Black Squaw – tome 1 – Night Hawk > Yann & Henriet

PARU LE 12 JUIN 2020 AUX EDITIONS DUPUIS

LIEN D’ACHAT – ICI

États-Unis des années 20, au cœur de la Prohibition : Bessie Coleman, jeune métisse aux origines Cherokee et afro-américaines, se rêve aviatrice depuis l’enfance. Mais les écoles de pilotage sont un luxe inaccessible lorsque l’on naît femme, pauvre et noire dans l’Amérique de la ségrégation raciale et du Ku Klux Klan… Farouchement déterminée, Bessie rejoint le monde du crime organisé, des distilleries clandestines et des importations illégales : puisque l’époque est propice à tous les trafics, c’est au sein de la pègre et recrutée par Al Capone en personne qu’elle exercera ses talents. « Le balafré » cherche un aviateur n’ayant pas froid aux yeux pour assurer la liaison avec les îles Saint-Pierre et Miquelon, territoire français situé au large du Canada et devenu une véritable plaque tournante de la contrebande d’alcool. Une mission de plus en plus dangereuse au regard des conditions de vol suicidaires et des risques de se faire mitrailler par les gardes-côtes, ou lyncher par les sinistres encagoulés du KKK…À travers les exploits de cette héroïne confrontée à un univers violent et corrompu, et les flashback dévoilant son enfance dans la réserve indienne de son père, les auteurs de « Dent D’ours » révèlent la destinée hors du commun de Bessie Coleman, première aviatrice noire de l’Histoire. Sa volonté acharnée de surmonter les pires obstacles feront d’elle un modèle universel d’émancipation et de lutte contre la discrimination raciale.

⭐⭐⭐⭐

UNE BELLE INTRODUCTION !

Ce premier opus est une belle introduction dans l’univers des deux auteurs. Cette histoire basée sur des faits réels conservent un côté fictif très bien orchestré.

Le décor est planté, on est dans les années 20, au coeur de la prohibition. On va suivre la destinée de Bessie Coleman, jeune métisse aux origines Cherokee et afro-américaines, qui a réussi à devenir aviatrice par le biais du monde du crime organisé. En effet, la jeune femme travaille pour Al Capone ! Rien que ça ! Mais Bessie a de l’ambition et ce n’est que le début de son histoire.

J’ai lu cet album dans un état d’esprit alerte, avec tout ce qu’il se passe actuellement, aborder certains ouvrages est un peu délicat. J’ai de suite été séduite par l’univers et par le côté réel de la fiction. Il y a d’ailleurs à la fin de l’album des informations précieuses sur la réalisation et les nombreuses recherches qui ont été faites pour cette bande dessinée.

En matière de cinéma, je déteste généralement ce genre d’histoire, pourtant ici j’ai vraiment aimé l’ambiance et le cheminement de l’histoire. Les flash-back nous permettent de comprendre le rêve de Bessie et aussi ses désillusions. Autant vous dire que pour être aviatrice est un luxe inaccessible lorsque l’on naît femme, pauvre et noire dans l’Amérique de la ségrégation raciale et du Ku Klux Klan…

Ce premier tome nous permet de se familiariser avec l’univers, on prend la température et on suit avec intérêt le quotidien de cette femme qui a su s’affranchir de certaines barrières. On effleure à peine certains thèmes qui seront développés par la suite.

Les graphismes sont vraiment sublimes, j’ai aimé la mise en scène et l’intrigue qui prend vie sous nos yeux. Forcément, cela fait réfléchir, surtout à cette période si sensible où le Ku Klux Klan avait tant de pouvoir. Bessie est bien plus qu’une héroïne, son histoire a su me toucher et me donner envie de découvrir tout un pan historique que je ne connais que dans les grandes lignes.

En bref, un premier opus introductif qui captive et secoue le lecteur. L’ensemble est bien orchestré et mis en valeur par des graphismes saisissants de réalismes. Découvrez la destinée de Bessie Coleman et son combat contre la ségrégation raciale.

GALERIE PHOTO

Je remercie les éditions Dupuis pour cette lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *