Loin de Berkley Hall > Coralie Khong-Pascaud

loin de Berkley Hall

Éditeur : City Editions
Broché : ICI
 Kindle : ICI

Angleterre, 1911. Derrière les murs épais de l’immense demeure de Berkley Hall, lady Catherine Davenport tourne en rond. Décidément, elle ne pourra jamais se résoudre à cette existence morne, uniquement rythmée par les tea times et les robes somptueuses. Elle aspire à autre chose que la vie d’épouse docile qui l’attend.

A Berkley Hall, il y a aussi Lydia, la femme de chambre. Une domestique, rien de plus. Pour combattre l’amertume qui l’envahit en pensant à sa modeste condition, elle écrit de petits textes satiriques dans lesquels elle moque les habitudes de ces grandes familles côtoyées chaque jour.

La vie de ces deux femmes si différentes, mais éprises de liberté et de reconnaissance, vont se télescoper d’une façon inattendue. Comme la promesse qu’un jour, une aube nouvelle se lèvera sur Berkley Hall…


L’avis de Fanniie – Note 5/5

Après la lecture de [ Loin de Berkley Hall ], c’est sans conteste que je peux vous dire que ce roman est selon moi un très bon livre, contenant une très belle l’histoire. Sincèrement j’ai passé un agréable moment lors de cette lecture telle que j’aurais aimé en lire quelques pages supplémentaires voire même quelques chapitres. Je me suis complètement laissé porter par l’histoire et l’époque dont elle est l’objet.

Loin de Berkley Hall raconte l’histoire de deux jeunes femmes issues de classes sociales différentes : Lady Catherine, fille aînée d’une riche famille anglaise et Lydia, domestique de cette même famille qui est précisément au service de Lady Catherine et de sa sœur cadette Lady Millicent en tant que femme de chambre. Malgré la distance entre leurs deux mondes, Lady Catherine et Lydia ont un rêve commun, elles rêvent d’une autre vie de celle qu’elles mènent actuellement, une vie où elles pourraient s’épanouir pleinement. Toutes deux ont soif de liberté et comptent bien y parvenir d’une manière ou d’une autre, quitte à tenir tête à tous ceux qui seront sur leur chemin.

Au fil de la lecture on apprend à connaître ces deux femmes à fort caractère et on ne peut que les apprécier un peu plus à chaque page que l’on tourne et ce à travers leur volonté, le courage dont elles font preuve en se dressant contre la hiérarchie, les gens de la haute société. Pour cette ambition qu’elles ont de vouloir faire quelque chose de leur vie sans se contenter de suivre celle qui leur est toute tracée et qui ne leur convient pas le moins du monde. Elles aspirent par la même occasion à faire évoluer les mentalités. Bien que cette mission risque de leur poser quelques difficultés dans ce monde où la femme n’a pas son mot à dire, un monde où même l’avancement de leur opinion n’est pas toléré.

J’ai beaucoup aimé le rôle de rebelle que joue Lady Catherine, puisque c’est surtout elle l’instigatrice de ce mouvement, bien que l’élément déclencheur vienne de la maladresse  de Lydia. On sent que Lady Catherine veut vraiment faire bouger les choses non pas seulement pour elle mais pour toutes les femmes et quelle que soit la classe sociale dont elles sont issues. Elle veut défendre le fait qu’une femme puisse avoir un autre objectif dans la vie que le mariage.

C’est principalement grâce à la légèreté de la plume de l’auteure qu’on arrive à accrocher autant à cette histoire et qui nous permet ainsi de savourer pleinement chaque page tournée. Les descriptions, les personnalités de chaque personnage… et tout ce qui constitue ce roman sont racontées avec une telle fluidité qu’on a l’impression que l’écrire a été facile. J’ai apprécié le fait que l’auteure utilise un langage soutenu, comme le veut l’époque où se passe l’histoire mais tout en étant accessible, c’est-à-dire en faisant en sorte que les mots utilisés soient toujours connu du dictionnaire (pas besoin de faire une recherche pour savoir la signification) mais placé de façon à faire bon genre.

Bref, avec son premier roman [Loin de Berkley Hall], Coralie Khong-Pascaud  a mis la barre très haute et a su montrer avec celui-ci son talent pour l’écriture. Un très bon livre racontant l’histoire de ces femmes de conviction à la conquête de liberté, d’une certaine émancipation à une époque où il est difficile pour une femme de faire ce que bon lui semble et de se faire une place qui soit égale à celle de l’homme. Un roman, une histoire avec laquelle on passe un agréable moment et que je vous invite à découvrir.

Merci à City Editions pour leur confiance et l’envoi de ce service-presse.

 

 

 

3 commentaires sur « Loin de Berkley Hall > Coralie Khong-Pascaud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *