Premières lignes #138

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

GODS OF MEN – LIVRE 1 de Barbara Kloss paru aux éditions Rivka.

WRITE ME A LOVE SONG de S.L. Borowski paru aux éditions Cherry Publishing.

Découvrez la nouvelle saga fantasy Young Adult aussi épique qu’envoûtante !
DISPONIBLE EN VERSION RELIÉE (HARDBACK) AVEC DEUX ILLUSTRATIONS COULEUR INÉDITES.

La magie est interdite dans les Cinq Provinces, et ceux qui en sont doués depuis la naissance sont pourchassés et tués. Sable ignore que sa musique renferme un pouvoir, jusqu’au jour où, à peine âgée de neuf ans, elle arrête par accident le cœur de sa petite sœur avec sa flûte, la tuant sur le coup. Atterrée par ce qu’elle a fait et craignant pour sa propre vie, elle s’enfuit loin de la juridiction provinciale et trouve refuge dans les Landes Sauvages. Là, Sable se terre, sous le poids de la culpabilité, et survit en tant que guérisseuse. Jusqu’à ce que, dix ans plus tard, quelqu’un – ou quelque chose – la retrouve… et la traque sans merci.

PREMIÈRES LIGNES

Imari se tenait sur le toit du palais, les orteils au-dessus du vide. Le vent chaud du désert s’insinua sous ses vêtements fins, gonflant les jambes de son pantalon ample comme deux petites voiles. Elle cligna des yeux et des grains de sable craquèrent sous ses dents. Sacrée rafale !
Elle avait toujours aimé la vue de ce côté du palais. Un immense soleil orange flottait sur les monts Baraga, tel un gigantesque ballon, nimbant le ciel environnant des couleurs des feux de Ricón. Son frère aîné disait qu’il s’agissait d’un feu magique, mais Imari savait que la magie n’existait pas dans les Cinq Provinces. Leurs ancêtres s’en étaient assurés. Et elle avait bien vu la poudre qu’il avait jetée dans les flammes.

Lena Anderson vient de fêter ses 18 ans. Elle vient aussi de perdre sa mère. Pour ne pas se morfondre tout l’été, elle décide de quitter Brooklyn et de suivre sa tante à Carmel, une petite ville de Californie au bord de l’océan. Là-bas, elle peut se réinventer et tenter de sortir de sa coquille, comme sa mère l’y a toujours encouragée. Mais pour une introvertie de sa trempe, n’est-ce pas un projet trop ambitieux ?

Hunter Lowell vit à Carmel depuis son enfance. Abandonné et en colère contre le monde entier, il se contente de vivre de peu de choses : la musique et les filles. Sa seule règle ? Ne pas s’attacher. Mais quand il croise la route de Lena, il ne peut s’empêcher d’être intrigué. Pourtant, en décidant de se rapprocher d’elle, il risque bien d’alourdir sa réputation de salaud.

Il ne veut pas tomber amoureux. Elle ne veut plus rien ressentir.
Et si le destin décidait de leur jouer un mauvais tour ?

PREMIÈRES LIGNES

J’ai trouvé une lettre aujourd’hui. J’étais en train d’emballer les affaires de Maman et je n’ai
pas pu m’empêcher de fourrer mon nez dans des papiers qui ne me concernaient pas. J’ai
l’impression de ne connaître que très peu de détails sur sa vie, son passé, ses jeunes
années. Parfois, j’ai encore l’impression qu’elle va débarquer dans la pièce et me tirer
dehors pour apprécier le bourdonnement de la ville – et dévorer des tacos. Elle adorait les
tacos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *