Pourquoi ? – L’histoire d’une fille et sa maladie » Sophie Tremblay

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Pourquoi ?

Pourquoi moi ?

Pourquoi suis-je tombée malade ?

Pourquoi les médecins ne trouvent pas ma maladie ?

Pourquoi est-ce moi, une fille de dix-sept ans, qui doit subir la maladie ?

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Ce genre de livre n’est pas des plus simple à chroniquer, tout simplement parce qu’il touche à la maladie, à des choses que je ne connais pas personnellement. Je trouve également que chroniquer ce genre de récit, c’est un exercice très difficile. Comment donner un avis sur ce genre de récit des plus personnel pour l’auteure ?

Alors non, je ne vais pas faire une chronique comme les autres déjà faites auparavant, je vais simplement parler de ce que ma lecture a su éveiller en moi, ce que j’ai pu ressentir du début à la fin.

Il faut savoir que je ne suis pas touchée par une maladie invisible, mais une personne de mon entourage est atteinte d’un retard mental léger. Cela ne se voit absolument pas de prime abord, mais cela se fait ressentir dans sa manière de parler et dans certaines situations. Cela pourrait être assimilé à une maladie invisible, donc je suis un peu plus en terrain connu.

Sophie nous parle ici de ses maux, de ses inquiétudes, de son combat, de ses déceptions, de son incompréhension, de son lâché-prise. Mais également de l’injustice, de la solitude que cela peut engendrer, du fait de se fermer aux autres. Elle nous parle de son parcours, elle qui a moins de vingt ans et qui donne l’impression d’avoir le vécu d’une personne plus « âgée ».

Je pense que l’on peut dire sans se tromper, que ce genre de vécu nous forge le caractère et la force dont la personne fera preuve par la suite. Il est juste impossible de sortir indemne de ce genre de combat, pourtant, à travers ses lignes, Sophie donne une envie de se battre, même si nous ne sommes pas touché par la maladie, de nous ouvrir aux autres, de voir le positif en mettant le négatif de côté sans pour autant oublier qu’il est et sera toujours présent.

La chose la plus importante est de ne pas laisser la maladie définir la personne que nous sommes, de pouvoir se confier sans peur de jugement, d’avoir des objectifs et de tout mettre en oeuvre pour les atteindre.

Merci à Sophie Tremblay.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *