Archibald Skye #2 – Les pandas sans bambou sont-ils des tueurs à gages > Jupiter Phaeton

PARU LE 6 NOVEMBRE 2019 EN AUTOÉDITION

LIEN D’ACHAT – ICI

L’apocalypse s’est abattue. Enfin presque. Enfin oui. Enfin non. Enfin, ça dépend du point de vue. Du point de vue d’Archie, le manque de chamallow est une forme d’apocalypse, alors bon…

La voilà en direction de chez ses parents, avec une seule envie : épouser un lance-flammes, histoire de cramer une fois pour toutes le manoir où ils vivent. Comment ça elle a un petit souci avec la famille ? Mais pas du tout, absolument pas, c’est la famille qui a un problème avec elle, ça n’a rien à voir. Sa mère, qui porte des talons aiguilles dans sa maison même à six heures du matin quand elle vient de se réveiller, l’accueille froidement. Ce n’est pas vraiment un épisode du retour de la fille prodige, hein. Plutôt une histoire du vilain petit canard qui revient au foyer. Archie tient bon, heureusement que Craig lui a retiré son arme de service, sinon elle aurait peut-être commis un matricide. Ou un patricide. Bref, quelqu’un serait mort.

Elle sort de là avec la tête qui bourdonne, Numéro 4 est pris de fulgurantes envies pyromanes, mais Numéro 2 et Numéro 3 l’ont bien renfermé dans sa cage dorée avec ses dragons cracheurs de feu qui le surveillent. Enfin presque. Enfin oui. Enfin non. Enfin, ça dépend du point de vue, quoi. Disons qu’un seul petit désagrément supplémentaire, et Archie pourrait se transformer en pyromane de service. Ce serait pratique pour faire griller des chamallows. Mais bon, suite à cette discussion familiale, la liste des choses qu’Archie veut faire cramer s’est subitement allongée. La garde du corps a du pain sur la planche si elle veut obtenir toutes les réponses à ses questions.

⭐⭐⭐⭐⭐

UN SECOND OPUS QUI AUGMENTE MON ADDICTION AUX UNIVERS DE JUPITER PHAETON.

Interview : Sur une idée de Jupiter Phaeton.

Journaliste : Je suis en direct du San Francisco General Hospital, Marlène, l’une des chroniqueuse du blog « Le monde enchanté de mes lectures » vient d’être admise dans le service psychiatre suite à sa lecture du second tome des aventures d’Archibald Skye. La chroniqueuse s’était rendue sur place pour apporter son aide à la célèbre Archibald Skye, elle se retrouve en état de stress post-traumatique. Actuellement, nous attendons de pouvoir l’interviewer. Nous en saurons plus très rapidement.

1h30 plus tard…

Journaliste : Nous allons enfin interviewer Marlène qui je l’espère va nous raconter ce qu’elle a vécu…

Entre dans la chambre…

Journaliste : Marlène, tu te souviens de moi ? On s’était  vu lors de ta lecture du premier opus des aventures d’Archibald Skye.

Moi : Oui, vaguement ! Tu n’es pas ce que l’on appelle une personne inoubliable, mais passons…

Journaliste : Nous avons tout de suite été informé de ton admission dans ce service hospitalier. Peux-tu nous raconter ton expérience avec ce second tome ?

Moi : Pff, te raconter mon expérience ? Mais tu rigoles, tu penses que c’est facile ? J’ai décidé de venir prêter main forte à Archibald pour cette seconde aventure, direction San Francisco et… je ne me rendais pas compte de la dangerosité de la situation. Vous voyez, j’ai vécu une succession de rebondissements traumatisants. Il y a d’abord eu la confrontation avec cette blondasse de Rachel… mon manque évident de Chamallow, et oui je suis au régime donc le manque de sucre a été déterminant dans mon internement. Archibald m’a accueillie avec ses quatre personnalités, elle a d’abord été méfiante, et puis finalement elle m’a laissé assister au cœur de l’action… Et je n’étais pas prête. Parce que, et bien je n’ai pas de pouvoir, j’ai donc flippé à mort du début à la fin.

Journaliste : Peux-tu nous dire ce qu’il s’est passé ? 

Moi : Mais tu rigole ? Tu penses vraiment que je suis ce genre de lectrice ? Le genre qui spoile à tout va. T’es sûr que t’es journaliste ? Parce qu’avec des questions pareilles on ne va pas aller loin.

Journaliste : Je reformule… Peux-tu nous livrer votre ressenti ? Comment as-tu vécu la lecture de ce second tome ?

Moi : Ah bah voilà, tu vois que tu peux faire un petit effort. Bref, si je me retrouve internée dans un service psychiatrique, tu te doutes bien que c’est parce que ce second tome m’a retourné le cerveau. Archibald Skye s’est démenée, elle a été au devant du danger pour sauver une fois de plus Shawn Chou et sa blondasse peroxydé. Après tout, le contrat c’est de protéger Shawn quoi… pas la blonde. Oups, je m’égare une fois de plus. Désolé mon temps de concentration et de patience s’évalue à 4 sec…

Ce second tome est explosif, riche en émotions et en rebondissements. L’humour est toujours aussi décapant et ça c’est carrément ma came. Bordel, Jupiter Phaeton a de la suite dans les idées, je te le dis. En débutant le roman, j’étais loin de me douter de ce que nos héros allaient vivre. Révélations sur révélations. Des liens qui s’intensifient entre les protagonistes. Une putain d’intrigue aussi farfelue qu’intelligente. L’autrice a su construire un univers de toute pièce avec des détails saisissants, rien n’est laissé au hasard, on s’y croirait d’ailleurs.

Les personnages sont géniaux, avec des personnalités tellement uniques. Je les trouve vraiment attachants, drôles et décalés. Je suis total in love de Shawn et Archie. Esteban est genre le meilleur ami que je voudrais avoir… Bref, un carton plein niveau protagonistes.

Ça te suffit comme réponse ?

Journaliste : Hum, tu te doutes bien que je veux plus de détails. Dis-moi pourquoi tu es en état de choc ? 

Moi : Tu veux savoir ? C’est à cause de cette Jupiter Phaeton. Faut toujours qu’elle nous laisse sur un suspense insoutenable. J’ai même essayé de brûler le livre en tournant la dernière page avant de me rendre compte que je ne suis pas un élémentaire de niveau 1 et qu’essayer de faire flamber le livre comme ça en le fixant n’allait pas marcher.

Je suis en état de choc, je suis en train de devenir folle, et ce n’est pas le cocktail de médoc qu’ils ont essayé de me faire avaler qui va arranger mon état. Ils m’auraient proposé des Chamallow, ma fois ça aurait peut-être pu marcher… Je ne dors plus, je suis focalisé sur les derniers événements. Je M’INQUIÈTE, bordel ! Pourquoi Jupiter Phaeton ? Pourquoi me faire ça ? Par ta faute, je vais rester dans cet hôpital jusqu’à la sortie du troisième opus.

Journaliste : Le mot de la fin ? 

Moi : Ce second tome m’a rendu accro aux univers de l’autrice. Elle a beau être sadique, c’est quand même un putain de génie. Archibald Skye, Esteban, Craig,  Shawn Chou et sa blondasse vont vous offrir un spectacle d’enfer, pas une minute de répit dans cette suite, on vit à 300km/h et on termine complètement traumatisé mais on en redemande. Doit y avoir une substance pas claire sur les pages du roman… sûr que c’est possible pour rendre les lecteurs totalement addict à cette saga ! Faudrait que je regarde sur Wiki ! Ouais je faire ça. J’ai le temps après tout avant la sortie du tome suivant !

Journaliste : Merci pour le temps que tu m’as accordé. Je te souhaite un bon rétablissement. On se retrouve bientôt ?

Moi : Je vais voir, tu sais mon temps est précieux, je ne sais pas si tu le mérites vraiment. Je vais y réfléchir.

– Nom d’un panda sans bambou ! lâchai-je en découvrant l’appartement sens dessus dessous de Shawn.

Il y avait eu un cambriolage, ce n’était pas possible. Mais un cambriolage dans une chambre d’hôtel étroitement surveillée ?

– Arrête avec cette expression, me reprit Esteban.

Ils avaient réussi à allonger Adam sur le canapé avec l’aide de Timéri.

– Pourquoi ?

– Les pandas, c’est mignon, expliqua mon meilleur ami. Tu ne peux pas en faire un juron.

– T’as déjà vu un panda sans bambou ? rétorquai-je.

– Non, bien sûr que non.

– CQFD.

– Comment ça CQFD ?

– Tu n’as jamais vu de panda sans bambou parce que quand ils sont en manque de bambou, ils se transforment en tueurs à gages et tuent tout ce qui leur tombe sous la main. Humais inclus.

Esteban écarquilla les yeux.

– Tu es machiavélique, dit-il. Tu viens de changer mon opinion sur les pandas à tout jamais. C’est terrible ça, Archie. Jusqu’à il y a deux secondes, les pandas étaient mignons à mes yeux.

– Les pandas avec bambou sont mignons, dis-je. Les pandas sans bambou sont des tueurs à gages.

– Non, je ne te crois pas.

– Mon expression prend tout son sens comme ça.

– Tu as inventé son histoire. Je demande une vérification par Wiki.

– Numéro 3 est aux abonnés absents. Je pense que dans les jours à venir tu n’auras affaire qu’à Numéro 2 et Numéro 4. D’ailleurs j’aimerais bien récupérer mon lance-flammes.

Je remercie Jupiter Phaeton pour cette lecture. 

RETROUVEZ MON AVIS SUR LE TOME PRÉCÉDENT

ARCHIBALD SKYE #1 – Y A-T-IL PÉNURIE DE CHAMALLOW A SAN FRANCISCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *