Le fracas du silence » Fabien Fernandez

Editeur : Scrineo

Livre : ICI

Bergen, de nos jours.
Tiril est atteinte d’aphasie partielle, depuis un accident de voiture avec sa mère. Incapable de s’exprimer comme elle le souhaite, elle ne supporte plus ses parents protecteurs, ni son ex petit-ami harceleur.
Au plus profond d’elle, l’aphasie ne cesse de lui rappeler qu’elle est incapable de redevenir celle qu’elle a été. Pourtant, elle trouve le courage d’envoyer l’une de ses chansons à un label de musique.
Coup de massue ! Sa création est attribuée à la nouvelle star de la pop, Freia. Tiril ne peut pas en rester-là, il faut qu’elle récupère ce qui lui renvient de droit, et pour cela, elle doit se remettre à vivre, à s’ouvrir aux autres…

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Avec un thème très peu abordé, il fallait absolument que je découvre cette parution des éditions Scrineo !

Un handicap, peu importe lequel, est toujours difficile à gérer. Mais lorsque l’on est ado, c’est encore pire, c’est la période de la rébellion, celle où on se cherche encore, celle où nous voulons trouver notre place, ajoutez-y un handicap et c’est la totale !

Tiril était tout à fait « normale » son handicap est survenu après un accident, voilà qui fait que c’est encore plus difficile à gérer, il faut déjà apprendre à l’apprivoiser, à l’accepter. Son handicap va peu à peu l’isoler, par choix mais également parce que les autres se moquent d’elle, voit un elle une personne trop différente d’eux. Mais Tiril a heureusement la musique.

Je dis souvent que la différence est une force, que ne pas faire partie d’un « genre » du même moule est également une force, que nous devons apprendre des autres et non les pointer du doigts. Tiril possède en elle une force qu’elle ne soupçonne pas du tout au départ, mais qui peu à peu va remonter à la surface et la surprendre elle-même.

Ce roman, au final, c’est une belle leçon tout simplement. Même si j’ai parfois eu du mal avec Tiril, je me suis attachée à elle, j’ai eu envie de moi aussi me retrouver entre les lignes pour l’aider, tout comme Amena et Mikkel. Tiril est une jeune fille qui voit sa vie chamboulée, et même si je peux comprendre sa réaction de vouloir s’isoler du reste du monde, j’ai parfois eu envie de la secouer un peu lorsqu’elle faisait ressentir que c’était de la faute des autres qu’elle se retrouvait seule, alors que le vide autour d’elle, c’est bien elle qui l’a créé au fil des jours.

Un joli récit avec un handicap qui est trop peu souvent mis en avant alors qu’il est bien existant.

– Mikkel, pourquoi… pourquoi… tu es… toujours là… Pour moi.

– T’es stupide, parfois. T’en ferais autant pour moi : c’est normal.

– Merci.

Ce crétin me ferait presque encore pleurer.

Merci aux éditions Scrineo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *