Adopted love #1 > Alexia Gaia

Éditeur : Hugo poche
Date de sortie : 12 octobre 2017
Lien d’achat : Amazon

Hanté par son passé, sera-t-elle son avenir ?

Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil.

Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison.

Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses.


L’avis de Marlène –  Note ❤❤❤

Ecrire cette chronique est un véritable déchirement, à l’image de ce premier opus, c’est avec émotion que je vous livre mon avis sur l’histoire de Teagan et Elena. 

Ce premier tome c’est un maelström d’émotions, toutes plus complexes, les unes que les autres. On peut dire que je suis passé par toutes les émotions avec l’histoire que nous offre Alexia Gaia… J’ai été sur les nerfs une bonne partie de ma lecture, et sachez que ce roman fait 651 pages, alors imaginez un peu la chose !

On entre très vite dans le vif du sujet, Teagan n’a plus le droit à l’erreur, après une énième connerie, c’est la prison qui l’attend, même s’il n’est pas encore majeur, à force de récidive, c’est bien la taule qui lui pend au nez… Mais il va devoir faire ses preuves, une dernière chance pour lui d’éviter une incarcération… Il va devoir tenir un an dans une famille d’accueil, on ne peut pas dire que Teagan ait été chanceux avec ses précédentes familles d’accueil, et il n’a aucune envie d’aller habiter chez les Hills, mais c’est sa seule option, sa dernière chance, saura-t-il la saisir ?  

Pour compliquer les choses, la fille aînée de la famille Hills, Elena, ne va pas faciliter la tâche à Teagan… Leur relation va être explosive, destructive et en même temps perturbante. Les deux adolescents vont se chercher, se trouver, se repousser, s’affronter et même se lancer dans une lutte acharnée qui va les mener tout droit à éprouver des sentiments contradictoires. Très vite la haine va laisser place à des sentiments difficiles à définir, ils vont se raccrocher l’un à l’autre quand tout va mal, se comprendre sans même se parler… Mais Elena peut-elle apaiser les souffrances de Teagan ? Et Teagan peut-il venir en aide à Elena ? 

Ce premier opus est une véritable pépite, Alexia Gaia n’a pas fait dans la demi-mesure, j’ai même eu peur qu’elle aille un peu trop loin dans sa trame dramatique, car vraiment, l’histoire de Teagan est déchirante, on sent sa souffrance, les démons qui hantent Teagan sont tenaces et les traumatismes très violents. Il a une personnalité à part, marquée par des années de violences physiques et mentales, Teagan a un côté violent, impulsif et difficile à comprendre lorsque l’on ne connait pas son histoire. Puis au fil des pages, Teagan se révèle derrière cette façade brute et dure ! Les retours en arrière sont épouvantables, j’en ai pleuré, tellement j’étais triste pour ce qu’il a vécu depuis son plus jeune âge, les sévices physiques, la sensation d’abandon, le manque d’amour et de tendresse, Teagan est très attachant comme personnage, car malgré le fait qu’il veuille repousser tous ceux qui l’approchent, et bien on perçoit sa fragilité, il n’est pas insensible, au contraire, et sa rencontre avec Elena va rouvrir d’anciennes blessures.

Elena est une héroïne qui fait réagir… Je vous avoue que j’ai été choquée par son attitude à l’arrivée de Teagan dans sa famille. Elle est hostile, méchante et ne donne pas envie de la connaître… J’étais néanmoins très intriguée par son comportement, j’avais envie de savoir pourquoi elle se permettait d’agir si mal sans apprendre à connaître Teagan. Lorsque l’on découvre les secrets d’Elena, c’est la douche froide, j’ai très vite revu mon jugement sur elle. Et j’ai même apprécié la dynamique de sa relation avec Teagan. Elena est une véritable lionne, la lionne de Teagan, lui seul est à même de la calmer, de l’adoucir et vice versa, car Elena agit aussi sur l’attitude de notre héros. Elena est sensible et fragile, même si elle démontre le contraire, l’auteure a réussi à nous retransmettre à merveille la complexité du comportement des adolescents. La façon dont ils gèrent leurs sentiments, leur vie sociale et les obstacles qu’ils doivent affronter.

Mention spéciale pour le personnage de Nathalie Solis, j’ai adoré cette femme et sa relation si particulière avec Teagan, et plus on avance dans l’histoire et plus on connaît leur passif. Nathalie a un rôle prédominant dans ce roman, elle est un repère pour Teagan, un pilier dans sa vie sans attaches et sans amour. Je me suis aussi attachée aux parents d’Elena et à son frère, qui essayent tant bien que mal de faire une place à Teagan dans leur famille… Une révélation de malade tombe vers la fin de ce premier tome, et mon dieu, quelle claque ! Vous ferez aussi connaissance avec des personnages secondaires très importants qui apporteront beaucoup de rebondissements et de lumière sur les tenants et les aboutissants de l’histoire.

La plume d’Alexia Gaia est moderne, percutante et pleine de sensibilité. Les émotions sont vraiment vives, j’ai été prises au piège par mes sentiments, j’ai été énervée, triste et en colère par moment. J’ai vécu cette histoire à 100km/h ! Pas une minute de répit dans ce premier opus ! Un véritable parcours du combattant ! Alexia Gaia appuie là où ça fait mal ! Et elle nous touche avec intensité et passion. Elle met ses personnages à nu, c’est troublant de découvrir les souffrance de Teagan et Elena, je me suis sentie très proche d’eux, j’ai vraiment souffert au fil des pages, l’histoire a une tonalité un peu sombre et l’auteure sème l’espoir autant que le désespoir à travers le récit. J’ai trouvé son style très mature et vraiment poignant, je dois dire que j’ai été bouleversée par le dénouement, et je n’attends qu’une chose… poursuivre avec le second tome, qui s’annonce déchirant. Ce premier opus est uniquement du point de vue de Teagan, un choix audacieux par l’auteure, on ne peut cesser de se demander comment Elena vit tout cela de son côté… On vibre tellement avec Teagan que c’est étourdissant.

La dynamique amoureuse est intéressante et fait réagir le lecteur. En bien ou en mal, mais on ne peut rester insensible face à ce qui se joue entre les personnages. L’introspection qu’Alexia Gaia fait sur ses personnages vise à parfaire leur description, et j’ai aimé pouvoir les cerner au mieux en avançant dans le roman. Les rebondissements sont surprenants, parfois choquants et ils relancent sans cesse l’intrigue, on avance à tâtons, on marche sur des œufs et on est à fleur de peau…

En bref, j’ai vraiment été marquée par l’histoire de Teagan et Elena. J’applaudis Alexia Gaia pour toutes les émotions qu’elle m’a fait ressentir, je me suis sentie si proche de ses personnages que j’en suis ressortie troublée et totalement dévastée. Cette romance n’est pas simple, elle est belle avec ses fêlures et ses espoirs. Le style et la plume d’Alexia Gaia sont percutants, vifs et incisifs… j’ai envie de dire, ça passe ou ça casse, car il se pourrait que vous n’en ressortiez pas indemnes. Sachez que pour ma part, cette histoire m’a convaincue par bien des aspects, je ne peux que vous conseiller cette lecture.


Extrait 

« Soixante-deux, soixante-trois, soixante-quatre…

-Teag ?

La voix d’Elena m’oblige à m’arrêter avant la prochaine pompe.

Je souffle et me redresse doucement pour regarder vers sa chambre. Le sol de la salle de bain m’a accueilli quand j’ai fui le lit à mon réveil. Elena dormait encore et je suis parti avant qu’elle ne voie les larmes qu’a laissées sur moi le cauchemar du quotidien chez les Millers.

Je la regarde. Même quand elle vient de se lever, elle est belle. Je devrais kiffer ce moment comme il se doit, je devrais aimer me réveiller à côté d’elle, dans son lit, mais non.

Chaque nuit est un stress supplémentaire, chaque réveil m’enfonce un peu plus dans cette rage que je contrôle de moins en moins. Je n’aime pas ce que je lis dans son regard de ma lionne : elle doit penser que je suis exécrable et que c’est peut-être à cause d’elle. Mais non, même si son délire de ne rien me dire me stresse au plus haut point, je ne sais pas comment je ferais sans elle aujourd’hui. Elle compte, son avis compte, et son comportement envers moi compte. »

Je remercie Stéphanie et les éditions Hugo poche pour leur confiance. 

 

 

Un commentaire sur « Adopted love #1 > Alexia Gaia »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *