Jeunesse

Le dernier petit singe » Sarah Cohen-Scali

Editeur : Casterman

Livre : ICI

Une photo. Une simple photo d’identité pour son futur passeport et le cauchemar de Karim, douze ans, commence. Piégé à l’intérieur de la cabine Photomaton, Karim est contraint, pour s’en échapper, d’accepter une mission qui le dépasse, une sorte de pacte avec le Diable. Et alors qu’il se retrouve seul chez lui, de nuit, son appartement est le siège de phénomènes étranges et effrayants. Sa vie est en jeu, mais pas uniquement. Il doit venir en aide à quelqu’un d’autre. Et le Mal n’est pas forcément là où on le croit.

 

⭐⭐⭐⭐

Si j’ai un peu moins accroché à cette autre parution de la collection Hanté aux éditions Casterman, elle m’a malgré tout tenue en haleine jusqu’au bout. Honnêtement, je ne suis pas prête à aller me faire prendre en photo dans un Photomaton ! On est toujours dans l’esprit des Chair de poule, ou encore les Contes de la crypte (que j’adorais), des histoires courtes qui ont pour but de vous faire flipper !

Alors oui, c’est vrai que le public visé est plus jeune que moi, et que mon ressenti ne sera forcément pas celui d’une personne plus jeune, mais néanmoins, cela peut donner des pistes sur des livres à offrir. Franchement, je trouve que cette collection est plutôt pas mal du tout après en avoir lu deux des parutions.

Ce qui est, encore une fois, un gros plus, eh bien c’est le thème abordé en ligne de fond. Non, il ne s’agit pas que d’un récit qui fait peur, non, ce n’est pas qu’une nouvelle collection pour le plaisir d’en créer une de plus… Chaque livre que vous découvrirez dans cette collection Casterman, vous y trouverez plus qu’un récit d’une grosse centaine de pages. Chaque parution est également une « mise en avant » d’un problème de société, voir plusieurs, ici, eh bien ce sont les violences conjugales par exemple. Bien que nous ne comprenons que c’est ce thème précisément que lorsque nous sommes déjà bien avancés dans la lecture. Il y a tout un chemin à parcourir en compagnie de Karim pour parvenir à la compréhension du thème. Mais cela met bien en avant le fait que souvent, il y a énormément de signes que nous ne voyons pas, ou que nous préférons ignorer, mais que ceux-ci peuvent mener à une triste fin si personne n’intervient.

Je pense que le fait d’intégrer ce genre de thème dans des parutions jeunesse, c’est ce qu’il faut, même si je trouve que tout ne doit pas se retrouver dans ce genre de livres. Les enfants doivent prendre conscience que tout n’est pas que fiction, que ce qu’il voient dans certains dessins animés, dans certaines séries ou films, ou encore dans certains mangas, n’est pas uniquement dans l’univers du fictionnel. La réalité de la vie est bien triste, mais c’est notre réalité, peut-être que ce genre de livre, même si nous sommes dans de la fiction, éveillera les consciences des plus jeunes. Ne dit-on pas que l’avenir appartient à la jeune génération ? Si certaines choses doivent changés, il faut que cela commence avant que l’adulte prenne la place de l’enfant.

C’est ma vision des choses, vous ne pensez peut-être pas comme moi. Personnellement, j’élève mes enfants avec cette vision, sans pour autant tout aborder non plus, mais maintenant ils sont déjà plus grands et ont conscience que notre société n’est clairement pas parfaite, qu’elle n’est pas celle que je voulais pour eux. Peut-être que cela ne changera pas avec leur génération, peut-être que ce sera avec la suivante, mais à un moment, il faut que cela change où nous allons droit à la destruction de tout ce que nous connaissons.

Merci aux éditions Casterman.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *