#PrixAudiolib2020 – Girl » Edna O’Brien

Editeur : Audiolib

Achat : ICI

Lu par : Claire Cahen

Durée : 5 h et 52 min

Le nouveau roman d’Edna O’Brien laisse pantois. S’inspirant de l’histoire des lycéennes enlevées par Boko Haram en 2014, l’auteure irlandaise se glisse dans la peau d’une adolescente nigériane. Depuis l’irruption d’hommes en armes dans l’enceinte de l’école, on vit avec elle, comme en apnée, le rapt, la traversée de la jungle en camion, l’arrivée dans le camp, les mauvais traitements, et son mariage forcé à un djihadiste – avec pour corollaires le désarroi, la faim, la solitude et la terreur.

Le plus difficile commence pourtant quand la protagoniste de ce monologue halluciné parvient à s’évader, avec l’enfant qu’elle a eue en captivité. Celle qui, à sa toute petite fille, fera un soir dans la forêt un aveu déchirant – « Je ne suis pas assez grande pour être ta mère » – finira bien, après des jours de marche, par retrouver les siens. Et comprendre que rien ne sera jamais plus comme avant : dans leur regard, elle est devenue une « femme du bush », coupable d’avoir souillé le sang de la communauté.

 

L’histoire

En voilà un que je veux maintenant découvrir dans sa version papier, je sais déjà que je le ressentirai différemment, de manière plus intense. C’est un récit difficile, qui n’est pas non plus pour tout le monde, et pourtant, je trouve que tout le monde devrait le lire ou l’écouter dans sa version audio. Il nous montre, au cas où vous en auriez encore besoin, toute l’horreur que peut créer l’humain. Oh pas tous évidemment, mais les hommes peuvent faire preuve de tellement de cruauté, que parfois je préférerais nettement devenir autre chose, un animal, un insecte, même une plante me conviendrait…

On peut critiquer Hitler et ses manières d’agir, mais franchement, d’autres hommes ne sont pas mieux que lui, loin de là.

Comment peut-on réussir à vivre après avoir vécu un véritable enfer ? Comment ne pas avoir peur au moindre bruit sortant de l’ordinaire après être sortie de l’enfer ? Mais finalement, après une telle « expérience », peut-on réellement s’en remettre ? Ne reste-t-on pas marqué au fer rouge indéfiniment ? Cet enfer continue de garder une emprise indéfinissable, peu importe le nombres d’années que vous mettrez entre lui et vous, il finira toujours par vous rattraper.

Ce livre de Edna O’Brien fait clairement froid dans le dos et laisse une trace qui, elle non plus, ne s’effacera pas de votre mémoire. Le résumé en dit déjà assez je trouve, sans que je vienne en ajouter une dose supplémentaire.

La narration

Franchement, je n’aurais pas voulu être à la place de la narratrice, ce récit a réellement dû être difficile à interpréter. Pourtant, je trouve qu’elle a donné le bon ton du début à la fin.

Galerie Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *