Fantastique/Fantasy, Sagas

Les Soeurs Carmines #1 – Le Complot des corbeaux » Ariel Holzl

Editeur : Mnemos

Livre : ICI

Merryvère Carmine est une monte-en-l’air : une cambrioleuse qui court les toits et pille les manoirs pour gagner sa vie. Ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, l’assistent lors de ses méfaits. Orphelines sans le sou, les trois jeunes filles tentent de survivre dans la sinistre cité de Grisaille. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, pendant que huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, Merry se retrouve mêlée à l’un de leurs complots. Désormais traquées par des nécromants, des vampires, des savants fous et bien d’autres calamités, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour s’en tirer vivantes…

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Mon début de lecture fut un peu étonnant, par moment j’avais du mal à trouver l’étincelle qui me dit de ne pas lâcher, alors que d’un autre côté, j’avais vraiment envie de poursuivre. Parce que bon, ce premier tome a quand même remporté le PLIB 2018, c’est qu’il valait le coup de le lire jusqu’au bout. Alors j’ai tenu bon, et j’ai franchement eu raison, les premières pages passées, il y a eu un déclic qui a fait que je ne pouvais carrément plus lâcher ma lecture ! Par contre, ne me demandez surtout pas quel est ce déclic, je ne le sais pas moi-même ! Mais une fois arrivée vers la page 50, je n’avais plus qu’une seule envie, continuer de tourner les pages pour en apprendre plus. Maintenant, je veux absolument me procurer la suite, ma whishlist en a pris un coup, mais je veux absolument découvrir les autres tomes.

L’univers de l’auteur est original, il mélange les créatures fantastiques dans un style que je qualifierais de gothique, avec des personnages de la bourgeoisie, sans oublier le « petit peuple ». A savoir que c’est un récit à destination des ados, et cela se ressent bien dans l’écriture qui aurait sans aucun doute été beaucoup plus crue si le public visé était plutôt adulte. Mais finalement, je trouve que cela fait justement du bien de na pas se retrouver dans ce genre d’univers beaucoup plus dur. Bien que attention, ce n’est pas dans le style gnangnan et trop simple, je trouve que le dosage est très bien et que l’auteur a su malgré tout faire que cette série puisse être facilement lue par des ados que par des adultes.

Au-delà de l’intrigue en elle-même à laquelle j’ai fini par totalement adhérer, n’oublions pas l’humour plutôt décalé que l’auteur parsème dans ce récit. Je me suis parfois retrouvée avec un sourire à m’en décrocher les zygomatiques, et franchement j’en redemande. C’est vrai qu’au final je ne dis pas grand chose sur ma lecture, mais je trouve que vous devriez faire vous-même connaissance avec les personnages complètement décalés eux aussi mais qui paraissent pourtant tellement réels, que je préfère ne rien dévoiler pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte.

Ce fut donc une excellente découverte après un début difficile, mais maintenant il va falloir que mon banquier soit gentil et qu’il fasse comme s’il ne voyait rien car je veux, oui je veux, la suite des aventures des trois sœurs. Et puis cette fin, elle est juste impossible elle aussi, comment ne pas avoir envie de plonger dans les minutes qui suivent dans le second tome ? Je hais les auteurs qui nous mettent à la torture… C’est là que si vous me croyez, eh bien c’est que vous en me connaissez pas encore très bien car c’est tout le contraire, j’aime ce genre de fin qui me donne envie de hurler et d’avoir la suite directement sous la main. Alors, quand ce n’est pas le cas, eh bien c’est ma patience qui est mise à rude épreuve, c’est mon état actuel !

— J’ai un contrat pour toi, déclara Kat sans cérémonie.
— Juteux, ce contrat ?
— Très. Peut-être. Possiblement.
— Kat… Qu’est-ce que tu me caches encore ?
— Des détails, c’est tout. C’est Larry Morlingue qui propose le coup. J’en sais à peine plus.
Merry grimaça. Elle n’aimait pas avoir affaire à la bande de « Gros » Larry – des malfrats si bas de plafond qu’on risquait des bosses rien qu’en se cognant à leur stupidité. Et elle aimait encore moins Larry lui-même.

About Author

Alouqua

Depuis toujours j'adore lire, déjà enfant il m'était impossible de me passer d'un livre. Quand à partager mes avis, eh bien je l'ai toujours fait, c'est donc devenu pour moi une évidence d'ouvrir un blog.
J'ai l'avantage de lire un peu de tout, je n'ai jamais aimé me restreindre, en quoi que ce soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *