Premières lignes #125

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

Clay de Matthieu Biasotto.

Sur les ailes de la chance de Georgia Hunter.

Réelle rencontre avec les lecteurs ou simple coup marketing ? À Northwood, les gens du coin s’agglutinent, livres en main, devant une cage noire en verre trempé : la Black box. Trois mètres par trois, pas de smartphone, pas de selfie, une personne à la fois. Il paraît qu’à l’intérieur, le Prince du Noir signe dans la pénombre. Et il y a foule pour croiser ne serait-ce que quelques secondes, l’auteur de best-sellers dont personne ne sait rien.Personne à part elle… Elle n’est pas une simple lectrice. Dix ans se sont écoulés, Cassy n’a aucune intention de reculer. Elle est prête. Prête à tout. Même à entrer dans cette cage. Et vous… Oserez-vous plonger à ses côtés dans la Black box ? Une romance troublante, envoûtante et addictive où rien n’est gagné d’avance.

Premières lignes

Lord Hybris

Bile, panique, dégoût et sueur froide. La chasse d’eau recouvre mon souffle haletant et emporte ma détresse au fond d’une librairie perdue au cœur de la Nouvelle-Angleterre, entre Rochester et Portsmouth. J’abandonne la cuvette pour l’enfilade de lavabos, je me rince la bouche et le visage à grande eau, je cherche à travers le reflet du miroir le courage d’aller me prostituer une nouvelle fois. Dans la glace, l’évidence me gifle : ce n’est pas en fixant le regard bleu et cerné d’un type privé d’inspiration que mon angoisse va se dissiper. Un œil tendu sur la montre, j’ai l’estomac tordu par un mauvais pressentiment. Une crainte qui me colle à la peau depuis mon retour dans le New Hampshire.

Au printemps 1939, la famille Kurc fait de son mieux pour mener une vie normale dans sa ville de Pologne. Halina savoure son histoire d’amour naissante, Jakob prépare son avenir avec Bella, et Mila s’habitue à son nouveau statut de mère, sous le regard bienveillant de Nechuma, la matriarche.

Mais l’horreur qui envahit l’Europe ne va pas tarder à les rattraper. Séparés par six années de conflit et cinq continents, des jazz clubs de Paris aux plages de Rio de Janeiro en passant par le goulag sibérien et le ghetto de Varsovie, les Kurc vont traverser la guerre, poussés par la même rage de survivre et l’espoir immense qu’un jour, ils seront à nouveau réunis.

Premières lignes

Paris, France – début mars 1939

Il n’avait pas prévu de faire une nuit blanche? Mais de quitter le Grand Duc aux alentours de minuit, puis de dormir quelques heures avant de reprendre le train pour Toulouse. Sauf qu’un coup d’oeil à sa montre lui indique qu’il est presque 6 heures du matin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *