Premières Lignes

Premières lignes #144

Premières lignes est un rendez-vous initié par Ma lecturothèque. Le principe est simple, tous les dimanches, je vais vous citez les premières lignes d’un ouvrage. J’aime beaucoup le principe de donner les premières lignes d’un roman pour se donner une idée du roman qu’on va lire. Rdv dont j’ai pris connaissance sur le blog La couleur des mots.

Aujourd’hui découvrez les premières lignes des romans suivant :

Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery à paraître chez Monsieur Toussaint Louverture

Une dette pour l’enfer de Dumè Antoni paru chez Evidence Editions

 

Vendu à 60 millions d’exemplaires à travers le monde, adapté des dizaines de fois , aimé par des générations de lecteurs, Anne de Green Gables de Lucy Maud Montgomery est un hymne à la joie et au pouvoir de l’imagination. Magnifiquement écrit, construit autour d’une héroïne parfaitement imparfaite, féministe involontaire et romantique impénitente, ce roman empreint de poésie et d’humour est bien plus que la vie d’une orpheline qui va bousculer le calme de son nouveau foyer. C’est un autre monde, fait d’une nature enchanteresse et d’idées saugrenues qui se déploie à travers les yeux de l’incroyable Anne. Littérature solaire et intemporelle, ce roman unique est une parenthèse magique, un souffle chargé d’énergie, un élan à vivre pleinement nos amitiés et nos passions.

Premières Lignes

Madame Rachel Lynde habitait à l’endroit où la route principale d’Avonlea plongeait dans un petit vallon planté d’aulnes et de fuchsias, et traversé d’un ruisseau qui prenait sa source dans les bosquets de la vieille propriété des Cuthbert ; il était connu pour ses méandres impétueux au début de sa course à travers bois, et ses sombres secrets de trous d’eau et de cascades ; mais, une fois arrivé au vallon des Lynde, ce n’était plus qu’un ruisselet paisible et parfaitement discipliné, car même un cours d’eau n’aurait pu passer devant la porte de Madame Rachel Lynde sans égard pour la bienséance et les bonnes manières ; sans doute avait-il conscience qu’elle était là, assise derrière sa fenêtre, l’œil attentif à tout ce qui défilait, enfants et ruisseaux, et que si elle remarquait la moindre chose étrange ou déplacée, elle ne trouverait pas le repos avant d’avoir découvert le pourquoi et le comment.

Théo Vince se rend à Paris, à la demande de Lucienne – sa mère – qui vient de décéder, pour y rencontrer Leoni.

Vince ne sait rien de cet homme, sinon qu’il a une dette envers Lucienne et qu’il ne pourra donc lui refuser un job, n’importe lequel : Théo n’est pas en mesure d’avoir des prétentions.

Cependant, lorsqu’il rencontre le personnage après un rendez-vous, Théo est très loin d’imaginer qu’il va tomber dans un piège tentaculaire. Leoni n’est en effet pas un patron comme les autres : il est à la tête d’un réseau mafieux spécialisé dans le proxénétisme, le racket, les meurtres sous contrat… et quand il offre à Théo d’être son bras droit, celui-ci ne peut plus refuser, car le piège s’est refermé sur lui et sa seule perspective, pour en sortir, est la mort.

Celle de Leoni… ou la sienne.

Premières Lignes

2014

L’homme entra dans la salle enfumée de la boîte de nuit. Sur la piste centrale surélevée, des filles à moitié nues dansaient autour de barres métalliques verticales. La musique qui accompagnait leurs mouvements voluptueux avait quelque chose d’hypnotique et d’envoûtant. L’homme détourna les yeux du spectacle et se dirigea vers le comptoir plongé dans un mélange d’ombres et de lueurs orangées.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *