Rocambole – Les murmures des cages closes » Ange Beuque

Editeur : Rocambole

Nombre de saisons : 1

Nombre d’épisodes : 5

Série en cours/terminée

Genre : Fantasy

Sur le chemin du Continent Vierge, on vient de très loin pour assister à un étrange et sanglant spectacle : des combats d’animaux, dont seule la mort sonne la fin. Sans ses parents, Sariah n’a pas le choix : elle doit trouver des moyens de survivre. Et c’est son renardeau adoré qu’elle devra pousser au milieu de l’arène.

 

Je suis totalement contre la violence envers les animaux, alors je ne vous cache pas que j’avais pas mal d’appréhensions avant de débuter cette série. Malgré tout, je me suis lancée, en me disant que de toute manière, au pire, j’arrêtais ma lecture et je passais à une autre série.

Cependant, c’était sans connaître le talent de plume de Ange Beuque qui est rapidement devenue addictive, je n’ai plus lâcher avant la fin. Heureusement, la série est très courte, ne faisant que cinq épisodes.

Ne vous arrêtez pas au fait qu’elle soit très courte justement, parce que nous sommes dans ce que j’appelle le haut niveau ! Ange a su construire un univers très complet, avec des personnages qui ne le sont pas moins, et cela en très peu de temps au final. N’oublions pas que tout est d’une cohérence à faire peur, le cheminement a même su me surprendre, bien que j’ai pu deviner certaines choses, d’autres furent une totale surprise.

Je ne serais pas contre une autre série dans le même univers, mais pour partir à l’exploration de tout ce qui entoure les animaux par exemple, ou encore une visite des alentours qui ont l’air tellement plein de mystères que j’ai envie d’en apprendre plus.

C’est vrai que j’ai eu le cœur brisé à un moment, mais tout ayant une explication, je suis ressortie de ma lecture avec une furieuse envie de lire une autre série de Ange Beuque. Je vous ai déjà parlé d’une autre série d’ailleurs qui est également écrite par Ange, Divoc 91.

Pas mal d’appréhensions au départ, mais une très belle découverte au final !

Merci à Rocambole.

Un commentaire sur « Rocambole – Les murmures des cages closes » Ange Beuque »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *