Premières Lignes #97

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

Vous faites quoi pour Noël ? de Carène Ponte paru aux éditions Michel Lafon

Néo-Monde #2 de Teddy Roch paru aux éditions de la Caravelle

 

Plongez Pauline dans une fête de Noël très arrosée au bureau.
Pimentez d’un dérapage torride dans le parking de son immeuble avec Hervé, l’assistant du DRH.
Ajoutez un enregistrement de vidéosurveillance.
Et vous comprendrez que Pauline peut dire adieu à ses vacances pépères, genre siestes en pyjama licorne.
L’urgence : se rapprocher de celui qui détient la vidéo si compromettante pour sa réputation, le séduisant gardien de son immeuble !
Celui-ci lui propose un marché. En tout bien tout honneur.
Pauline n’a d’autre choix que d’accepter, mais sait-elle vraiment ce qui l’attend ?

Premières Lignes

Chapitre Premier

18 décembre, 10 heures

Dans la vie, il y a deux catégories de gens. Ceux qui passent la fête de Noël du bureau collés au buffet, à s’enfiler des minitartelettes au saumon trop cuites en comptant les minutes. Et ceux qui s’enfilent des coupes de champagne. Eux aussi comptent les minutes, ils le font juste de moins en moins bien de verre en verre.

Cette guerre n’était que le début…
Après les terribles affrontements contre les Félons, Forgost tente de se relever. Les vivres manquent cruellement, et la peur de représailles de la part de l’amiral pèse sur les épaules du Conseil.
Alors que des tensions apparaissent, et que le traître court toujours, Karl doit à nouveau quitter le Nord pour sauver l’un de ses amis. Loin de son refuge, il va s’enfoncer au cœur même de ce monde déchiré, aux frontières du rêve et du réel.

Premières Lignes

Prologue

— Cours ! Ne t’arrête surtout pas !

— Qu’est-ce qu’ils veulent ?

— C’est pas important, continue simplement de courir !

La fuite, uniquement la fuite. Plus rien ne comptait désormais. Pourtant, il s’était douté que cela ne pouvait finir autrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *