Hysteria Lane > Alex Cartier

Plongez dans l’univers des tournages de séries à Hollywood, la capitale mondiale du divertissement. Vous avez aimé Desperate Housewives ou Vampire Diaries ? Vous allez adorer Hysteria Lane.

Laure dirige une société de relations publiques dans le cinéma à Hollywood. Quand son boyfriend part travailler en France et que sa meilleure amie (et associée) s’en va assister au tournage du film réalisé par son fiancé, Laure se pose des questions sur le sens de sa vie.
Et lorsqu’elle rencontre un acteur canadien d’une grande beauté qui n’a pas encore percé, elle réalise que son destin est de produire une série. Mais quelles sont ses motivations réelles : le séduire, lui procurer le rôle dont il a besoin pour se faire connaître ? Ou bien est-ce une véritable vocation ?
Elle va découvrir que, derrière les paillettes, Hollywood est un monde impitoyable pour une jeune femme à l’expérience limitée. Heureusement, Laure ne manque ni de charisme ni de relations pour se sortir des pires situations…

Paru le 12 octobre 2017 aux éditions Belfond.


L’avis de Marlène – Note 4/5

Ayant adoré [Movie Star], je ne pouvais pas passer à côté de ce spin-off. En effet [Hysteria Lane] met en scène Laure, la meilleure amie d’Ophélie, héroïne de [Movie Star]. Ici direction Hollywood et ses paillettes… Mais attention aux faux semblants ^^

Le résumé m’a vraiment donné envie de plonger dans l’univers des séries tv. Il faut dire que je suis plutôt fan de certaines d’entre elles, et cela m’a plu de découvrir l’envers du décor. Laure et Ophélie sont associées, elles ont une agence de relations publiques, mais alors que son petit ami David part bosser en France (avec son ex, cela dit en passant… #énervée) et qu’Ophélie suit son fiancé pour assister au tournage de son film, notre héroïne se retrouve face à elle-même… Légèrement perdue quant à ses aspirations, Laure va faire la connaissance d’un acteur canadien encore méconnu du grand public… Une rencontre qui va donner à Laure l’occasion de faire ses premiers pas dans l’univers impitoyable des séries tv à Hollywood.

Alex Cartier nous revient en grande forme avec ce roman plein de rebondissements. Les points forts de cette histoire sont l’univers exploité et le tempérament des personnages. Pour ceux qui ont lu [Movie Star], souvenez-vous que Laure était une femme fougueuse qui aimait séduire et être séduite. Ici on la retrouve avec David, et pourtant leur relation va être mise à mal par bien des obstacles. On retrouve une Laure métamorphosée, plus sage mais pas moi sexy. Laure a pris de l’assurance même si elle se retrouve à la croisée des chemins, même si elle va devoir faire les bons choix… Laure m’a touché dans ce roman, car c’est une femme de caractère mais elle n’était pas totalement préparée à affronter un milieu aussi hostile qu’Hollywood. Elle garde un petit côté agaçant qui la caractérise totalement. Et oui, elle n’a pas totalement changée non plus ! Le principal c’est qu’elle reste une héroïne agréable qui distille sa joie de vivre partout où elle va. Son aventure va la mener loin dans sa vie professionnelle et personnelle, aura-t-elle ce qu’elle mérite au bout du compte ? 

David, le « boyfriend » de Laure m’a rendu folle ! Mais franchement ! Laure a beau être de bonne composition, elle aura du mal à avaler la pilule… David qui part travailler en France avec son ex… Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu ??? Cela m’a valut quelques crises de nerf ! Nous avons l’honneur de retrouver les personnages de [Movie Star] qui s’inscrivent totalement dans ce nouveau roman, ils sont là en toile de fond mais n’empiètent en rien sur l’intrigue propre à l’histoire de Laure. C’est bien joué de la part de l’auteur, car vous pouvez aisément lire [Hysteria Lane] sans avoir lu [Movie Star], la tonalité du roman et la dynamique de l’histoire étant totalement différents.

Qu’est-ce qui m’a plu dans [Hysteria Lane] ? Tout d’abord l’univers. J’avoue que je trouve le milieu du cinéma intriguant. On se sait jamais à quoi se fier. On a l’impression que tout est beau et rose, alors qu’en fait c’est un milieu beaucoup plus dangereux qu’il n’y paraît. L’avantage que l’auteure a, c’est qu’il connaît très bien ce milieu, et que dans ses romans il nous retranscrit les choses avec beaucoup de crédibilité. Il arrive à étoffer son histoire avec addictivité et cohérence. La personnalité de ses personnages se développent au fil des pages et à mesure qu’ils rencontrent d’autres personnes dans d’autres contextes. Ce roman est éblouissant, on nous vend des paillettes, pour mieux cacher les faux semblants. Je me suis surprise à rêver aux côtés de Laure, ressentant ses sentiments, ses doutes et ses espoirs.

La plume d’Alex Cartier est toujours aussi agréable. Je le félicite d’avoir su donner un vent nouveau à ce livre car si l’on retrouve les personnages que l’on connaît et bien cela ne rend pas le récit similaire par rapport à sa précédente trilogie. Son style s’est d’ailleurs affûté, j’ai trouvé ce roman très abouti tant sur le fond que sur la forme. Les émotions suscitées chez le lecteurs sont vives et divertissantes. J’ai adoré les références culturelles et cinématographiques qui rendent vraiment le récit unique. Ce roman traite différents thèmes avec justesse. Laure se retrouve face à son destin, des interrogations surviennent, elle doit se remettre en question aussi, comprendre les gens qui l’entourent. L’amitié est un thème que j’ai trouvé très bien abordé, qui a dit qu’il n’y avait que l’amour qui était complexe, et bien non, l’amitié est aussi un sentiment qui s’entretient et que l’on doit traiter avec respect. Ce roman n’est pas dénué d’humour, et oui Laure est une sacrée déconneuse, une nana pleine d’autodérision. L’érotisme apporte la cerise sur le gâteau, et oui, j’aime les romans sexy, et l’auteur a maîtrisé cet aspect avec brio. Il n’en a pas trop fait, il a trouvé le juste milieu pour pimenter son histoire. Et avec Laure en maîtresse de cérémonie, permettez-moi de vous dire que cela nous offre des scènes d’un érotisme grisant et sensuel.

En bref, Alex Cartier nous propose un roman captivant dans un milieu très divertissant. En grande fan de série tv je ne pouvais pas passer à côté de ce livre. J’avais surtout envie de connaître l’histoire de Laure, cette jeune femme que j’avais adoré dans [Movie Star]. Je suis contente d’avoir découvert une histoire qui a sa propre identité menée par une héroïne hors du commun qui saura démontrer qu’elle a les épaules assez larges pour évoluer dans l’univers impitoyable d’Hollywood. Un roman 100% plaisir à déguster avec des pop-corn à portée de main ^^ 


Extrait 

« -Génial ! Tu vas vivre sept jours sur sept avec ton ex et nous, nous aurons deux jours tous les mois. Tu es sûr qu’elle acceptera, qu’elle ne va pas être jalouse ? Tu me laisses seule ici, je n’arrive pas à le croire !

-Tu as Ophélie et Charlie pour s’occuper de toi pendant mon absence.

J’expérimentais toutes les nuances possible pour répondre. Cette fois, c’était l’amertume.

-Même pas, ils s’en vont eux aussi. Ils te battend, ils partent plus loin et plus longtemps.

Je me suis mise à pleurer. C’était trop, beaucoup trop… David s’est approché et m’a prise dans ses bras. J’ai senti son torse venir se coller à mon dos.

-Laure, ne pleure pas, ma belle. Je reviendrai, tous les mois s’il le faut. Tu es celle que j’aime. La distance ne nous séparera pas.

Puis il m’a embrassé dans le cou. De petits baisers gentils. Si c’était supposé constituer des préliminaires pour une joyeuse partie de jambes en l’air, c’était raté. Pour moi du moins.

Certaines disputes permettent des retrouvailles endiablées, mais, certainement pour la première fois, j’étais bloquée. Sa main a soulevé mon t-shirt pour caresser mes seins. D’habitude, j’adore ça, ça provoque chez moi une excitation instantanée. Mais là, rien, le néant. Mon intimité était aussi sèche que le désert de Death Valley.

Il est curieux de constater combien la sexualité peut mettre en exergue les divergences entre les amants. Les caresses qu’il me prodiguait, si elles n’avaient pas d’effet sur moi, ont provoqué une énorme érection que j’ai sentie contre mes fesses.

Quand sa main est descendue vers mon sexe, il a pu constater que la partie n’était pas gagnée… Il s’est appliqué à me caresser, exercice qu’il maîtrise mais s’est aussi avéré vain.

C’était humiliant, c’était triste, j’ai préféré couper court.

-Je suis fatiguée, David, je souhaiterais dormir.

Dans un bon jour, je lui aurais fait une pipe pour le soulager, j’aurais pris le « monstre » dans ma bouche pour lui faire plaisir, mais, ce soir-là, il n’a pas eu droit à ce privilège.

Car le monstre, ce n’est pas l’engin dans son caleçon, c’est lui. M’abandonner pour aller dans la capitale de mon pays avec son ex. Il n’y a pas d’autre qualificatif pour moi, David, maintenant, c’est un monstre à Paris… »

Je remercie Alex Cartier et les éditions Belfond pour leur confiance. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *