Interview Emilie Collins – Cœur à corps

A l’occasion de la sortie de [CŒUR A CORPS], la nouvelle romance d’Emilie Collins à paraître le 7 mars dans la COLLECTION &MOI, j’ai eu l’opportunité de poser quelques questions à Emilie concernant cette nouvelle parution mais aussi sur sa vie d’auteure.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman, j’avais envie de vous donner l’occasion de découvrir [CŒUR A CORPS] au travers de cette interview et de mon avis qui arrivera demain sur le blog.

Je remercie Emilie d’avoir accepté de répondre à mes questions, merci également à elle pour ce merveilleux moment de lecture. C’est parti pour l’interview.


Commençons par quelques questions sur [Cœur à corps].

  • C’est ton troisième roman, pense-tu que c’est maintenant plus facile pour toi d’écrire les histoires de tes personnages ?

C’est ma troisième romance, j’ai aussi écrit d’autres romans qui sont encore sur la table de travail ^^ Je crois que maintenant, j’ai plus d’aisance pour développer la psychologie et l’univers de mes personnages dans le contexte de la romance. Au début, je crois que j’étais tellement focalisée sur la construction de la romance comme trame principale que j’avais du mal à m’écarter de cette ligne directrice. Avec les Délices d’Eve, et surtout Cœur à corps, j’ai pu donner à mes personnages toute l’ampleur qu’ils méritaient. Du moins je l’espère !!

  • Peux-tu nous parler un peu du processus d’écriture de [CŒUR A CORPS] ? Avais-tu une trame ? Savais-tu dès le départ où tu voulais mener tes personnages ?

Mon point de départ était d’écrire une romance qui intégrerait des photos. La trame de départ était donc un photographe. Mais je ne voulais pas un photographe qui fasse des clichés de mannequins. Je voulais un homme qui ressente son art comme une vocation, une façon de s’exprimer et d’exister. A partir de là, j’ai cherché comment une femme pouvait entrer dans sa vie par le biais de son art, sans pour autant appartenir au même monde. Je n’étais pas sûre au début du chemin qu’ils allaient devoir prendre pour se trouver. Mais je voulais absolument qu’ils prennent le temps de s’apprivoiser mutuellement. J’ai donc choisi de partir d’une situation d’adversité qui les oblige en quelque sorte à prendre le temps de se connaître avant de découvrir leurs sentiments.

Une fois cette idée en tête, je me suis plongée dans les photos d’Erge. Et j’ai commencé à sélectionner celles que j’avais envie de montrer. Celles qui m’émouvaient par une atmosphère, une ligne, un regard particulier porté sur le quotidien. Et j’ai raconté leur histoire.

  • Tu abordes de nombreux thèmes dans [CŒUR A CORPS], peux-tu nous expliquer tes choix ? Quel message souhaitait délivrer avec ce roman ?

J’ai une première formation en histoire de l’art, c’est donc un thème qui me tient à cœur, ma première passion. J’aime en parler et la partager. Et j’ai une sensibilité particulière pour tout ce qui est artisanat d’art. Je trouve particulièrement riche cette démarche qui consiste à insuffler la beauté dans la vie quotidienne. Chaque art à ses propres ramifications. Dans le cas de Romane par exemple, j’ai évoqué sans le développer le domaine de la lithothérapie. Tout ne me convainc pas, mais j’ai bien une pierre de lune, ce pendentif qui apparait dans les photos est le mien. Et je le porte dans tous les moments importants avec cette sensation qu’il me protège. La création est pour moi essentielle dans la vie. Que ce soit la création artistique, comme la littérature, la photo ou les bijoux, ou la création « humaine » : créer du lien entre les êtres, partager, échanger, permettre des rencontres, créer de l’amour, des émotions… C’est à mes yeux ce qui donnent du sens au réveil qui sonne douloureusement chaque matin.

Pour ce qui est des thèmes abordés dans la relation amoureuse entre Romane et Erik, il y a deux axes principaux à mes yeux. Le premier, la confiance, indispensable à la construction et la durée d’une relation. Pour moi, elle doit être absolue. Comment mettre son bonheur entre les mains d’un autre si l’on n’est pas intimement persuadé qu’il va faire de son mieux pour prendre soin de nous ? Cela rendrait trop vulnérable. L’autre axe, je crois qu’il m’a été inspiré par certaines lectures et chroniques. Le bad boy est terriblement sexy. Mais j’ai presque 40 ans, et j’ai pris du recul. Cette mise en avant du bad boy m’inquiète je l’avoue. Car se construire avec un bad boy, c’est finalement accepter la souffrance comme prix de son amour. Et je trouve ce concept très dangereux. Alors j’ai voulu écrire sur un homme qui au départ n’avait pas de place pour l’amour dans sa vie, mais qui en le découvrant, aiderait la femme qu’il aime à prendre toute son ampleur. C’est un thème qui me tient à cœur, je pense donc que je n’ai pas fini de l’aborder.

  • Comment as-tu construit les personnalités de tes personnages ? Es-ce que Romane est un peu le reflet de toi-même ?

Un artiste peut se montrer terriblement égoïste, focalisé sur son art. C’est le cas d’Erik au début. Mais finalement en découvrant son travail, et ses relations avec ses amis, on se rend compte qu’il aime les gens, le monde, les autres. Il a juste besoin d’apprendre à développer cet amour dans sa vie au lieu d’en être le spectateur.

Romane est effectivement un peu de moi. Déjà, elle a pris mon image ^^ Ou plutôt je me suis sentie suffisamment d’affinités avec elle pour vouloir lui prêter mes traits. Je crois que j’ai insufflé un peu de moi à chacune des sœurs. Romane reflète mon optimisme incurable, ma foi en la meilleure face de l’être humain (et le mur que je prends quand je me trompe, sans pour autant réussir à devenir méfiante^^). Sa fragilité et sa douceur viennent sûrement aussi de moi. Lexie m’a emprunté mon sens des responsabilités (je suis maman de trois enfants). Et Méline mon grain de folie, cette façon de se jeter à l’eau et de regarder la profondeur de la piscine après ^^ Du coup forcément, leurs défauts sont aussi un peu les miens ?

  • J’ai particulièrement aimé la dimension artistique que tu nous as offert avec [COEUR A CORPS], peux-tu nous livrer ton ressenti sur cette aventure romantique et visuelle ?

Je suis très heureuse que tu l’aies aimée, elle est pour moi une des clés de voûte de ce roman. C’est un ressenti très particulier. J’ai mis énormément de moi dans cette histoire. Et j’étais tellement plongée dans sa création que je n’ai pas voulu mettre de limite. Certaines photos me mettent à nu, au sens presque littéral. J’ai expliqué ma démarche à mes proches, pour qu’ils ne soient pas gênés ou choqués (ma maman, notamment ^^). Mais maintenant que je tiens le livre entre mes mains, la vision que j’en ai est la même (toutes proportions gardées bien sûr !) que quand je regarde une œuvre dans une exposition ou dans un catalogue : mon corps n’a été que le substrat du regard et de la photo d’un artiste. Et ce qui compte dans le résultat, ce n’est pas mon corps, avec ses qualités et ses défauts, mais le regard qui a été porté sur lui. Et c’est sûrement le lien qui m’unit à Erge qui donne toute leur authenticité aux photos de Romane par Erik : un regard amoureux est toujours bienveillant, il révèle ce qu’il y a de meilleur en nous, nous met en valeur. Il nous aide à évoluer pour mieux nous aimer nous-même. En fait, il me semble que c’est son sens. Se sentir à l’abri, en sécurité dans le regard de l’autre. C’est ce que ressent Romane. Et c’est une chose que je partage avec mon héroïne.

  • Qu’aimerais-tu que les lectrices retiennent de cette histoire ? Quel impact attends-tu sur tes lectrices ?

Une interview est toujours l’occasion de réfléchir sur son travail, et de le mettre en perspective. Quand j’ai écrit Cœur à corps, je l’ai fait d’instinct, modelant parfois inconsciemment mon histoire pour aborder des thèmes qui me sont chers. Arrivée à cette question, le message que j’ai envie de dégager est double. D’abord, l’art. C’est vrai que nous vivons dans un monde difficile, où l’horreur porte de nombreux masques. Mais l’être humain n’est pas que ça. Il est aussi capable de créer cette beauté, et d’aimer. L’autre, c’est l’amour justement. Se faire confiance dans une relation amoureuse. Savoir que l’autre prendra soin de nous, nous aidera à avancer dans le chemin qui nous rendra heureux. Et cette phrase que je reprends de ma réponse précédente : se sentir en sécurité dans le regard de l’autre.

Alors si je peux oser espérer avoir un impact sur mes lectrices, c’est celui-ci : prenez soin de vous, aimez-vous, et entourez-vous de personnes dont vous avez envie de prendre soin et qui vous rendront cet amour. Dans ce monde compliqué, construisez avec vos proches un microcosme où régneront les valeurs qui sont importantes à vos yeux, et où vous pourrez vous épanouir. Je pourchasse les répétitions dans mes romans, mais là je vais me répéter exprès : prenez soin de vous.

  • Ton roman [CŒUR A CORPS] sort le 7 mars, comment te sens-tu à l’approche de la sortie ?

Fébrile !! ^^ Il y a toujours de l’appréhension. Ai-je réussi à exprimer ce que je voulais ? Vais-je réussir à toucher le cœur de mes lectrices ? Seront-elles émues par les émotions qui m’ont portée ? C’est une période de doute et de remise en question : suis-je à la hauteur ?

Et puis il y a le bonheur. Le bonheur de tenir un rêve entre ses mains. De pouvoir le partager. D’espérer que les mots couchés sur le papier vont faire vibrer une corde sensible chez la lectrice, et qu’un échange va naître de cet écho.

Alors les deux mélangés, ça donne de l’impatience. Un peu comme lorsque l’on est sur le très grand plongeoir. On sait qu’on va sauter. On sait que ça va être impressionnant, la peur fait battre le cœur. Mais en même temps on se sent vivant.


Quelques questions sur ta vie d’auteure. 

  • Depuis combien de temps écris-tu ?

Depuis quelques années. Ou plutôt depuis l’enfance, j’avais des petits carnets que je trimballais dans ma poche avec déjà des personnages, des histoires. Mais je n’en garde aucun souvenir. Adolescente ensuite, j’ai beaucoup écrit pour crier ma révolte en découvrant le monde. Et après plus rien. Je n’ai repris la plume que vers 2011. Je ne l’ai plus lâchée depuis.

  • Où trouves-tu l’inspiration ?

Partout. Une rencontre. Une conversation. Une idée effleurée dans un livre, ou qui est née en lisant une histoire. En feuilletant un magazine. En regardant un documentaire ou les informations. Et bien sûr… en rêvant sur des photos ^^

  • Écris-tu autre chose que de la romance ?

Oui. J’écris aussi de la littérature contemporaine. J’aime m’attarder sur la vie des personnages de tous les jours. Ce qui m’intéresse, ce sont les héros du quotidien. Mais en fait, j’avoue que la limite entre romance et non romance est parfois en pointillé. Car l’amour tient toujours un rôle dans mes histoires.

  • Quels sont tes conditions optimales pour l’écriture ?

Très variables ! Cela peut être dans un café très bruyant, avec de la musique très forte dans les oreilles, ou au contraire au creux de la nuit en plein silence. Cela dépend de mon humeur, et parfois de la scène que je veux écrire. En fait la seule chose indispensable, c’est une boisson ^^ Il me faut absolument un thé ou une infusion à boire, même si elle a largement le temps de refroidir (elle finit généralement d’ailleurs dans l’arrosage des plantes ^^). Du coup, j’ai toute une collection de mug. J’adore ça, j’en ai toute une étagère !

  • Comment l’écriture trouve-t-elle sa place dans ton quotidien ?

Mes enfants ont la priorité. Ensuite vient l’écriture. Elle s’articule dans les creux laissés par mes lutins et le travail. Mais je lui trouve toujours une place, parfois au prix de mon sommeil. De toute façon, quand un personnage prend racine dans mon esprit, je n’ai plus le choix. Il devient le capitaine du bateau.

  • Peux-tu nous parler un peu de toi ?

Je suis-je crois une touche à tout, j’aime explorer tous les sujets qui me tombent sous la main. Ce qui fait mon unité, c’est l’écriture, qui me permet de rassembler tout ce que je récolte pour le transformer et le transmettre, car c’est le partage qui donne son sens à ce que nous faisons.

Alors n’hésitez pas. Même débordée, je prends toujours le temps de répondre à chaque message. Venez me dire ce que vous avez aimé, ou pas aimé, ce qui vous a touché, ce qui vous a fait rire. C’est toutes ces émotions partagées qui sont le terreau de mon écriture.

  • Des projets à venir ? N’hésite pas à me confier quelques secrets, promis cela reste entre nous ^^ Et quelques lectrices ^^

Bon, alors puisque l’on est entre nous… ^^ D’autres romances, car j’aime un peu plus à chaque livre les univers que je crée dans le berceau de la collection Emoi. Et puis faire connaître également mes autres écrits, pour partager une autre facette de ma plume. En fait, je suis un peu hyperactive d’après mes proches, il semblerait que mon cerveau ait beaucoup de mal à se mettre au repos. Donc j’ai dans mes tiroirs une grosse poignée de projets qui attendent leur heure. Je les laisse mûrir, je sais que le jour où je serai prête pour eux, ils sauront m’attraper par le bout du stylo et m’asseoir à mon bureau.


Je souhaite te remercier Emilie d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, mais aussi d’être toujours aussi disponible pour tes lectrices. Un grand merci pour ce roman intimiste que tu offres à tes lectrices. C’était un plaisir de te lire une fois de plus 🙂

Merci à toi Marlène, de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer autour de ce projet qui me tient tant à cœur. Je te remercie pour ce plaisir que tu partages avec moi, c’est la récompense pour tout ce travail et ces heures de doute. Alors pour toutes celles qui me lisent… à très vite ?

**********************************************************

Je vous invite à découvrir le making of de [CŒUR A CORPS]. Vous apprendrez plein de choses sur ce roman qui vous propose une expérience visuelle et romantique inédite.

*Source de la photo de couverture – Site de la collection &moi.

 

2 commentaires sur « Interview Emilie Collins – Cœur à corps »

    1. Merci beaucoup <3 J'étais contente d'avoir l'opportunité d'interviewer Emilie Collins et son roman est vraiment top 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *