Le temps qu’il nous reste » Francia Place

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Que feriez-vous s’il ne vous restait plus que six mois à vivre ?

C’est la question que se pose Savannah quand elle apprend cette terrible nouvelle : que faire de ces six derniers mois ? Vivre à fond ou mourir tout de suite ? Elle n’en a aucune idée…

Ce dont elle n’a aucune idée non plus, c’est que ses amis ont décidé de prendre les choses en main. Pour faire des six derniers mois de Savannah les plus beaux de toute son existence, et dans l’espoir que cela l’aide à guérir, en cachette ils lancent une cagnotte Ulule. Le but de cette cagnotte : réunir l’argent dont ils ont besoin afin de réaliser les rêves de leur amie. Très vite, le projet prend une ampleur considérable. Des milliers de personnes se joignent à leur cause via les réseaux sociaux. Des milliers de personnes qui vont les suivre dans cette course à la vie. Dans un ultime combat contre la mort…

Est-ce que cet élan incroyable d’amour, de soutien et de solidarité suffira à la sauver ?

 

⭐ ⭐ ⭐ ⭐, 5

Dès la lecture du résumé, impossible de se dire que l’on va lire une comédie, non, on comprend bien que la boîte de mouchoirs va absolument devoir se trouver à proximité, ou alors vous êtes totalement insensible. Je n’y ai pas échappé, mes mouchoirs à portée de main m’ont plus que bien servis d’ailleurs. Par contre, préparez-vous également à ne pas pouvoir vous arrêter, vous débutez ce livre, vous le terminez, ne pensez surtout pas lire quelques chapitres et hop on fait une pause pour diverses raisons, non non non, impossible, j’ l’ai expérimenté et je peux vous certifier que je n’ai pas pu poser ma liseuse, et quand vous débutez votre lecture vers 21h, que le réveil sonne à 5h15, croyez-moi cela pique atrocement les yeux de les ouvrir. Pourtant, je ne regrette absolument pas de manquer de sommeil.

Le temps qu’il nous reste, c’est le genre de lecture pour laquelle j’ai envie d’en dire le moins possible, non parce qu’il n’y a rien à dire, bien au contraire, mais c’est un roman qui se découvre sans en être influencé avant. Votre propre vécu et vos émotions n’étant pas les mêmes que les miens, peut-être que ce récit vous touchera moins, ou au contraire vous touchera encore plus. Mais, là où vous serez forcément d’accord avec moi après l’avoir lu, c’est que c’est très prenant à lire, que c’est un récit qui ne laisse personne indemne, même les plus durs d’entre nous ne pourront rester insensible.

Ne pensez surtout pas que c’est un livre qui attire la pitié, je trouve plutôt qu’il nous permet de nous poser les bonnes questions sur notre propre vie. Est-ce que vous pourriez dire ce que vous feriez s’il ne vous restait que six mois de vie, ou même un an, ou même deux ans, mais que vous avez une date limite ? Personnellement je n’y ai jamais vraiment réfléchi, peut-être le devrais-je, après tout personne n’est à l’abris de se retrouvez avec un verdict foudroyant.

Ce roman, c’est une solidarité, de l’amour à foison, de l’amitié à n’en plus finir. C’est un thème difficile, cependant, Francia Place en a fait quelque chose de magnifique, à aucun moment on ne ressent d’abattement, au contraire, elle pousse à voir plus loin et surtout à profiter de la vie. Un très beau livre pour lequel finalement je ne dis pas énormément de choses, mais j’espère que vous ne passerez pas à côté sans vous arrêter.

Six mois à vivre. Il ne me reste que six mois à vivre. Si j’avais la force d’esquisser un geste, je mettrais immédiatement un chronomètre en route pour être certaine de savoir où j’en suis, de ces six mois. Pour être certaine de savoir précisément le nombre de jours, d’heures, de minutes – et même de secondes – que je possède avant de rendre l’âme.

Merci à Francia Place pour sa proposition de service presse.

Un commentaire sur « Le temps qu’il nous reste » Francia Place »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *