Seduced in the dark > CJ Roberts

the-dark-duet,-tome-2---seduced-in-the-dark-934864

Éditeur : J’ai lu

Nombre de pages : 570

Livre (7,80€) : ICI

« Je sais que l’on m’observe. Il y a toujours quelqu’un. Quelqu’un qui essaie de me faire manger. C’est une femme. Elle me dit son nom, mais ça m’est égal. Elle ne m’intéresse pas. Rien ni personne ne m’intéresse vraiment. Il y a toujours quelqu’un qui m’observe. Toujours. Je veux partir d’ici, Je ne suis pas malade. Si Caleb était là, je sortirais sur mes deux pieds, heureuse, souriante, complète. Mais il est parti. Et ils ne me laissent pas le pleurer ». Livvie est aux mains du FBI. Caleb n’est plus là. Leur amour aura-t-il plus de prix que la vengeance ?


La note d’Alouqua : 5/5

Son avis

Si je vous dis que l’auteure ne ménage personne avec ce tome, que ce soit les personnages ou nous lecteurs, croyez-moi, je suis loin du compte !

En général, lorsque je lis, je le fais en silence … Ici c’est juste mission impossible. À chaque page, ou presque, on pouvait m’entendre m’exclamer : Hein ! Quoi ! Aaaaah mais noooon ! Mais c’est pas possible un truc pareil ! Oh punaise ! … Bon vous l’aurez compris, ce livre c’est du lourd, et pas qu’un peu !!!

En fin de premier tome, j’étais complètement frustrée, c’est juste impensable de nous laisser avec cette fin. En commençant ce deuxième tome, j’ai été un peu perturbée par le début que nous donne l’auteure, et pourtant, on comprend très vite dans quel contexte nous sommes, et la perturbation du départ est très vite oubliée.

L’univers de ce tome est encore plus sombre que celui du premier, on y retrouve tout les ingrédients vu précédemment, et on y ajouté une bonne dose en plus. Ce qui m’a rendu ma lecture encore plus intense malgré les horreurs que nous pouvons y croiser. Malgré la noirceur, tout comme pour le premier tome, c’est une histoire totalement addictive, prenante, époustouflante, émouvante.

Moi je dis … Caleb, c’est un morceau de premier choix qui se cache tellement bien sous sa carapace, que l’on ne voit pas tout ce qu’il peut apporter de positif. Cet homme a traversé tellement de choses horrible, que l’on se demande comment il a fait pour ne pas devenir encore pire qu’il ne l’est. Et pourtant, sa « Petite chatte » va littéralement le transformer.

De son côté, Livvie a également beaucoup souffert, qui pourrait sortir indemne de ce qu’elle a vécu ? J’ai pas mal de volonté, mais honnêtement, je sais que je n’aurais pas pu supporter tout ce qu’elle a enduré, même pour tout l’or du monde.

Ce n’est pas le genre de livre que tout le monde de appréciera, il faut savoir que le milieux BDSM peut être un monde très violent. Si vous ajoutez par-dessus de la vengeance, de l’esclavage et de la terreur, cela donne un mélange explosif. Mais ce sont des choses qui existent, l’esclavage sexuel existe, la violence existe, l’horreur sans nom existe. Alors pourquoi ne pas lire ce genre de livre ? C’est certain que c’est un risque de vouloir écrire ce genre, c’est un risque également pour l’éditeur, c’est comme un coup de poker, ça passe ou ça casse. Eh bien moi je clame haut et fort que c’est un risque payant et gagnant.

Une autre chose qui est certaine, c’est que je ne suis pas prête à oublier tout ce que j’ai pu ressentir avec ces deux tomes, c’est une folie de passer par autant d’émotions, et pourtant on aime ça en tant que lecteur, ressentir !

À découvrir sans hésiter, mais préparez-vous pour le voyage car il ne sera pas de tout repos ?

Merci à Charlotte et aux éditions J’ai lu pour leur confiance.


L’avis de Marlène – Note ❤❤❤

Il s’est passé un peu plus d’un an entre le moment où j’ai lu [Captive in the dark] et le moment où j’ai décidé de lire [Seduced in the dark] en même temps qu’Alouqua.

J’avais été subjuguée par le premier opus, c’était ma première expérience littéraire en dark erotica et cela m’avait marquée, à tel point que je n’ai pas eu de mal à me remettre dans le bain avec cette suite.

L’auteure a fait des choix intéressant avec [Seduced in the dark], des choix que j’ai personnellement approuvé car cela contribue à rendre le récit encore plus troublant. La fin du précédent tome était frustrant, je me souviens encore de l’effet que j’avais ressenti en laissant Caleb et Livvie… Ici le début est perturbant, on retrouve Livvie, notre « Petite chatte » dans une chambre d’hôpital, on ne peut s’empêcher de se demander si on a loupé quelque chose… mais non, c’est ainsi que l’auteure a décidé de nous livrer la suite de son histoire. Entre présent en passé, le lecteur doit s’accrocher pour ne pas perdre le fil de l’histoire car je dois dire que pour ma part j’ai trouvé ce second tome encore plus hard que le premier. Après le début chaotique, je me suis totalement investie dans l’histoire qui reste d’une noirceur très intense. Le premier tome prend tout son sens ici, on va assister à l’éducation de Petite Chatte en vue de sa vente à Vladek. Souvenez-vous que tout ceci est l’histoire d’une vengeance, celle de Rafiq et Caleb envers Vladek. Livvie n’est qu’un instrument entre leur main, la pièce maîtresse de cette vengeance malsaine. Livvie va vivre des choses intenses aux côtés de Caleb. Elle va connaître des sensations puissantes, enivrantes mais aussi dévastatrices, destructrices et il ne lui sera pas aisé de se sortir de l’emprise de Caleb. Mais s’agit-il vraiment d’emprise ? L’amour ne fait-il pas faire des choses insensées ? Livvie va être conditionnée à l’obéissance, mais est-elle suffisamment forte pour supporter toutes ces épreuves ? 

J’ai trouvé ce second tome terriblement bon, au-delà du fait qu’il faille s’habituer à la narration et aux choix de l’auteure j’ai aimé avoir l’avant et l’après Caleb. On retrouve Livvie après qu’elle se soit sortie des griffes de ses ravisseurs. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même et elle va devoir raconter son histoire. CJ Roberts ne rend pas le récit plus tolérable, ni plus lumineux malgré les sentiments que Livvie et Caleb éprouvent l’un pour l’autre. Car ce que notre héroïne à dû vivre c’est un véritable enfer. J’ai eu mal pour elle à certains moments, certaines scènes m’ont donné les larmes aux yeux, m’ont poussé à souffrir autant qu’elle et je vous assure que les émotions ont été dévastatrices. J’ai vécu un moment de lecture exceptionnel tant par le fond que la forme de l’intrigue. Le fait que Livvie se retrouve entre les mains du FBI accentue encore plus le fond de l’histoire, le lecteur comprend les tenants et les aboutissants de l’histoire.

Le côté érotique de l’histoire à un côté malsain, et c’est ce qui rend l’ensemble si original et si unique. Comment peut-on rester captivés à la lecture de ce genre de roman ? Et bien, pour ma part je dirais que c’est parce que l’auteure nous donne matière à réaction. Elle nous plonge dans une histoire sombre, violente avec des desseins assez macabres.

Ce second tome c’est aussi l’occasion de faire la lumière sur le personnage de Caleb. Et comment ne pas aimer cet homme meurtri ? A la découverte de son passé je suis restée sans voix, ayant du mal à déglutir. Je me suis prise d’affection pour Caleb car son personnage est captivant. Ses choix sont difficiles. Et les sentiments qu’ils éprouvent pour Livvie sont tout aussi déchirants pour lui. Seulement Caleb est un homme loyal et il doit tout à Rafiq. Comment pourrait-il trahir celui à qui il doit la vie ? 

Le récit est rythmé, entre le passé et le présent. Livvie va vivre des moments difficiles. Avec et sans Caleb. Les passages dans le présent sont teintés de désespoirs, je me suis sentie aussi vide que Livvie par moment, car quoi qu’il arrive, vivre sans Caleb n’est que de la survie pour elle. L’aspect psychologique est ce qui m’a le plus accroché à cette suite, c’est d’ailleurs ce qui rend certains passages tolérables.

Cette saga restera une des meilleures que j’ai pu lire dans ce genre, le genre de récit qui donne des frissons, qui nous pousse à tourner les pages tellement l’ensemble est addictif. Je suis tombée sous le charme des personnages de l’auteure et de son histoire hors norme.

En bref, ce second tome se veut plus érotique, plus intense encore que le premier. CJ Roberts a assumé son récit jusqu’au bout pour nous faire vibrer aux côtés de Livvie et Caleb. J’ai été en apnée une bonne partie de ce roman, attendant avec peur et angoisse de connaître le dénouement exceptionnel de cette histoire. Caleb restera un personnage masculin qui m’aura marqué tant par sa cruauté que par sa bonté d’âme, car Caleb a lui aussi vécu des choses qui vous changent un homme… Les choix de l’auteure ont contribué à maintenant cet effet de trouble que j’ai aimé ressentir avec cette histoire. Attention, soyez prévenus, ce second tome est hard, violent, déchirant, angoissant et terriblement addictif ! Etes-vous prêts ?


Extrait 

« La vengeance ne m’intéresse pas, Caleb. Je ne veux pas finir comme toi et laisser une stupide vendetta diriger ma vie. Je veux seulement ma liberté. »

Livvie

Notre double avis sur Captive in the dark > C.J Roberts

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *