Nous deux à l’infini > Fleur Hana

Elle est incapable d’aimer un autre homme que lui.
Il est incapable d’aimer tout court. 

Lola aime Dante. C’est une vérité universelle depuis qu’elle a croisé son regard, treize ans plus tôt, alors qu’ils étaient encore adolescents et que Dante sortait avec sa grande sœur. Aujourd’hui, elle décide de tenter le tout pour le tout : elle va le séduire, quitte à se faire passer pour une femme qu’elle n’est pas vraiment, une femme que Dante laissera entrer dans ses nuits.
Dante n’aime que lui. C’est une vérité indiscutable depuis la trahison qui a fait voler sa vie rêvée en éclats. L’homme qu’il était a disparu ; désormais, il enchaîne les coups d’un soir et est devenu ce que la vie a fait de lui : un sale type. Mais, lorsque Lola déboule au milieu de la nuit, il lui ouvre, même s’ils ne se sont pas parlé depuis huit ans. Cette fille est toujours la gamine insupportable, capricieuse et envahissante de ses souvenirs, mais elle a ce truc indéfinissable qui le touche. Alors, quand elle lui demande de l’héberger, il accepte.

A PARAÎTRE LE 7 MARS 2018 AUX EDITIONS HARLEQUIN FRANCE.

LIEN D'ACHAT - ICI.


L’avis de Marlène – Note 5/5

Quand j’ai lu [FEELING GOOD] il y a quelques temps, et bien je ne pensais qu’à une chose en l’ayant terminé… Je voulais faire la connaissance de Dante… C’est le frère de Sandro tout de même !

Le synopsis de [Nous deux à l’infini] est terriblement accrocheur, je dois dire que je m’étais préparée à découvrir des personnages hors du commun. Et ce fut le cas, carrément ! Fleur Hana a un véritable don pour l’écriture c’est indéniable, ça match à chaque fois avec moi. Pourquoi ? Pour tout un tas de raison, à commencer par la personnalité de ses personnages. Fleur Hana nous propose toujours des fictions réalité avec effet augmenté… Ça veut dire quoi mon charabia ? On a l’impression d’y être quoi. Ses romans nous plongent dans une réalité, certes fictive, mais totalement vibrante.

Lola aime Dante. Cela fait treize ans que ça dure. Depuis le premier regard. Hélas, Dante n’était pas pour elle mais pour sa sœur Carmen. Pourtant, après huit longues années, Lola est bien décidée à tenter sa chance. Pour Lola, Dante c’est un peu comme l’Amérique… Elle veut l’avoir et elle l’aura, mais saura-t-elle le garder ? (Vous pouvez le dire, mon jeu de mot était plus que douteux mais que voulez-vous, Joe Dassin s’est incrusté dans mon esprit au moment même où je cherchais cette phrase!)  Sera-t-elle celle qui lui redonnera l’envie d’aimer ? Lola c’est un petit bout de femme, elle est beaucoup de chose. Mais elle est avant tout adorable, à tel point que l’on a envie de l’adopter… Non, private joke, Lola est une véritable tornade, si petite et pourtant elle retourne tout sur son passage. J’ai adoré son tempérament, elle est attachante, chiante, agaçante et elle ne tient pas en place mais à côté de ça c’est une jeune femme altruiste qui a beaucoup d’amour à donner. Lola est un personnage solaire, elle véhicule vraiment la bonne humeur, elle illumine tout sur son passage, pourtant elle reste invisible aux yeux de Dante. Elle a un avis sur tout et elle est de bons conseils sauf que là c’est elle qui va avoir besoin de soutien. Lola m’a vraiment émue, je vous avoue que j’ai souffert à ces côtés à certains moments, c’est dingue ce qu’elle a réussi à encaisser et pourtant elle était prête à tout pour être proche de Dante. Mais comment faire lorsque vous êtes amoureuse d’une personne qui est totalement hermétique au moindre sentiment ? Lola prendra-t-elle les bonnes décisions pour que Dante la remarque enfin ? Qu’il la voit comme une femme et non plus comme une petite fille ? 

Dante, quant à lui est un homme qui ne ment pas… Dante n’aime personne, à part lui mais attention ce n’est pas du narcissisme. Non depuis la trahison de celle qu’il allait épouser, Dante n’est plus apte à offrir son amour et il n’en a pas envie. De toute manière, il n’y croit plus. Il se contente de ses coups d’un soir, de ses arrangements sexe sans sentiments… cela pourrait vous faire penser à bon nombre de romance, mais Dante se démarque totalement. Aide soignant le jour, gogo dancer la nuit, Dante vit sans se préoccuper de sa vie sentimentale jusqu’au jour où Lola débarque chez lui alors qu’ils ne se sont pas vus depuis de nombreuses années. C’est indéniable, Lola est toujours la chieuse qu’elle était à quinze ans, mais voilà Dante a toujours ressenti le besoin de la protéger et malgré le fait qu’elle l’agace au plus haut point, il accepte de l’héberger. Il se demandera très vite s’il n’a pas fait la plus grosse connerie que de la laisser revenir dans sa vie. Lui qui tient tant à sa tranquillité et à ses habitudes de célibataire. Dante est un personnage hors du commun c’est un fait. Ce n’est pas un héros facile à aimer et pourtant j’ai adoré la dualité de son personnage. Vous voyez, la nuit, Dante vend du rêve en se déshabillant, c’est son job, avec ses potes Matt et Benjamin, ils sont les GOLDEN BOYS… Vous entendez l’hystérie générale ? Non ? Je suis la seule à acclamer ces Apollons ? Attendez un peu de faire leur connaissance ^^ Bref, Dante est canon, il se désape et franchement on en redemande mais Dante c’est aussi un gars qui a un caractère assez rigide. Il est exigeant et n’a rien à offrir, à part du plaisir aux nanas qui ne cherchent rien d’autre qu’un bon coup. Dante est complexe, et son attitude m’a vraiment fait ressentir toutes sortes d’émotions. Je l’ai détesté, il est assez égoïste et pourtant j’ai perçu les failles dans son armure de mec complètement détaché. Lola ne le laisse pas indifférent mais de là à parler d’amour… Laissez-le rire. Dante est lui aussi très agaçant, ce qu’il a vécu avec la sœur de Lola l’a en quelque sorte rendu insensible. C’est un sale type, mais c’est ce qu’il est et il n’essaye de se faire passer pour ce qu’il n’est pas. Mon ressenti pour son personnage a été très virulent, je dois dire que c’est ce que je préfère dans la romance, c’est que je n’ai pas aimé Dante dès le début, j’ai dû apprivoiser la bête, j’ai dû me faire violence pour comprendre son point de vue. Et puis sa carapace s’est fendillé, tout doucement… C’est ce qui en fait un personnage si vivante et captivant. Son histoire l’a façonné tel qu’il est…

Se pourrait-il que Dante et Lola aient une histoire à vivre ? 

Une fois de plus, Fleur Hana a totalement conquis mon cœur de lectrice. Elle m’a fait rêver avec cette nouvelle romance. Fleur Hana a un style bien particulier, son écriture est reconnaissable entre toutes. Son petit grain de folie trouve encore sa place dans [NOUS DEUX A L’INFINI]. Elle nous offre une histoire d’amour moderne orchestrée avec beaucoup d’humour, d’autodérision, de sexytude mais aussi pas mal de réflexion. Une fois de plus, ses personnages sont imparfaits, si si je vous assure. Dante et Lola sont vraiment uniques, leur relation ne sera pas de tout repos. Vous allez en voir de toutes les couleurs, vous allez avoir envie de hurler, de les secouer, de les aimer ! Je me suis vraiment attachée à Lola, elle est totalement décalée et elle assume sa personnalité. Elle est adorable, je me suis sentie proche d’elle car on a pas mal de point commun. C’est une femme enfant tout comme moi. Et elle m’a vraiment touchée, au moins autant qu’elle m’a fait rire. L’intrigue est moderne et addictive. J’ai lu roman d’une traite, de toute manière il m’était impossible de le poser, je voulais trop savoir comment allait se terminer l’histoire. Ce que j’aime dans les romances de Fleur Hana, c’est qu’il y a toujours des éléments atypiques qui viennent mettre de la couleur dans ses histoires. Ici entre nos héros, tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Lola sait ce qu’elle veut tandis que Dante ne sait pas ce qu’il veut, ou il croit savoir ce qu’il ne veut pas… La romance est passionnée, elle a un côté déchirant, les émotions sont intenses et vraiment la complexité des sentiments est très bien mise en relief. L’humour allège l’ensemble sans jamais faire de l’ombre à ce que nos personnages vont vivre.

Forcément, les personnages secondaires ont la part belle. J’ai adoré tous les personnages qui gravitent autour de Dante et Lola, bon je l’avoue j’ai détesté Carmen ^^ Mais que voulez-vous, j’ai choisi le camp de Lola ^^ J’ai particulièrement aimé Chris, l’ami de Lola qui a su me démontrer que ce n’était pas évident de tenir le rôle de meilleur ami de Lola. Bien sûr, je suis super intriguée par Matt et Benj.

Le roman est aussi super sexy, et j’adore quand humour et érotisme se mélangent. Ici, Fleur Hana nous comble de bonheur avec des scènes chargées en émotions. Entre Dante et Lola, l’alchimie est palpable, ils sont attirés et ne manqueront pas d’assouvir leurs désirs. Cependant, l’auteure a misé tout sur les sentiments, de ce fait le sexe vient vraiment en complément pour pimenter l’histoire. Je peux vous dire que Fleur Hana excelle dans l’éveil des sens, j’ai totalement craqué pour le couple Dante et Lola… J’avais une furieuse envie qu’ils éteignent enfin le feu qui couvait en eux ^^ Et je dois dire que j’apprécie particulièrement comment l’auteure met en scène ses personnages dans l’intimité.

En bref, [NOUS DEUX A L’INFINI] est une romance new adult terriblement addictive. Dante et Lola sont totalement imparfaits et c’est ce qui les rends aussi vivants et vibrants. Je n’ai fait qu’une bouchée de ce roman, il faut dire que Fleur Hana nous offre encore un récit moderne bourré d’humour et d’autodérision. Elle orchestre ses histoires d’une telle manière qu’on ne peut que succomber au charme insolent de ses personnages. Une fois de plus, je retrouve ce que j’aime tant dans les romans de Fleur Hana, des personnages atypiques, une héroïne complètement barrée mais qui assume totalement son grain de folie. L’auteure aborde des thèmes qui font réfléchir et qui rendent l’histoire plus émouvante et touchante. Elle arrive toujours à rendre ses histoires uniques et c’est finalement indéfinissable, c’est juste trop bon ! Je vous conseille d’écouter la playlist, j’ai personnellement adoré me mettre dans l’ambiance et me sentir au plus proche de nos héros.


Extrait 

Je n’ai pas aussi bien dormi depuis une éternité. Je m’étire lentement, savourant cet instant entre le sommeil et le réveil, celui où on n’a pas encore quitté le confort de nos rêves pour plonger dans une réalité pas toujours très attirante. Une odeur de café me chatouille les narines. Je me retourne dans le lit, difficilement, ma courte nuit n’a malgré tout pas comblée mon besoin d’heures de repos… et Lola n’est plus là. Avec un peu de bol, je vais me lever et elle sera partie et… D’accord, il n’y a absolument aucune chance pour qu’elle se soit barrée en me laissant une cafetière chaude.

Et puis d’un coup, j’ai la certitude qu’elle est là, à quelques mètres de moi, tout simplement parce qu’elle se met à chanter. J’ouvre les yeux et compte jusqu’à dix dans ma tête. Puis jusqu’à vingt. Non, ça ne m’aide pas du tout à me détendre. Les événements de la nuit sont encore trop frais dans ma mémoire. Je me redresse et m’appuie sur un coude.

Lola est en train de danser et chanter. Le son est vraiment… curieux. Bon sang, est-il possible d’être si petite et mignonne et de chanter aussi faux ? Aussi mal ? Je crois que je viens de découvrir une nouvelle arme de torture et je suis sûr que si je la vendais au gouvernement je pourrais en tirer un prix intéressant. Sérieusement, il n’existe pas une loi quelque part pour interdire de chanter aussi mal ? Elle se tient devant la fenêtre située au-dessus de l’évier, dans ce qui me sert de cuisine et qui n’est en réalité un des quatre murs de mon studio. Elle porte un petit short de sport noir, un débardeur rose fushia qui m’agresse les rétines, et elle a remonté ses cheveux en un bordel de pinces et trucs de filles. Elle ondule les hanches de gauche à droit et sa voix monte dans les aigus. J’ai peur que les voisins portent plainte, alors je lui crie :

-Lola !

Mais elle a ses écouteurs, ça ne sert à rien, elle ne m’entend pas.

-Girl, just wanna have fu-un ! Ouhouh, girls, just…

Je me résigne à me lever et m’approche d’elle en deux enjambées. Je lui administre une tape derrière la tête. Elle sursaute et se retourne en me lançant un regard noir. Je veux dire… littéralement noir. Entre ses pleurs de la veille et le fait qu’elle ne se soit vraisemblablement pas démaquillée avant de se coucher, ses yeux sont en fait deux tâches sombres, un peu à la monde Fétide Adams. Elle danse toujours, mais au moins elle a cessé de chanter. C’est une victoire. Elle retire un écouteur et me lance :

-Quoi ?

-Tu chantes atrocement faux. Contente-toi de danser. Et encore…

J’agite mollement la main de haut en bas pour lui signifier ce que je pense de son show matinal. Plutôt que de m’attaquer à cette fille en étant à jeun, je décide d’opter pour une bonne tasse de café. Je me sers un mug, ajoute un sucre et retourne me jeter sur le lit. Je ne suis pas habitué à ce genre de réveil. D’ordinaire, je suis seul, j’émerge en douceur et pas contraint et forcé par un concert privé qui donnerait envie à n’importe qui de se crever les tympans avec le premier objet pointu à portée de main.

-Je ne chante pas faux, finit-elle par me répondre. C’est juste qu’avec les écouteurs je ne m’entends pas, alors forcément, ce n’est pas très juste.

-C’est complètement faux.

-Personne ne s’est jamais plaint.

-Parce que tu as achevé tous ceux qui t’ont déjà entendue chanter. Hémorragie cérébrale.

Je l’observe du coin de l’œil. Elle retire son deuxième écouteur et pose son lecteur MP3 sur la table basse.

-De rien pour le café, Dante.

-De rien pour l’hébergement, Lola.

Je remercie Mélanie et les éditions Harlequin pour cette lecture. 

5 commentaires sur « Nous deux à l’infini > Fleur Hana »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *