événements qui impactent le voyage de Phileas et Passepartout.

Malgré tout, il y a une certaine cohérence dans les tons, le dessinateur conserve cette ligne sombre du début à la fin, en insérant quelques couleurs, comme vous le voyez sur la couverture, mais cela se limite à quelques images seulement. Pour être franche, je trouve cela dommage, mais là, c’est un avis très personnel. Les goûts et les couleurs ne sont pas les mêmes pour tout le monde, et heureusement d’ailleurs, que le monde serait ennuyeux si c’était le cas !

Quoi qu’il en soit, c’est une découverte que je voulais faire, et je sors de cette lecture en étant plutôt satisfaite.

En images

Merci aux éditions Casterman.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *