S.W.A.T #1 – Dualité > Manon Donaldson

PARU LE 15 MARS 2019 AUX EDITIONS BLACK INK

LIEN D’ACHAT – ICI

Le bonheur est un but utopique qu’Alyssa a passé sa vie à essayer d’atteindre.
Malgré tous ses efforts, le destin s’acharne et la place au cœur du danger, mettant sur sa route le ténébreux Hardy, agent du S.W.A.T.
Un passé mystérieux, une rencontre électrisante, une organisation mortellement dangereuse, le tout multiplié par des décisions hasardeuses changeront la donne.
Et s’il y avait un véritable fossé entre ce qu’elle veut et ce dont elle a besoin ?
Et si cet agent du SWAT, agressif, colérique et glacial, aux antipodes du mec de ses rêves, mais tellement protecteur lui faisait entrevoir un tout autre avenir ?
Quand deux êtres que tout oppose luttent contre les même ténèbres, est-il possible qu’ils trouvent l’un auprès de l’autre le chemin de la rédemption ?


⭐⭐⭐⭐,5

UNE ROMANCE A SUSPENSE, 100% TESTOSTÉRONE ET ADRÉNALINE ! 

[S.W.A.T #1 – Dualité] est le premier roman de Manon Donaldson que je lis, et mon dieu, cette claque ! J’espère que vous êtes prêtes à faire connaissance avec Hardy, un héros viril qui transpire la testostérone ! Ce mec… c’est quelque chose.

Manon Donaldson nous offre un premier opus sous haute tension, avec beaucoup de rebondissements et une romance qui se met doucement en place dans un milieu dangereux et captivant.

DEUX HÉROS QUE TOUT OPPOSE…

Prenez une jeune femme qui n’aspire qu’au bonheur et un héros torturé, agent du S.W.A.T. et vous obtenez un duo explosif et plutôt atypique.

On entre très vite dans le vif du sujet et on fait connaissance avec nos deux héros principaux. L’alternance de points de vue nous permet de vraiment cerner les personnages sans toute fois  deviner tous les tenants et les aboutissants de ce premier opus.

Alyssa est une nana indépendante, elle a déjà trop souffert pour se pourrir la vie, elle aspire à un avenir meilleur et elle va se donner les moyens de se sortir de la vie qu’elle a toujours vécue. Alyssa est une jeune femme optimiste, elle prend sa vie en main pour enfin accéder au bonheur dont elle a toujours rêvé. Sauf que voilà, sur son chemin, elle va tomber sur Hardy, agent du S.W.A.T qui va la sortir d’une situation très dangereuse. Et sans savoir pourquoi, il va se faire un devoir de la protéger lorsqu’elle va se retrouver dans la ligne de mire d’une organisation mortellement dangereuse. Alyssa est solaire, elle est naïve et pleine de bonnes intentions. Alyssa va essayer de faire fondre la couche de glace qui entoure Hardy, car franchement ce mec ne pourrait être plus froid et distant… J’ai adoré Alyssa, elle n’a pas sa langue dans poche, elle est drôle et très sexy. Et elle vous réserve beaucoup de surprises.

« – Tu es imbuvable monsieur le sergent Hardy/Hardy, ajoute-t-elle, toujours d’une humeur étonnamment bonne.
– Et toi, tu es… Très.. trop… vivante… »

Hardy… A nous deux ! Ce héros est un vrai phénomène, non mais franchement, je n’en reviens toujours pas. Hardy est un homme très complexe, tourmenté par des erreurs passées, il a bien du mal à rester dans le présent. Affrontant un alter ego plutôt effrayant il a promis à Alyssa d’assurer sa sécurité. Mais à quel prix ? Hardy est impressionnant, c’est un mâle alpha, un mec viril et brut de décoffrage. C’est un homme qu’il faut apprivoiser, il m’a décontenancé à plusieurs reprises. C’est un homme captivant, la dualité de son personnage est passionnante. Sa psychologie est bien travaillée, j’ai adoré en apprendre plus sur lui, et il est évidemment impossible de rester de marbre face à cette montagne de muscles. Hardy dégage beaucoup de violence qu’il peine à contenir, le danger le rend sexy et un peu inaccessible. C’est un personnage charismatique qui prend toute la place, il éclipse le monde autour de lui.

Je n’ai eu de cesse de penser que Manon Donaldson avait construit le personnage de Hardy avec Tom Hardy pour modèle. Bref, je me le suis imaginé comme ça !

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, j’ai particulièrement aimé Jay, qui est un allié de taille pour Hardy et Alyssa. Les autres protagonistes instillent beaucoup de mystère, ce qui rend le récit vraiment intriguant !

UNE INTRIGUE SOUS HAUTE TENSION. UN SCÉNARIO BRUT ET MACHIAVÉLIQUE ! 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman à suspense tel que celui-ci. Manon Donaldson nous propose vraiment une intrigue hyper addictive, sous haute tension où les rebondissements se succèdent pour nous dévoiler un scénario absolument ahurissant !

Je ne savais pas vraiment où j’allais avec cette histoire, j’ai été assaillie par de nombreuses interrogations durant ma lecture, j’essayais de deviner les tenants et les aboutissants de l’histoire, sans succès, hélas ! Je peux vous dire que l’autrice est vraiment sadique. L’intrigue est intelligente et les morceaux du puzzle s’assemblent pour nous dévoiler un scénario surprenant. J’ai particulièrement aimé le milieu exploré dans le récit, nous avons affaire à un puissant cartel de drogue, le danger est omniprésent et on ne sait plus à qui l’on peut faire confiance.

Les rebondissements sont plutôt sympas et le final… un truc de dingue !

UNE ROMANCE QUI SE FOND DANS LE DÉCOR ! 

Entre Alyssa et Hardy se tisse un lien un peu étrange. Hardy se fait un devoir de protéger notre héroïne, petit à petit, les barrières tombent mais cela n’a rien d’évident. La romance n’est pas sur le devant de la scène. Les sentiments contradictoires que nos héros ressentent s’installent doucement.

Alyssa et Hardy forment un duo atypique. Ils ne pourraient pas être plus différents et en même temps au-delà de tout, ils se comprennent. Il y a aussi une grosse attirance physique entre eux, mais cela ne se limite pas à une tension sexuelle. C’est plus profond que ça. Nos héros sont en lutte constante avec eux-même.

J’ai aimé la psychologie autour de la romance, Manon Donaldson a pris son temps pour que nos héros s’apprivoisent, cela entraîne un rythme un peu lent par moment mais j’ai trouvé cela captivant que le temps se suspende un peu pour que l’on comprenne les états d’âme de nos héros.

UNE PLUME ADDICTIVE AU POSSIBLE ! 

Manon Donaldson a une imagination de dingue, je dois dire que j’ai tout de suite adhéré à son écriture, j’ai été embarqué dans son histoire à suspense. J’ai trouvé son style vraiment percutant, le récit est addictif, le suspense ne désemplit pas et nos héros se retrouvent au prise avec le danger et leurs sentiments qui ne font qu’accentuer la tension entre eux. L’autrice a beaucoup d’humour et cela allège facilement certaines scènes qui avaient besoin d’être désamorcées, je me suis vraiment marré à certains moments. (Exemple dans l’extrait.)

L’autrice explore un univers où la violence et le danger se côtoient. J’ai aimé sortir de ma zone de confort et j’en redemande !

EN BREF : 

Manon Donaldson nous offre un premier opus sous haute tension. Suspense, danger, tension sexuelle et une intrigue de malade vous attendent ! [S.W.A.T] c’est du lourd, une histoire qui m’a totalement surprise avec un cliffhanger de fin ahurissant ! Manon Danaldson a tissé un scénario hyper intelligent qui m’a laissé KO ! Mais c’était tellement bon que j’en redemande ! Je serais bien évidemment au rendez-vous pour le prochain opus.


« – Je suis un S.W.A.T. depuis quelque temps, lâche-t-il finalement.
Son visage de marbre ne me donne pas envie de me démonter. Si ça se trouve, c’est même le contraire. Chaque personne a une histoire et je sens que la sienne est d’une noirceur que je n’arriverais même pas à imaginer.
– Pourquoi tu es ici ? Je veux dire, vu que ça a l’air de bien t’emmerder ?
– C’est mon air habituel.
– Quoi ? Tu rigoles, non ? J’ai bien de la difficulté à t’imaginer en train de déballer les cadeaux de Noël avec cette expression de : dès que tu vas cligner des yeux je vais t’abattre ! ça ne peut pas être naturel… je veux dire, tu ne te forces même pas pour avoir l’air… enfin… d’un méchant ?
Je rigole sincèrement et, malgré la douleur que cela m’inflige physiquement, ça me fait un bien fou psychologiquement.
– Et si je te dis que je ne fête pas Noël ?
– Tu as une religion de psychopathe ? Genre sacrifier des vierges chaque jour de pleine lune et une chèvre le 25 décembre ?
Faire sourire ce mec c’est aussi facile que d’expliquer les réseaux sociaux à une personne de 89 ans.
– Je ne fais rien de tel, je t’assure, seulement, je déteste ceux qui ressentent le besoin de s’extasier sur tout et n’importe quoi, explique-t-il en haussant les épaules.
– Oh, je sens que tu vas adorer me détester, alors ! Que vaut la vie si ce n’est pas pour en apprécier les belles choses, aussi infimes soient-elles ?
Surtout avec toutes les merdes qu’elle est capable de vous balancer en pleine tête, je songe tout en le gardant pour moi.
– J’attrape les méchants qui menacent les gens qui ont trop de paillettes dans les yeux pour voir où ils mettent les pieds.
– Aussi doué pour la conversation que pour les métaphores, à ce que je vois…
– Je ne suis pas venu pour tromper ton ennui, dit-il plus doucement. Je veux comprendre ce qui s’est produit et ce que j’ai vu.
– Ça me plairait bien de connaître ta théorie.
Il semble réfléchir et peser ses mots avant de répondre.
– Je pense que tu étais au mauvais endroit au mauvais moment. J’en ignore la raison, mais vu ta naïveté évidente et ta propension à la gentillesse, je dirais que tu ne savais pas exactement où tu mettais les pieds. Néanmoins, une raison t’a poussée à chevaucher ta licorne magique jusque là-bas, et c’est celle-là qui m’importe.
– Ma licorne ? Dis plutôt que je ne suis qu’une nunuche et ça sera pareil, rétorqué-je faussement vexée. Si ça se trouve je suis venue prendre une livraison afin d’aller la distribuer aux jeunes du primaire avec une paille en bonus. Pailletées, les pailles, précisé-je.
Je le jauge du regard, même pas l’ombre d’un sourire. Je suis déçue. »

Je remercie les éditions Black Ink et NetGalley pour cette lecture. 

A propos de MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Un commentaire sur “S.W.A.T #1 – Dualité > Manon Donaldson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *