Articles divers

5 ans après…

Il y a cinq ans, je rejoignais Le monde enchanté de mes lectures. Je franchissais ce pas grâce à la bienveillance de Brigitte que vous connaissez sous le pseudo Alouqua !

Vous devez vous demander pourquoi je rédige cet article ? Et bien tout simplement parce que depuis peu je ressens le besoin de transmettre mes émotions. Quand bien même cet article ne serait pas lu, et bien il aura au moins eu le don de me rendre heureuse et de m’apaiser.

Cinq ans ! Si vous m’aviez dit il y a cinq ans que je serais encore présente sur le blog et les réseaux, à vous parler de cette passion qu’est la lecture, je ne vous aurais sûrement pas cru ! Parce que voilà, je suis une personne qui doute sans cesse de ses capacités, habituellement je me décourage assez vite et à l’époque je ne me pensais pas capable d’évoluer dans ce milieu.

Cinq ans après… C’est le moment de faire le bilan, le point sur ma vie de blogueuse et sur ma vie de femme et de mère de famille. En fait, je veux tout simplement extérioriser ce que je ressens.

Je vais commencer par remercier Brigitte, sans elle, et bien je ne me serais jamais lancée. Durant ces cinq années, nous avons appris beaucoup d’une de l’autre et cette amitié que l’on pourrait qualifier de « virtuelle » est bien plus que cela. Dans les bons comme dans les mauvais moments, on peut compter l’une sur l’autre. Sans préjugés, on avance dans nos vies personnelles et sur la toile. Et je sais que grâce à elle, je me suis au moins trouvée dans ce milieu littéraire. Cela m’a appris beaucoup de chose sur moi et sur les personnes qui m’entourent. J’ai fais des erreurs et j’en referais encore. Je suis faillible, que voulez-vous ! Mais une chose est sûre, je me suis épanouie grâce à Brigitte, elle m’a fait confiance et elle m’épaule au quotidien. Et cela n’a pas de prix !

Aujourd’hui, et depuis quelques semaines/jours, je suis en pleine remise en question. Ces cinq années sur le blog ont eu un impact bénéfique sur moi. J’ai pu découvrir un milieu qui me convient et au sein duquel je me sens bien. Cela m’ouvre le champ des possible, même si tout reste à bâtir. C’est donc une période où je fais le bilan de tous les aspects de ma vie. Je suis une femme épanouie, j’ai un homme merveilleux à mes côtés depuis 18 ans. J’ai deux enfants qui se chamaillent H24 mais que j’aime plus que tout. J’ai une belle famille qui m’a accueillie à bras ouverts il y a 18 ans. Je suis vraiment aimée, et je m’en aperçois maintenant. Professionnellement, c’est loin d’être aussi idyllique. A cause de mes soucis de santé, cela fait 3 ans que je ne travaille pas. Durant ces 3 ans, je me suis recroquevillée sur moi-même, à tel point, que j’ai peur de me réinsérer socialement et dans le monde du travail. Ce n’est pas de l’exagération, c’est une angoisse latente. Je sais ce que je veux et je sais aussi ce que je veux pas. Mais à l’heure actuelle, peut-on faire la fine bouche ? Peut-on réellement faire ce que l’on veut ? Un travail où je pourrais m’épanouir et retrouver confiance en moi ? Je l’espère sincèrement.

Aux côtés de Brigitte, il y a de nombreuses personnes qui ont une place particulière dans ma vie. Mes amies, qui se reconnaîtront 🙂 Des personnes avec qui j’échange régulièrement. Des auteurs/autrices qui m’apporte de la force et du courage. Qui m’ouvre les yeux sur le monde et sur moi-même.

Tout spécialement ces derniers temps, Jupiter Phaeton, bouleverse un peu tous mes repères. Je suis cette autrice de près, d’abord pour ses romans que je dévore avec un plaisir non dissimulé. Mais aussi pour les messages importants qu’elle transmet sur son blog et ses réseaux. Dernièrement, elle a attiré mon attention avec son article « Le moule de la société ». Cet article a provoqué cet écho en moi. J’ai 35 ans, et je ne sais pas qui je suis. Je ne l’ai jamais su au fond. Même plus jeune, même lors de mes études, je ne savais pas qui j’étais et le pire, je ne savais pas ce que je voulais devenir. Ou bien encore ce que je POUVAIS devenir. Honnêtement, je ne le sais toujours pas mais je me pose énormément de question. Le moule de la société, vous savez cette façon de vouloir vous faire entrer dans une case prédéfinie. Il n’y a pas que la société, nos proches aussi influencent nos choix. J’ai toujours voulu passer inaperçue. J’ai même du mal à afficher ce que j’aime ou pas. Mais dernièrement, j’ai voulu donner un bon coup de pied dans tout ça. Je veux pouvoir m’habiller comme je veux, même si on me dit : « Non, Marlène, cela ne te met pas en valeur », « Non, Marlène, cette couleur n’est pas pour toi. » ou bien encore « Oh mais pourquoi tu lis ce genre de livre ? Tu as passé l’âge.. » Bref, autant de réflexions qui se veulent bienveillantes mais qui casse le peu de confiance en moi que je peine à gagner. Bref, il y a quatre mois, j’ai commencé un régime (pour réduire mes problèmes de santé), je me suis teint les cheveux et j’essaye d’appliquer ce nouveau moi. Cette façon d’avancer et d’affirmer celle que je veux être, sans que l’on me juge. Je suis donc à la recherche de moi-même. Je me fais mille scénarios, je me pose tout autant de question. La seule certitude, c’est que je suis prête à repartir à zéro n’importe où avec ma famille sous le bras. Cela ne me fait pas peur, pas totalement en tout cas. Vous avez déjà ressenti cela ? Avoir envie de tout plaquer, de partir sans vous retourner ? Bien sûr, sans oublier la famille pour autant. Mais actuellement, je me sens à l’étroit dans ma situation actuelle. Nos soucis financiers s’accumulent et pèsent énormément sur la qualité de vie. Quand on doit compter pour la moindre dépense et malgré l’aide de la famille, j’ai envie que l’on s’en sorte seuls. Ou presque. Parce que honnêtement, actuellement c’est la dèche. Pour être transparente avec vous, je me suis séparée des 3/4 de mes livres, je sais pertinemment qu’il ne s’agit que de biens matériels, mais pour la lectrice que je suis, cela fait mal au cœur. Mal de voir partir mes livres mais entre eux et les courses/factures, le choix a été vite fait. Enfin, un choix…non, une nécessité. Et je crois que c’est une succession de situations difficile qui a été le déclic. Maintenant, il faut que je garde le cap, que j’essaye de mettre à profit cette motivation et cette envie de tout changer.

Cet article part dans tous les sens à vrai dire. Mais cela a orienter les différents sujets que j’aborde. Car tout est parti de cette passion pour les livres et de la chance que Brigitte m’a donné il y a cinq ans. Cela fait du bien d’écrire sur soi, pas que je sois narcissique, hein. Non. Mais d’écrire ce que l’on ressent, ses états d’âme. Ses envies. Ses espoirs. Je le ferai peut-être plus souvent. Pas forcément ici mais sur mes réseaux sociaux.

En bref, tout cela pour vous dire que cela fait cinq ans que la lecture me tient à bout de bras. Cinq ans d’apaisement et d’évasion. Et je quitterais ça pour rien au monde.

Merci à tous ceux qui liront ce pavé jusqu’au bout. N’hésitez pas à me parler de vous, de vos envies/passions. Je répondrais avec plaisir !

About Author

MarleneEloradana

Marlène, trentenaire du sud de la France, véritable bookaddict, je ne suis jamais rassasiée quand il s'agit de lecture, dévoreuse de romances en tout genre mais surtout celles qui font vibrer et s'émouvoir au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *