8865 » Dominique Legrand

Editeur : Hugo New Way

Livre : ICI

Une jeune fille et sa mère s’engagent contre la souffrance animale…

Julia Hoffmann, comédienne, vit seule avec sa fille de quinze ans, Alice. Après une longue traversée du désert, sa carrière semble enfin redémarrer. Dans son emploi du temps bien chargé, elle s’aménage régulièrement
des virées à la campagne avec Alice, chez les grands-parents.

Là-bas, elles font la connaissance de celle qu’elles vont bientôt baptiser Doucette : une jolie vache qui vient d’avoir un veau. Doucette, immatriculée 8865, devient leur rendez-vous régulier. Alice aime lui rendre visite dès qu’elles en ont l’occasion. Jusqu’au jour où une camionnette se gare devant le champ. Deux hommes en sortent, enlèvent le veau et le chargent dans le véhicule.Bientôt, c’est au tour de la vache d’être promise à l’abattoir. Julia et Alice vont alors lever sur voile sur les dessous du traitement animal, et rapidement, la viande ne devient plus une option. Un beau jour, Doucette a disparu de son pré. Julia va alors tenter l’impossible pour la sauver de son destin programmé.

 

⭐⭐⭐⭐

Je ne suis pas végétarienne, mais c’est un sujet sur lequel je m’intéresse beaucoup, je ne mange pas énormément de viande, mais oui, j’en mange.

Le seul point négatif pour moi dans ce livre, c’est que j’ai eu l’impression à plusieurs reprises que l’auteur pointait du doigt tout ceux qui ont le malheur de ne pas être végétarien. Ne pas être végétarien ne veut pas dire que nous sommes insensibles à la cause animale, j’ai moi-même été élevée dans l’exploitation agricole de ma grand-mère et si j’en avais les moyens c’est ce que je ferais aujourd’hui comme métier. Pas pour vendre les animaux, pas pour les manger, mais bien parce que j’ai toujours aimé être entourée d’animaux. Adolescente, j’ai travaillé bénévolement dans une SPA près de chez moi, je continuais ensuite chez ma grand-mère à soigner les animaux, adulte j’ai été animatrice radio pour la cause animale, etc. Alors, la cause animale, oui, je suis totalement pour, mais me sentir pointée du doigt parce que non, je ne suis pas végétarienne…

Si malgré tout j’ai donné quatre étoiles, c’est parce que le sujet est bien exploité par l’auteur. On sent à chaque page que c’est un thème qui est travaillé et qui touche l’auteur. En même temps, comment ne pas être touché par l’histoire en elle-même ? Je pense que c’est impossible, à mois d’être une personne insensible et sans cœur.

Ce que j’ai trouvé bien par contre, c’est que justement ce livre amène à la réflexion. Il ne sera peut-être pas celui qui vous fera complètement changer de manière de vivre, mais peut-être y verrez-vous une manière d’apprendre à modifier ne serait-ce qu’un peu votre manière de consommer. Ce qui serait, avouons-le, déjà une victoire pour la cause animale.

Sur l’écran, des moutons se suivaient en file indienne, emprisonnés dans un couloir étroit. Celui qui se trouvait en tête poussait un bêlement abominable lorsqu’il pressentait l’issue fatale. Les regards affolés de ceux qui suivaient, incapables de reculer, en disait long sur la panique qui s’emparait d’eux. Ils levaient la tête, tentant vainement de s’échapper en regardant vers le plafond, mais ils avaient déjà compris qu’ils se rapprochaient malgré eux de l’inéluctable.

Merci aux éditions Hugo New Way.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *