Premières lignes #51

 

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

*[INVINCIBLE] de STUART REARDON & JANE HARVEY-BERRICK paru aux éditions HUGO NEW ROMANCE.

*[UN LIEN FRAGILE] de LOU JB paru en AUTOEDITION.

 

Quand votre monde s’effondre. Quand tout le monde vous tourne le dos. Quand votre corps est brisé.
Il faut se relever. Il faut revenir. Et devenir invincible.

Nick Renshaw est la pépite du rugby britannique. Malheureusement, il se blesse grièvement et sa carrière est menacée. Commence alors pour lui une descente aux enfers. Il se sent abandonné et trahi par ses proches, mais il veut se battre pour reprendre sa place.

Le Dr Anna Scott est la seule personne qui peut aider Nick, elle a ses propres méthodes mais aussi ses lourds secrets. Quand le passé de Nick revient les hanter tous les deux, l’énigmatique docteur est plus vulnérable qu’elle n’y paraît.

Brisée et trahie, la lutte pour survivre semble intolérable. Quant à Nick, retrouvera-t-il le chemin des terrains ? Qui cédera, qui se relèvera… qui restera invaincu ?

Premières lignes

Prologue
C’est un très beau sport.
C’est un sport dur.
Et même, les bons jours, votre corps est meurtri et contusionné. C’est un sport brutal, plein de sang, de boue et de saleté.
Vous voyez cette cicatrice dans mon cou ? C’est le rugby.
Vous voyez cette cicatrice le long de mon sourcil ? C’est le rugby.
J’ai de nombreuses cicatrices.

Lucie et Sarah, sont deux sœurs que tout oppose. L’une vit encore chez ses parents à Paris avec son frère jumeau, tandis que l’autre a préféré s’éloigner pour aller vivre dans une colocation en Bretagne. Elles se détestent, pourtant un tragique accident va les réunir. Arriveront-elles à oublier les vieilles rancœurs et à faire de ce lien fragile qui les unit, un atout pour faire face à cette douloureuse épreuve ?Rien n’est joué d’avance, car la haine a remplacé l’amour depuis bien longtemps.

Premières lignes

Lucie

À huit heures, la sonnerie de mon téléphone me tire du sommeil en sursaut. À cause d’une lecture passionnante qui m’a tenu en éveil jusqu’à quatre heures du matin, j’ai très peu dormi cette nuit. Du coup, le réveil est brutal. J’attrape mon iPhone sur la table de chevet et coupe le son. L’envie de gratter quelques minutes est alléchante, mais je dois me lever. Je n’ai pas le choix. Une longue journée m’attend et je dois être prête dans trente minutes. C’est donc encore à moitié endormie que je me lève pour me diriger vers la salle de bain attenante à ma chambre. Je pose mon téléphone sur ma station d’accueil et lance ma playlist, avant de m’engouffrer dans la douche. C’est sur la musique de The Cranberries – Zombie, que je me savonne en rythme.

Un commentaire sur « Premières lignes #51 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *