Romance, Romance historique

Prisonnière des convenances » Pauline Libersart

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Paris 1866 – Gabriel, bel officier de l’Empire, n’arrive pas à oublier cette inconnue qui l’a séduit un soir de bal. Pourquoi faut-il qu’il en soit tombé amoureux ? Pourquoi, surtout, la retrouve-t-il au bras de son colonel quelques mois plus tard ?

Mariée très jeune à ce militaire cruel, Elise se devait de donner un héritier mâle à son époux. Seulement, elle a eu une fille et l’enfant est celui de l’homme qui se tient près de son mari…

Quand seules les apparences comptent et que le divorce est impossible, comment vivre un amour interdit ?

 

C’est trop couuuuuuuurt ! Sous la plume de Pauline Libersart, c’est toujours trop court de toute manière !

Les convenances et tout ce qu’elles impliquent selon l’époque où nous nous trouvons. En 1866, je vous certifie que ce n’était pas très folichon, surtout si vous étiez de sexe féminin ! C’est ainsi qu’Elise se retrouve mariée à un homme dès moins recommandable, malgré sa bonne situation. Il c’est marié avec elle alors qu’elle n’avait que quatorze ans. Son but, avoir un héritier mâle, et peu importe le moyen d’engrosser sa jeune épouse !

Elise est une jeune femme à laquelle on ne peut que s’attacher, même si la manière dont elle séduira Gabriel n’est pas des plus belle, son but est franchement compréhensible. Apparemment son mari est incapable de concevoir, alors si elle veut garder un semblant de vie décente, elle doit absolument lui donner un héritier. C’est de cette façon qu’elle rencontre Gabriel, qui lui ne sait rien de la belle rousse avec qui il passe la nuit.

Imaginez un peu sa réaction quand quelques mois plus tard, il se retrouve face à cette jolie rousse accompagnée d’une petite fille âgée de quelques mois, alors que lui se retrouve chez elle en accompagnant son mari ! Il ignorait qu’elle était mariée, ce qu’il ne peut ignorer par contre, ce sont les yeux de la petite… Gabrielle !

Mais rien n’est simple, il ne peut avoir cette femme avec qui il a passé une seule nuit, et avec laquelle il aurait apparemment eu une fille. Comment pourrait-il en être autrement alors qu’elle est blonde aux yeux bleus et que son soi-disant père a des cheveux noirs et des yeux bruns ?

Hop hop hop, je ne vous dirai pas un mot de plus !

Ce que j’ai aimé, c’est que cette romance est étalée sur la longueur, je parle du temps qui passe. Il est ainsi forcément plus aisé pour nous lecteurs de croire en cette histoire, en cette romance que tout semble condamner dès ses frémissements. Mais ce serait mal connaître l’auteure qui sait nous embarquer dans des récits totalement réalistes et cohérents avec l’époque dans laquelle elle nous emmène.

Comme chaque fois que j’ai lu une parution de Pauline, je me suis régalée du début à la fin !

Merci à Pauline Libersart.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *