Thriller/Policier/Polar

Mission Buthacus » François Morizur

Editeur : Pierre de Taillac

Livre : ICI

Commando marine, Patrick Michel profite d’une période de remise en condition de son unité pour se ressourcer en Bretagne. Son cycle d’entrainement est brutalement interrompu lorsque son frère, capitaine de navire pétrolier opérant dans le golfe de Guinée, est kidnappé par des pirates nigérians. Ce kidnapping « ordinaire » dans cette région va bientôt se transformer, du fait de terribles interactions, en mission à haut risque. Inspirée par des faits réels, Mission Buthacus nous entraîne au cœur des lagunes de l’Afrique de l’ouest où les pêcheurs subissent autant les affres de l’exploitation pétrolière que la violence des groupes armés nigérians. L’auteur, dans un récit haletant, nous fait passer sans transition de passerelles de navire de soutien pétrolier et militaires aux mangroves boueuses en passant par les salons parisiens et les bureaux d’une société havraise plongée brutalement dans cette crise. Patrick, naturellement désigné pour conduire la mission de libération, entame une course contre la montre pour sauver son frère…

 

J’ai mis un moment avant de me décider à écrire mon avis sur ce livre, ainsi que sur un autre du même auteur (ma chronique sera publiée demain). Je ne dirais pas que l’histoire en elle-même manque d’intérêt, ni que le rythme n’est pas présent. Je pense que ce qui a eu le don de me bloquer lors de mes lectures, ce fut malheureusement la plume de l’auteur. Attention que je ne dis pas que ce n’est pas bien écrit, sachant le travail qu’il y a derrière chaque livre, c’est bien une chose que je ne me permettrais pas de dire, mais comme pour tout les genres littéraires, on accroche ou pas à un roman ou à la plume qui se trouve derrière celui-ci. Malheureusement, ce n’est pas mon cas ici, malgré tout, j’ai laissé une chance à l’auteur de me convaincre avec le suivant, ce qui ne fut pas plus accrocheur de mon côté.

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que même si je n’adhère pas à une de mes lectures, je vais malgré tout tenté d’en sortir les points positifs, je ne suis pas du genre à vouloir descendre un livre, ni à dire que parce que moi je n’ai pas aimé, vous ne devez pas le lire ! Chaque lecteur est différent, nous pouvons aimer les mêmes genres de livres, mais avoir des ressentis totalement différents. Un livre qui ne m’a pas embarqué, le fera peut-être avec un autre lecteur, tout comme l’inverse est possible également. Alors, honnêtement, je ne comprends toujours pas pourquoi certaines blogueuses se permettent de dire que untel ou untel livre ne doit pas être lu, ou qu’elles ne conseillent pas de le lire en tout cas. Des livres auxquels je n’ai pas adhéré, je ne me permettrais franchement pas de ne pas les conseiller, pourquoi le ferais-je ? Je suis ici pour donner mon ressenti personnel (et j’insiste bien sur le côté personnel) sur une lecture, pas pour vous dire de ne pas acheter ce livre ou un autre. Après avoir lu mes avis, vous êtes totalement libres de vos choix, c’est vous qui prenez la décision de vous laisser tenter ou pas par un livre après tout.

Ce qui m’a posé problème, du moins c’est ce point qui m’a le plus freinée, c’est que j’avais plus l’impression de me retrouver dans un reportage que dans un véritable récit. Je m’explique. Lorsque je regarde des reportages, ou des documentaires, il y a ce côté très impersonnel qui nous éloigne du sujet, tout en nous faisant participer (même de loin) à ce que nous regardons. Il peut s’agir de la vie animale, comme de l’univers, ou encore de la vie réelle de certains quartiers par exemple, l’effet (sur moi) est le même à chaque fois. Je vois, mais ne me sens pas spécialement concernée, ni touchée comme je peux parfois l’être par un livre ou un film. C’est cela que j’ai ressenti ici durant ma lecture. Cet effet de ne pas me sentir, même un minimum, proche d’au moins un personnage, de me sentir presque indifférente à ce qui se déroulait sous mes yeux alors que je parcourais les chapitres.

Pas faute d’avoir un récit où le rythme est bon, ni même une intrigue qui me paraissait totalement cohérente. De plus, l’auteur est quand même connaisseur dans ce domaine, j’aurais dû, du moins je le pense réellement, ressentir ce côté de l’auteur qui sait de quoi il parle. Comme je le dis plus haut, il s’agit de mon ressenti lors de ma lecture, à aucun moment je ne vous dis de ne pas vous laisser tenter, que du contraire, je pense sincèrement que cette intrigue mérite d’avoir son lectorat. Je ne ferme pas la porte non plus, je sais que je le relirai un de ces jours, je veux voir si à un autre moment de ma vie je peux accrocher plus que ce fut le cas cette fois.

Donc, franchement, si vous êtes amateurs de thrillers, ne fermez surtout pas la porte à ce livre. Je prendrai le temps de le lire à nouveau pour ma part.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *