L’anti-lune de miel > Christina Lauren

PARU LE 11 JUIN 2020 AUX EDITIONS HUGO NEW ROMANCE

LIEN D’ACHAT – ICI

Quand deux ennemis jurés partent en (faux) voyage de noces à Hawaï, tout peut arriver… même de trouver l’amour.

Olive Torres s’est habituée à être la jumelle malchanceuse : mésaventures inexplicables, licenciement récent.. elle semble comiquement poursuivie par la guigne. Sa soeur Ami, au contraire, incarne l’éternelle gagnante, au point même de parvenir à financer l’intégralité de son mariage en remportant des jeux concours. Malheureusement pour Olive, il y a pire que sa malchance chronique : elle se voit forcée de passer toutes les festivités de la noce en compagnie d’Ethan Thomas, le témoin du marié (et son ennemi juré)….

Olive se prépare à vivre un enfer, déterminée à faire bonne figure. Mais lorsque tous les invités sont victimes d’une intoxication alimentaire, la fête vire au cauchemar, et, seuls, Olive et Ethan s’en sortent indemnes. Soudain, une lune de miel tous frais payés se trouve à portée de main, et Olive préférerait mourir plutôt que de laisser Ethan profiter du paradis sans elle.

Convenant d’une trêve temporaire, ils s’envolent tous les deux pour Maui. Après tout, dix jours de bonheur valent bien la peine de jouer au couple de jeunes mariés amoureux, n’est ce pas ? Mais étrangement, faire semblant dérange de moins en moins Olive. En réalité,elle se sentirait presque assez… chanceuse, pour une fois !

⭐⭐⭐⭐⭐

UNE COMÉDIE ROMANTIQUE INCONTOURNABLE !

Je ne pouvais pas faire l’impasse sur le nouveau roman de Christina Lauren. Ces deux autrices sont une valeur sûre pour moi ! L’anti-lune de miel est vraiment une comédie romantique incontournable !

Direction Maui pour dix jours de bonheur… Que dis-je, dix jours de chamailleries, de dangereux rapprochements et d’humour ! Olive et Ethan m’ont énormément plu, j’ai adoré leur histoire. Ce roman regroupe les schémas romantiques que je préfère, la relation haine/amour et l’incarnation du faux couple.

Les premiers chapitres permettent de mettre en place le contexte de l’histoire, j’ai aimé cette introduction efficace, les autrices nous dressent le portrait de héros hauts en couleur avec des personnalités affirmées. Olive est une héroïne très attachante, elle est nature et bien dans sa peau. Mais Olive est aussi persuadée que sa malchance lui collera toujours à la peau. Ethan est quant à lui un héros plus sur la réserve, il est loin d’être aussi loufoque que notre héroïne. Ethan est séduisant, sarcastique et très doué pour mettre Olive en rogne. Entre eux, c’est explosif. Après une mésaventure au mariage d’Ami, la sœur d’Olive, notre duo part en fausse lune de miel où ils vont devoir se supporter durant dix jours.

Ce roman est une vraie bouffée d’air frais ! Les deux autrices ont réussi à me faire voyager dans un cadre paradisiaque, elles m’ont fait aimer leurs personnages et j’ai adoré l’intrigue qui sort de l’ordinaire. Si l’ensemble peut sembler classique sur le papier, il y a pas de détails qui rendent cette romance exceptionnelle et unique.

L’humour est à mourir de rire, nos héros savent entretenir cette animosité, mais au fil des pages, ils se découvrent et finissent par se laisser aller à cette ambiance de vacances et de liberté.

J’ai particulièrement aimé le contexte et les liens entre les personnages. Ethan est le frère de Dane, le mari d’Ami. Olive et Ami sont jumelles, et si elles se ressemblent physiquement, elles ont des personnalités bien distinctes. Nous avons donc des relations fraternelles exploitées avec brio. La famille d’Olive est géniale, notre héroïne est bien entourée et cela m’a donné chaud au cœur.

En bref, une comédie romantique incontournable. A découvrir pour voyager aux côtés de personnages hauts en couleur. Les deux autrices m’ont conquise ! J’ai adoré Olive et Ethan, ainsi que leur romance hautement addictive !

Un coup d’œil dans sa direction confirme qu’il ne plaisantait pas en disant qu’il avait mal au cœur, il est devenu vert. Nous trouvons des sièges à l’intérieur, à l’ombre mais près d’une fenêtre, et il se penche en avant et appuie son front contre la vitre, en tentant de respirer.
Je blâme ce moment précis, car il crée une minuscule fracture dans son rôle d’être malfaisant. Un être malfaisant ne montrerait pas de faiblesse et, bien évidemment, lorsque je tends la main pour lui frotter le dos, un être vraiment malfaisant ne se laisserait pas faire en grognant de soulagement. Il ne se décalerait pas pour que je puisse l’atteindre plus facilement et poserait encore moins sa tête sur mes genoux, en me fixant avec gratitude lorsque je plonge délicatement les doigts dans ses cheveux, pour le calmer.
Ethan et moi commençons à collectionner plus de bons que de mauvais moments ; la balance penche désormais dans une direction inconnue.
Et je crois que ça ne me déplaît pas.
Ce qui me met incroyablement mal à l’aise.
–  Je te déteste toujours, j’affirme en repoussant une boucle noire sur son front.
Il acquiesce.
–  Je sais bien.

Je remercie les éditions Hugo & Cie pour cette lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *