Julia fille du soleil Impératrice de Rome » Myriam Antaki

Editeur : Erick Bonnier Editions

Livre : Amazon

L’histoire d’une princesse syrienne devenue l’Impératrice de Rome qui fit conquérir le Levant par son époux Septime Sévère, et massacrer les chrétiens.

Prêtresse du dieu Soleil, je suis l’Impératrice de Rome. Déchue, j’écoute mes voix intérieures pour me souvenir de ma vie, du Temple d’or d’Emèse dans ma Syrie natale. Là, j’adorais Héliogabale, le Soleil, ses Rayons. Je dansais nue pour sa divinité et mon corps mettait le feu aux hommes.

Nourrie par la semence d’un rite mystique et charnel, ma danse avait attiré un simple légat de passage, Septime Sévère. À l’ombre des émaux et des bétyles, je l’avais séduit pour l’entraîner vers la guerre et le couronner empereur. Je triomphais avec lui. Le sénat et la plèbe saluèrent alors mon génie et ma beauté. Mes deux fils, Caracalla et Geta, furent aussi des dieux mais ont brisé mon coeur.

Après la gloire, tout finit pour moi dans un mouvement animal des corps, la blessure, le crime, la mort…

 

⭐⭐⭐,5

Ce livre est apparu un jour de décembre dans ma boîte aux lettres mais, honnêtement, je ne sais même pas de qui je l’ai reçu car nous ne sommes pas partenaires avec l’éditeur, et ce n’est pas non plus une masse critique de Babélio car ce serait signalé sur mon profil. Ne sachant donc pas qui remercier, je préfère ne rien mettre en fin de chronique. Je n’ai pas noté le titre dans ceux que je devais recevoir, donc, impossible de savoir d’où il vient, pas grave mais c’est toujours bien de savoir qui remercier pour l’envoi d’un livre.

Une chose des plus perturbantes avec ce livre, c’est qu’il n’y a pas de dialogues. On pourrait croire que cela va arriver au bout d’un moment, mais non.

Nous rencontrons donc cette impératrice qui va nous faire connaître son passé, sa vie, et malgré pas mal de choses que j’ai trouvée intéréssantes, je n’ai pas réussi à totalement entrer dans le récit. Ce qui me chagrine, parce que j’ai appris pas mal de choses, j’aurais donc apprécié pouvoir me sentir plus immergée dans l’histoire. Par moments, j’avais plus l’impression de me retrouver sur les bancs de l’école durant un cours d’histoire ayant ce livre comme support plutôt que le tableau.

Mais c’est principalement ce manque de dialogues qui m’a trop perturbée pour pouvoir réellement apprécié le roman. Pourtant, j’aime apprendre de nouvelles choses, ce qui fut le cas d’ailleurs. Je trouve cela vraiement dommage, même quelques dialogues par-ci par-là m’auraient suffit, il n’en fallait pas non plus des pages entières, mais je trouve que cela aurait rendu ce récit encore plus prenant à découvrir. L’histoire aurait d’ailleurs été beaucoup plus attrayante à lire alors qu’ici, sans dialogue, eh bien j’ai trouvé que cela donnait un rendu un peu trop plat. Des dialogues lui aurait insufflé un peu de vie.

Quoi qu’il en soit, je suis ravie de l’avoir lu.

Je suis la prêtresse du dieu Soleil, l’impératrice des Romains. Sur des chemins retors, mon cortège me ramène vers mon pays pour enfin y mourir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *