Je suis une fille de l’hiver > Laurie Halse Anderson

Lia et Cassie sont inséparables. Elles sont des « filles de l’hiver », prisonnières de leurs chétifs corps glacés, partageant tout, et pourtant concurrentes dans une course mortelle à la maigreur. Mais le jour où Cassie meurt, Lia se retrouve hantée par les souvenirs et ravagée par la culpabilité. Laurie Halse Anderson explore le combat d’une jeune fille contre l’anorexie, son chemin douloureux vers la guérison, et ses tentatives désespérées pour renouer avec l’existence par le biais de l’espoir.

Paru le 3 janvier 2018 aux éditions J'AI LU.

Lien d'achat - ICI.


L’avis de Marlène – 4/5

Ce roman j’avais envie de le lire à sa sortie broché et puis je n’ai pas eu le temps, je n’ai pas manqué le coche avec la sortie poche. J’avais été très intriguée par le résumé et les sujets abordés dans ce livre.

Je ressors de cette lecture totalement chamboulée, on peut dire que le contenu est vraiment touchant mais aussi malaisant. On prend vraiment la pleine mesure de ce qu’est l’anorexie à travers ce récit qui nous narre le combat de Lia contre sa maladie.

J’ai mis un peu de temps à être à l’aise dans cette lecture car la narration est vraiment particulière. On suit le parcours du combattant de Lia suite à la mort de son amie Cassie, atteinte du même mal. Entre culpabilité et recherche de la maigreur, la vie de Lia est un véritable fardeau. J’ai été saisie par l’intensité du récit, on se retrouve vraiment enfermé dans le subconscient de notre héroïne, j’ai été tout de suite sensibilisée à son mal être, à sa vision déformée de la vie. Lia des objectifs qu’elle souhaite atteindre, des objectifs de maigreur extrême. On suit son évolution page après page, j’ai trouvé le récit très puissant de par sa dureté et son côté réel.

Avant de débuter ce livre, je ne connaissais que très peu de choses sur l’anorexie, ce que l’on croit tous connaître finalement… Mais ce roman a été un véritable choc pour moi. L’aspect psychologique de l’histoire est oppressant, j’ai vraiment été captivée par le dénouement de l’histoire, car le côté fiction met en lumière avec justesse et tact cette maladie méconnue. Je me suis sentie parfois mal à la lecture de certains passages, parce que je souffrais en même temps que Lia. Son côté obsessionnel a failli déteindre sur moi tellement il est omniprésent. J’ai aimé cette immersion dans la vie de Lia et dans sa tête.

Le cheminement de l’histoire est poignant, impossible de rester insensible à cette héroïne qui se bat contre elle-même et le mal qui la ronge. J’ai trouvé le contexte particulièrement intéressant, l’auteure ne surjoue pas c’est une certitude, le récit est réel, palpable et inoubliable. On ne se rend pas compte de ce que l’anorexie engendre chez les personnes qui en souffrent. C’est un combat de chaque instant, une lutte acharnée que Lia n’est pas certaine de remporter… L’anorexie touche aussi l’entourage du malade, c’est vraiment bien représenté dans le récit. On découvre comment Lia s’en sort pour rassurer ses proches, on découvre comment elle triche pour atteindre ses objectifs, c’est effarant et effrayant à vrai dire.

Dans le début de ce livre, c’est le tâtonnement et l’incompréhension, j’ai eu un peu de mal à me positionner dans l’histoire car je me sentais trop envahie par les pensées de Lia, et puis l’intrigue s’est tout simplement développée et un cheminement captivant s’est mis en branle. Lia va avoir besoin de réponse pour apaiser ses élans de culpabilité suite à la disparition de Cassie et finalement c’est tout cela qui va la conduire à sortir de sa prison glacée. Il y a beaucoup de métaphores dans ce livre, j’ai aimé le côté abstrait de l’histoire qui nous laisse toute latitude pour percevoir le quotidien et la combat de Lia.

En bref, c’est un roman que je suis contente d’avoir découvert. Un sujet abordé de manière vraiment intéressante qui m’a totalement sensibilisé au mal qui touche les personnes anorexiques. La psychologie est poussée à son paroxysme, j’ai trouvé le récit très touchant, c’est un roman coup de poing qui m’a tout de même mise mal à l’aise à certains moments. C’est une expérience de lecture qui offre des éléments de compréhension aux lecteurs quant aux sujets abordés par l’auteure. C’est un livre que j’ai envie de recommander à tous les lecteurs car on ne ressort pas indemne en lisant ce genre d’ouvrage.


Extrait 

« Voilà le sac d’os… » murmurent les garçons dans les couloirs.

« Donne-nous ton secret », chuchotent les filles depuis la cabine voisine, aux toilettes.

Je suis cette fille-là.

Je suis l’espace entre mes cuisses, là où la lumière passe.

Je suis l’assistante bibliothécaire qui se planque au rayon fantasy.

Je suis le monstre de foire figé dans la cire. Je suis les os qu’ils convoitent, suspendus à un montant en porcelaine.

Dès que je m’approche, ils reculent. Les caméras dans leurs orbites enregistrent le bouton sur mon menton, la pluie dans mes yeux, l’eau bleue qui coule sous ma peau. Ils captent le moindre son avec leurs micros-cravates. Ils veulent m’attirer à l’intérieur d’eaux, mais ils ont peur.

Je suis contagieuse.

Je remercie Myriam et les éditions J’ai Lu pour cette lecture. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *