Ma bonne étoile > Clara Richter

« Nos souffles entremêlés. Ma main dans la sienne, comme un refuge. »

La vie d’Alix a basculé à la mort de son grand frère Paul qui s’est noyé lors d’une soirée entre amis. Depuis ce drame, la jeune lycéenne est submergée par des émotions qui l’étouffent : rage, tristesse, culpabilité, incompréhension.

Fragile et meurtrie, Alix croise le chemin d’Elyas, un garçon dont l’existence a également volé en éclats. Il a fui la Syrie où ses parents, ses frères et sœurs ont été tués sous ses yeux. Entre les deux adolescents, la compréhension est immédiate. L’attirance aussi.

Ensemble, ils vont tenter d’apprivoiser leurs nouvelles existences et de résoudre le mystère de la mort de Paul. Est-ce un suicide ? Un stupide pari Facebook qui a mal tourné ? Ou bien son frère avait-il un secret ? Obnubilée par cette enquête, Alix ne réalise pas à quel point Elyas a, lui aussi, besoin d’aide…

Un magnifique roman sur la Force du premier amour.

Paru le 10 janvier aux éditions DREAMLAND.


L’avis de Marlène – Note 4,5/5

En découvrant le résumé de [Ma bonne étoile] j’ai tout de suite su que ce roman allait être différent de tout ce que j’avais lu dans le genre. Clara Richter nous signe là l’histoire d’un premier amour hors du commun. Elyas et Alix ne sont pas des personnages lambdas, ils s’ancrent à merveille dans notre réalité et mettent en lumière des thèmes déchirants et lourds de sens.

Le synopsis est suffisamment explicite pour que je ne revienne pas sur l’histoire que vous allez découvrir. Il en dévoile peut-être légèrement trop ^^ Vous allez de suite être sous le charme de la plume de Clara Richter. Elle a choisi des thèmes actuels et qui ne vous laisseront pas indifférents. Elyas, notre héros, est syrien. Il a fui son pays en laissant derrière lui les souvenirs de ses parents et de ses frères et sœurs morts sous ses yeux… Le traumatisme est intense mais au contact d’Alix, Elyas va trouver du réconfort. Notre héroïne a perdu son frère Paul quelques mois auparavant, elle a du mal à reprendre le cours de sa vie tant elle se retrouve aux prises avec des émotions qui l’étouffent. Elyas et Alix se comprennent, ensemble ils vont aller de l’avant mais notre héroïne est obnubilée par la mort de Paul, elle a besoin de réponses, se lançant dans une enquête pour comprendre la disparition de son frère. Pendant ce temps-là, elle ne se rend pas compte qu’Elyas est au plus mal…

Ce roman c’est une explosion d’émotions. J’ai eu très peur en découvrant les thèmes abordés par Clara Richter. Elle a pris des risques et je ne peux que l’en féliciter. Elle aborde des thèmes d’actualité avec la situation dramatique qui se passe en Syrie… Elyas est un héros ravagé par la guerre, il a perdu une partie de sa famille. Il renferme beaucoup de colère en lui et malgré son autodérision on sent bien qu’il cache son mal être. Elyas est un jeune homme très attirant et l’auteure a su lui donner une personnalité solaire malgré son histoire. J’ai aimé son personnage, il m’a vraiment touché et cela m’a permis de comprendre encore plus ce que les Syrien vivent en fuyant leur pays. L’auteure s’est appuyé sur des éléments très pertinents pour tisser l’histoire d’Elyas et de son frère. Elle n’a rien laissé au hasard. Alix quant à elle est une héroïne attachante, elle traverse une période très dure au sein de sa famille qui ne se remet pas de la disparition de Paul. Ils ont chacun une façon bien à eux de surmonter cette épreuve… Alix se perd un peu plus dans sa quête de réponses. On pourra croire qu’elle est un peu autocentrée mais elle est jeune et elle ne sait pas comment faire son deuil. Alix est une adolescente tout ce qu’il y a de plus normale, elle va ressentir les premiers émois avec Elyas. Son évolution est touchante et cela m’a souvent fait chaud au cœur de la voir avec Elyas. Alix nous démontre aussi qu’il est parfois difficile de percevoir la détresse des gens qui nous entourent. Les personnages secondaires sont très bien insérés dans l’histoire. Ils ont tous un rôle très important et j’avoue que je les ai tous aimé.

L’intrigue est très addictive, elle mêle habilement suspense, romance et sujets d’actualité. Ce roman a vraiment un côté qui sensibilise les lecteurs, que ce soit en ce qui concerne la situation catastrophique de la Syrie, mais aussi les relation familiales, amicales et amoureuses. Elle aborde aussi d’autres thèmes qui parleront aux adolescents qui sont à la croisée des chemins, qui se cherche dans la vie et dans leurs préférences sexuelles. Cette histoire est vraiment très bien narrée, tout y est, rien n’est écrit au hasard et j’ai trouvé la plume de Clara Richter très mâture. Elle a réussi à rendre son récit aussi addictif qu’il est inspirant. Elle a gardé un équilibre tangible entre le côté dramatique de l’histoire et la légèreté de l’histoire d’amour. Le récit n’est pas dénué d’humour, elle a réussi à nous proposer une ambiance très douce malgré le contexte percutant des rebondissements. Je vous avoue que j’ai eu le cœur qui battait à tout rompre par moment. J’ai ressenti l’angoisse de nos personnages, leurs troubles face à ce qui leur arrivaient.

La narration est originale, Clara Richter a une écriture qui lui est propre. Elle a su équilibrer les phases de narration, de dialogue et de description. L’histoire d’Alix et Elyas a quelque chose de particulier car le contexte est percutant mais que… car dans ce récit on perçoit aussi tout ce qui se passe dans la vie de deux adolescents, on perçoit la différence de compréhension et d’acceptation par rapport aux adultes.

En bref, [Ma bonne étoile] est un roman touchant et déchirant mais plein d’espoir et de lumière. Clara Richter a su me divertir en me faisant réfléchir à des sujets d’actualité. Ce récit est accessible aux jeunes lecteurs qui se délecteront de la romance très mignonne et du contenu plus sérieux de l’intrigue. Ce roman sensibilise les lecteurs à certains sujets qui ne manqueront pas d’éveiller leur curiosité. C’est une magnifique lecture que je vous recommande. Clara Richter a su se démarquer avec son histoire qui touchera son lectorat.


Extrait 

-Bonne nuit, Elyas.

-Bonne nuit, mon élue.

J’ai raccroché, la mort dans l’âme. J’ai fermé les yeux en souriant. Elyas avait l’art de provoquer en moi tout un tas de sentiments. La reconnaissance, pour avoir pensé à mon rituel débile. La gentillesse, pour avoir proposé son aide pour résoudre le mystère de la mort de mon frère. L’agacement, pour mettre toujours le doigt sur mon embarras. L’admiration, pour avoir des avis très tranchés, même si nous ne les partagions pas toujours. Et surtout cette excitation généralisée qui s’emparait de moi à chaque fois que j’entendais sa petite inflexion de voix quand il m’appelait « Alix Fougeray ».

Je remercie Marilyne et les éditions Dreamland pour cette lecture. 

Un commentaire sur « Ma bonne étoile > Clara Richter »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *