#Audio – Attendre que la mer remonte » Thierry Radière

Editeur : 15K Editions

Audio et Numérique : ICI

Découvrir les coulisses : ICI

D’habitude quand ils se disputent, Véronique s’en va dormir sur le canapé du salon et le lendemain matin elle a tout oublié.

Mais cette fois-ci c’est différent.
Cela fait trois jours qu’elle ne lui parle plus.
Ses sourires sont pleins de lassitude. D’une tristesse qui lui échappe.

Quand soudain Véronique lui propose d’aller à la mer.

C’est sûr, ils vont se réconcilier !

 

⭐⭐⭐⭐

Les disputes de couple, je pense que tout le monde connaît. Nous avons chacun notre propre manière de franchir le cap de la réconciliation.

Mais cette fois, Véronique est totalement différente après cette enième dispute avec son mari. Elle semble loin, voir même détachée, quant à lui, il ne comprend pas sa femme, sa réaction, ou plutôt sa non-réaction.

Que lui arrive-t-il, pourquoi ne paraît-elle pas vouloir une réconciliation alors que c’est devenu une quasi habitude ? Beaucoup de questions se bousculent dans l’esprit du mari qui est le personnage que nous suivons principalement. L’auteur nous fait rentrer dans son esprit à lui, et non celui de Véronique, j’avoue que cela change un peu. La plupart du temps c’est la femme et non l’homme que nous entendons penser.

J’ai parfois eu l’impression que la situation de dispute et réconciliation était le point central du récit, mais en ré-écoutant le texte une seconde fois, je l’ai vu différemment. La seconde fois, c’est plutôt les questions du mari que je voyais au premier plan, comme si la fameuse phase de dispute/réconciliation devenait secondaire.

Je me suis prise à m’attacher aux deux personnages, plus au mari car j’étais dans son esprit, mais également à Véronique que j’avais envie de mieux comprendre. Un très joli texte où la poésie est présente, mais également une bonne dose d’ironie qui donne un peu de piquant.

Merci aux éditions 15K pour leur confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *