Captive du désir » Alexx Andria

Editeur : Harlequin

Livre : ICI

Parviendra-t-il à la conquérir ?

Donne-moi une semaine pour te séduire. À ces mots, Katherine frémit. Car l’homme qui les a prononcés n’est autre que Luca Donato, qu’elle est censée épouser et qu’elle ne peut se résoudre à aimer. Mais, face à ce défi, elle entrevoit enfin la possibilité de recouvrer sa liberté. Même si elle doit bien reconnaître que la perspective d’être courtisée pendant sept jours fait naître en elle un délicieux sentiment d’excitation…

 

⭐ ⭐ ⭐, 5

Les mariages arrangés… voilà bien une pratique que je ne supporte pas. C’est pourtant encore d’actualités dans certains endroits de ce monde ! Eh bien c’est ce thème qui est abordé ici par Alexx Andria.

Une chose est certaine, au début, j’ai eu envie d’étriper ce cher Luca, lui et sa manière d’être, lui et son « je suis au-dessus de tout le monde ». Je suis allée jusqu’à vouloir balancer mon livre dans le mur se trouvant face à moi ! Oui, ce cher Luca m’a légèrement horripilée. Mais j’ai voulu lui donner une chance de retourner cette situation, et j’ai bien fait ! Eh oui, sous ses airs supérieurs, il y a autre chose, il y a une personne que j’ai appréciée, et ce n’était pas gagné du tout !

Autant vous dire que pour Katherine non plus ce n’est pas gagné dès le début, elle qui a toujours dit amen à tout, a pourtant décidé de prendre sa liberté, malgré ce dilemme qui la lie à Luca. Alors, lorsque celui-ci lui demande de lui laisser une semaine pour réussir à la séduire, elle pense avoir trouvé une porte d sortie à tout cela.

Pourtant, au fil des pages, on se rend compte que c’est une évidence entre eux, qu’il y a bien plus que du désir et que finalement ce mariage arrangé pourrait bien pour une fois unir deux personnes ayant de véritables sentiments.

Pour le reste, je vous laisse faire la découverte par vous-même. Personnellement, j’ai passé un bon moment en leur compagnie malgré un début assez compliqué avec Luca.

Je m’appelle Luca Donato. Vous avez très certainement aperçu ma tête en couverture des magazines Forbes ou Fortune car ma famille est immensément riche. C’en est presque indécent.
Et je parle de richesse à la hauteur de celle des princes saoudiens.

Merci à Mélanie et aux éditions Harlequin pour leur confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *