Premières lignes #116

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

Rendez-vous au Crépuscule de Tetsuya Sano

Nixi Turner contre les Croquemitaines #1 – Baba Yaga de Fabien Clavel

 

Takuya ne s’y était jamais intéressé plus que ça… Mais quand un jour, il se retrouve à devoir rendre visite à Mamizu Watarase, une de ses camarades de classe hospitalisée, son quotidien en sera changé à jamais. Lui-même endeuillé par la perte d’un proche, Takuya va se prendre d’affection pour la jeune fille, et décider de l’aider à réaliser ses rêves… Pourtant, les jours lui sont comptés, car d’après les médecins, son espérance de vie est déjà dépassée. Combien de temps encore pourra vivre la lycéenne ?

Premières Lignes

Des cerisiers en fleur bordaient l’allée en pente. Un hôpital flambant neuf apparut en haut de la montée. Relativement récent, le beau bâtiment ne paraissait pas être fréquenté. J’informai la personne de l’accueil de la raison de ma présence et l’on m’indiqua aimablement le numéro de la chambre.

C’est la rentrée scolaire au collège Gustave-Caillebotte et Nawel angoisse à l’idée de se retrouver dans cet établissement huppé. Ses premiers jours en 6ème ne se passent pas très bien et une brume étrange et surnaturelle semble la suivre partout. Heureusement, une nouvelle élève nommée Nixi Turner arrive. Elle a l’air particulièrement féroce et les adultes ne peuvent pas la voir. Sa mission : chasser les monstres du collège !

Premières Lignes

Nawel monte les escaliers de son immeuble. Elle est chargée des courses de rentrée. Comme l’ascenseur était pris, elle grimpe les marches, sa mère sur ses talons.

– Dépêche-toi, yema.

– J’arrive, ma fille, j’arrive.

Elle entend sa mère haleter quelques pas derrière elle. La pauvre peine à se déplacer à cause d’un mal de dos qui la torture depuis des semaines. Nawel déteste tous les gens qui sont incapables de décoller l’étiquette du pack de bouteilles d’eau et qui obligent da caissière de mère à soulever des poids excessifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *