Science-Fiction

Tsahan » Alex Parker

Editeur : Autoédition

Livre : ICI

Par-delà les grandes régions obscures et l’infinité de galaxies qui peuplent l’Univers, brille de toute sa splendeur l’étoile nommée Taah. Autour de la perle de lumière orbite Tsahan, une planète majeure au biome unique formant une épaisse forêt primitive. De ce miracle de la nature émane une abondance de microparticules invisibles à l’œil nu : le « Féeï ». Mortel pour toutes les formes de vie extérieures, celui-ci rend également inutilisable jusqu’à la plus pointue des technologies étrangères. Les Égyssiens, seuls véritables enfants de Tsahan, vivent dans la cité du « Dessous » et sont mystérieusement immunisés contre les microparticules. Toutefois, une zone vierge de tout Féeï émerge de cet océan végétal : les hautes plaines de Tarega, au sein desquelles ont élu domicile les Élestiens – désormais maîtres du « Dessus ». Chaque fois qu’Époq, l’un des soixante-dix-sept Élus désignés pour sauver son peuple, rejoint la cité du « Dessous », le blanc immaculé des cheveux de la plupart des habitants ne cesse de lui rappeler que le temps pour eux est dorénavant compté.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Ayant adoré la duologie précédemment éditée par Alex Parker, vous imaginez bien que je ne pouvais que vouloir découvrir son nouveau livre. Vu le niveau de sa duologie, je peux vous dire que j’avais de grandes attentes avec Tsahan. Mes attentes sont totalement comblées, non seulement par le récit, mais par la tournure de l’intrigue, et principalement ce vocabulaire très riche que j’ai pu retrouver.

Je veux voir ce livre sur grand écran !!! Il y a parfois des lectures que j’imagine assez bien sur un écran, mais celle-ci, je ne l’imagine pas, je la veux ! Y a un potentiel de dingue pour l’adapter.

Personnellement, je trouve que le résumé suffit amplement à ce que l’on ressente l’envie de franchir le pas et de lire ce qui se cache à l’intérieur des pages, je vais donc parler uniquement de tout le reste, sans aborder l’intrigue ni quoi que ce soit qui pourrait parler du récit en lui-même.

Alex Parker saura vous transporter sans que vous ne vouliez résister, il saura par la suite, vous garder captif de ses mots, l’intrigue et ses rebondissements vous donneront envie de rester, les personnages quant à eux, eh bien ils sauront vous faire réfléchir à pas mal de choses. Et enfin, le final saura vous éblouir, tout simplement. N’oublions pas de mentionner ce vocabulaire que l’auteur intègre à la perfection dans son texte, tout comme précédemment, celui-ci est riche et recherché, pourtant, il est à la portée de tout le monde, ne pensez pas que vous devrez vous munir d’un dictionnaire et plonger dedans à la moindre occasion. Vocabulaire riche, ne veut certainement pas dire que l’on ne comprend rien !

Le progrès… Jusqu’où seriez-vous prêt à aller pour ce fameux progrès ? C’est une des questions que l’on fini par se poser, une parmi tant d’autres. Finalement, sous des airs d’intrigue plus que prenante, l’auteur sait comment amener le lecteur à se questionner, à se remettre en question.

Une totale réussite pour l’auteur, encore une fois je suis sous le charme et comblée !

Un arc-en-ciel de lumière vient de prendre vie autour de nous. Il nous envahit d’inexplicable et de merveilleux. Cette brutale éclosion d’énergie, qu’une race primitive pourrait naïvement qualifier de sacrée, parvient à faire sursauter Octavia, mais elle garde malgré tout son index en place. L’instant d’après, nous sommes propulsés hors du sol à une vitesse qui défie le temps !

Merci à Alex Parker.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *