L’Impératrice des chimères » Jérôme Camedescasse

Editeur : Crin de Chimère

Livre : ICI

Kindle : ICI

Brouillard de cauchemar mortifère, la Chevelure de Hel a envahi les Terres du Nord. Tjor de Noirelouve est-il animé par sa foi, ou par une sorte de témérité aveugle, pour oser vouloir s’y frotter et chasser une telle malédiction ? Entouré d’une cohorte de « héros » aux motivations aussi variées que douteuses, il devra s’y aventurer et y affronter des créatures vomies des tréfonds des enfers.

Perdition. Aliénation. Au-delà de ces monstruosités et de ces sbires décérébrés, un être malicieux attend. Une entité inconnue déterminée à retourner contre eux angoisses et déchirures de l’âme grâce à moult illusions. Invisible et insaisissable, elle sèmera leur chemin d’embûches, déterminée à les détruire ou les confiner à la folie.

 

❤️❤️❤️❤️❤️

STOP, QUOI QUE VOUS FASSIEZ, ARRÊTEZ-VOUS ICI QUELQUES MINUTES, JE DOIS ABSOLUMENT VOUS PARLER DE CE LIVRE !

Cela faisait un moment que je n’avais pas eu un tel coup de cœur, oh non, que dis-je donc là comme ânerie, que j’ai eu un tel coup de foudre ! Et c’est là le tout premier livre édité chez Crin de Chimère ! Sérieusement ? Je crains déjà pour les parutions suivantes, je ne vais jamais pouvoir m’en remettre. Wow, celle-ci envoie du lourd, du très lourd même. Pour une première publication, franchement je suis sur le cul postérieur.

J’ai débuté ma lecture tranquillement dans l’après-midi, j’ai fais une pause le temps de vaquer à mes occupations, et dès que j’ai repris, il me fut tout simplement impossible de ne pas aller jusqu’au dernier mot, impossible de vouloir aller dormir avant la fin. A l’heure où je vous tape cette chronique, si je regarde mon horloge (nooooon ne regarde pas !), eh bien il est très exactement 4h17 ! Je pense qu’il est plus que temps que je rejoigne mon lit. Mais là encore il était impensable que je ne vous livre pas mon avis à chaud, je ne voulais pas laisser tout cela refroidir. Je ne vous cache pas que j’ai failli ne pas programmer et passer directement à la publication, mais j’ai tenu bon et je vous l’ai donc programmée pour une heure décente !

Je mets au défi quiconque le voudra de trouver un seul point négatif dans ce livre ! Tout y est, que ce soit le style de l’auteur que j’ai adoré, en passant par le décor qui vous glace le sang, sans oublier les personnages qui vous feront souvent grincer des dents, des situations à faire froid dans le dos des moins frileux, avec en plus une mention hyper positive pour la couverture. Que manque-t-il pour en faire une merveille littéraire ? Je ne connaissais absolument pas l’auteur avant de voir son nom apparaître sur la page de Crin de Chimère, mais là c’est bon je ne risque pas de le laisser sur le bas-côté de la route.

Dans la fantasy, ou ici la dark fantasy, il y a une ligne de conduite, un genre de code à suivre. Jérôme Camedescasse c’est approprié ces codes, les a tourné à sa sauce, les a remanié, et le résultat est des plus convaincant. Je suis la page de l’éditeur depuis le début, à quelques jours près, maintenant je m’occupe également de la partie communication sur Instagram, c’est vrai que j’attendais énormément de cette toute première lecture, même si je suis quelque peu en retard sur le planning. L’auteur a réussi à ce que mes attentes me paraissent bien basses tellement le niveau qu’il a donné à son récit est élevé. Franchement je ne m’attendais pas à cela, même après avoir lu quelques avis déjà publiés sur la toile, je ne pensais pas que j’allais avoir l’impression d’être passée à la moulinette et que mes heures de sommeil en prendraient un tel coup !

Dès que je pensais avoir fait une découverte avant même les personnages, pouf quelques pages plus loin j’étais partie dans une autre direction, parfois même à l’opposé de ce que je pensais quelques minutes auparavant. Je me suis fait balader en beauté, et j’ai adoré cela, j’irai jusqu’à dire que j’ai pris un pied d’enfer et que j’en redemande. Moi maso ? La réponse est on ne peut plus clair je pense… Non mais sérieusement, vous imaginez que j’ai terminé ce livre à plus ou moins 4h du matin et que si j’avais encore eu une centaine (voire même plus) de pages, j’aurais pu y passer encore des heures sans problème ! Ici, j’ai lu la version numérique, mais dès que j’ai la version papier, je vous promets que je signe pour une nouvelle balade dans le grand Nord ! Je vous emmène ?

Mes yeux commencent à lutter pour rester ouvert, cette fois, je ne résiste pas à l’appel de Morphée. Je sais que finalement je ne dévoile absolument rien, et j’ai pourtant dit pas mal de choses je trouve. Enfin bon, je suis certaine que vous avez compris que je trouve impensable de ne pas vouloir découvrir ce livre, si ce n’est pas le cas, remontez de quelques tours de roulettes sur votre souris et relisez ma chronique depuis le début, vous avez certainement lu une ligne sur 5. Oui Morphée, j’arrive c’est bon, arrête un peu de m’appeler toutes les trente secondes pfff. Je file, mais vous aussi filez sur Amazon ou le site de l’éditeur et ne passez pas à côté de cette merveille !

— Vous n’êtes pas prêt à entendre la vérité, pas prêt à défier les périls de ce pays, même pas prêt à diriger correctement ce groupe. Votre tiédeur m’indiffère, Noirelouve. Veillez seulement à ce qu’elle ne nous fasse pas tous tuer.
— Il faudra qu’on dénoue nos désaccords, Grikar. Je vous arracherai la vérité ou, à défaut, votre dernier souffle.
— Vous êtes un gamin qui joue au loup. Il existe de vrais fauves en ce bas monde. Vous n’en faites pas partie.

Merci aux éditions Crin de Chimère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *