Il faut toujours croire en ses rêves d’enfant » Corinne Falbet-Desmoulin

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Après « LES CADEAUX DU CŒUR » et « LE RÊVE DES ÎLES« , « IL FAUT TOUJOURS CROIRE EN SES RÊVES D’ENFANT » est le troisième tome d’une trilogie. Cependant, chaque roman peut être lu indépendamment. Vous retrouverez dans cet opus les univers de Violaine, auteure malentendante qui a su toucher le cœur de ses lecteurs. Son passé va la rattraper. Pourquoi un inconnu la menace-t-il en lui envoyant des lettres anonymes ? Quel secret poignant cache-t-elle, qui va soudain éclater en plein jour ? Qui est cette mystérieuse Florence, se trouvant si souvent sur son chemin ? De leur côté, Romane et Célestin vont devoir affronter l’adolescence difficile de leur fille Emma. Comme dans le deuxième tome, le jeune Gabriel amène sa propre vision pleine d’humour sur la situation.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Si cette nouvelle parution de Corinne Falbet-Desmoulin est normalement la suite de « Les cadeaux du cœur » et « Le rêve des îles« , il faut savoir qu’il peut se lire sans avoir lu les précédents, bien que je trouve cela dommage de ne pas avoir l’entièreté de l’histoire, il faut savoir que c’est entièrement possible, et que cela ne vous empêchera pas de comprendre le récit.

Un des gros avantage de l’auteure, c’est qu’elle n’a absolument pas besoin d’en faire des tonnes, en allant à l’essentiel, elle rend ses personnages tellement humains, tellement attachants, tellement comme des personnes que nous connaîtrions réellement et pas simplement à travers les pages d’un livre ! L’auteure écrit de manière naturelle, tout simplement, et cela fonctionne à merveille à chaque fois que j’ai pu lire un de ses livres.

Il y a certains auteurs, comme Corinne, avec qui je n’hésites même pas le centième d’une seconde avant de dire oui lorsque j’ai la possibilité de découvrir un nouveau titre. En poussant un peu ma réflexion et en cherchant un qualificatif pour l’auteure, je pourrais dire qu’elle est tout simplement humaine et débordante d’ondes positives, que ses livres ont une force entre leurs pages qui nous fait dire que ce monde n’est peut-être pas si désespéré que ce que l’on pense. L’auteure apporte cette note de fraîcheur et de douceur dont nous avons tous clairement besoin dans ce monde qui part en vrille.

Violaine et Ernesto vont me manquer, sans oublier Romane, Célestin et Emma… Oh mon dieu comme je les aime et comme ils me manquent déjà alors que je referme mon livre !

Si vous n’avez jamais lu de parution de cette auteure, je ne peux que chaudement vous la recommander, personnellement, je dis déjà oui pour son prochain livre, je sais que je ne serai pas déçue, peu importe ce qu’elle y racontera, il est impossible que je n’apprécie pas la découverte.

Merci à Corinne Falbet-Desmoulin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *